Dans l'actu

Israël va-t-il faire mourir le prisonnier gréviste de la faim Muhammad al-Qiq ?

Un rapport publié par un hôpital israélien a confirmé samedi que l’état de santé du prisonnier gréviste de la faim Muhammad al-Aqiq, se détériorait gravement.

Al-Qiq est incarcéré à l’hôpital israélien de HaEmek à Afula depuis que son état de santé a commencé à devenir critique. Le journaliste palestinien est en grève de la faim depuis 68 jours afin de protester contre sa détention administrative – un internement sans procès ni accusation, et à durée indéfinie.

Selon le rapport de l’hôpital HaEmek, al-Qiq a perdu sa capacité à parler et ne peut plus communiquer que par signes.

Toutefois, il a précisé que malgré son état très critique, al-Qiq était encore conscient et refusait un traitement médical.

Dans un communiqué publié plus samedi, al-Qiq a réitéré son engagement à sa grève de la faim pour protester contre sa détention et les mauvais traitements.

al-qiq

Mohammed al-Qiq

« Quand les gens sont traités de façon tyrannique, ils ne sont plus préoccupés par les conséquences, même si le prix à payer est la vie. Ainsi, je me suis mis dans les mains de Dieu et je vais poursuivre cette grève de la faim, jusqu’au martyr ou jusqu’à la liberté, » a déclaré al-Qiq.

La Cour suprême israélienne a retardé ce mercredi sa décision sur l’opportunité ou non de libérer al-Qiq, votant la poursuite de la détention administrative du prisonnier jusqu’à ce que son état de santé ait été examiné.

Le rapport de l’hôpital HaEmek est le premier rapport quotidien sur la santé d’al-Qiq depuis la décision de la cour israélienne. Selon Jawad Boulos, le responsable de l’unité juridique de la Société du Prisonnier palestinien, c’est la première fois que HaEmek confirme la gravité de l’état de santé d’Al-Qiq.

Plus tôt dans ce mois, Al-Qiq avait été attaché à son lit et retenu de force par les gardiens de prison tandis qu’un membre du personnel médical mettait en place une perfusion de sels et des vitamines, selon l’organisation Physicians for Human Rights Israel.

L’organisation a déclaré que al-Qiq était resté attaché à son lit et relié à la perfusion pendant 4 jours, alors qu’il réclamait qu’elle soit retirée.

Les enquêtes menées par Amnesty International ont révélé que al-Qiq a été torturé pendant les interrogatoires qui ont immédiatement suivi son kidnapping par les troupes israéliennes d’occupation.


Publié le 30 janvier sur Ma’an News Agency

Traduction : Info-Palestine

D’autres articles sur Muhammad al-Qiq publiés sur ce site

Print Friendly, PDF & Email