Dans l'actu

Jerusalem Post : l’armée israélienne est totalement hypertrophiée

Dans un article du 30 août dernier dans le quotidien de droite « Jerusalem Post », Seth Franzman retrace l’évolution des effectifs de l’armée israélienne à travers le temps, et en regard de la menace à laquelle elle était potentiellement exposée, aux différents âges d’Israël.

Citant les travaux d’un spécialiste, Anthony M. Cordesman, il estime qu’en 1973 l’armée israélienne comptait 77.000 hommes et femmes, à l’époque où elle a fait face aux offensives des armées de l’Egypte (350.000 hommes), et de la Syrie (150.000 hommes).

Aujourd’hui, fait-il observer, Israël a conclu un traité de paix avec l’Egypte [1] et l’armée de la Syrie est totalement désintégrée. Mais l’armée israélienne, elle, a gonflé ses effectifs jusqu’à 176.000 hommes et femmes.

En décembre 1948, il s’agissait alors pour l’armée israélienne de mener une guerre de conquête, face à un corps expéditionnaire égyptien, syrien, irakien et transjordanien. Ses effectifs avaient atteint au point culminant du conflit, en décembre, 96.441 hommes et femmes.

Une "roquette" venant de Gaza tirée vers Sderot, ça donne ça…

Une « roquette » venant de Gaza tirée vers Sderot, ça donne ça…

ambulance_palestinienne_450

…un missile israélien tiré en direction de Gaza City, ça donne ça.

A quelle menace militaire fait-elle face aujourd’hui ? Depuis 42 ans, elle n’a pas eu à faire face à une armée régulière disposant d’une panoplie d’armements lourds (artillerie, missiles, aviation, marine,…).

Au nord, le Hezbollah libanais ne compte pas plus de 10.000 hommes sous les armes, et au sud le Hamas (par ailleurs, quoiqu’on en pense très peu désireux d’en découdre directement) pas plus de 15.000, ne disposant pas d’un armement comparable, même de loin, avec l’arsenal dont dispose Israël grâce à la générosité du contribuable étatsunien (±3 milliards de dollars d’aide militaire directe par an depuis 2007). A ces 25.000 combattants potentiels s’ajoutent – selon la terminologie adoptée par l’auteur – «des gamins lanceurs de pierres» en Cisjordanie.

On comprend qu’un budget de 13,3 milliards de dollars US (en 2009), représentant 6,7% du PIB israélien, ce soit un peu juste pour faire face à tant de périls, alors qu’on n’est que paix et amour…


[1] sans compter que le régime Sissi se comporte activement comme un allié

Print Friendly, PDF & Email