Dans l'actu

Israël-Turquie : la fin d’une histoire d’amour

Les liens de la Turquie avec Israël “ne seront plus jamais les mêmes” après le raid meurtrier de l’armée israélienne contre une flottille internationale d’aide à Gaza, a affirmé jeudi le chef de l’État turc Abdullah Gül devant la presse lors d’une visite dans la ville de Corum, dans le nord de la Turquie.

Ses déclarations étaient diffusées par les chaînes de télévision. M. Gül a estimé que l’assaut des militaires israéliens lundi contre la flottille à destination de Gaza, avait engendré des “séquelles irréparables” dans les rapports bilatéraux. “Israël a fait l’une des plus graves erreurs de son histoire”, a dit le président turc.

Dommage qu’il ait fallu attendre si longtemps…

Il y a quelques jours à peine, pour ne prendre qu’un exemple, la Turquie n’avait pas jugé utile de s’opposer à l’admission d’Israël à l’OCDE, sorte de récompense décernée par les puissances occidentales pour bons et loyaux services rendus.

Ni l’humiliation publique de son ambassadeur par le ministre Ayalon, ni une virulente campagne visant à provoquer le boycott de l’industrie touristique turque par les israéliens qui se développait alors avec comme slogan “Les Turcs devraient aller chercher leurs amis à Gaza – Nous nous ne viendrons pas !”, n’avaient suffi à convaincre le gouvernement turc de prendre résolument ses distances.

Que faudra-t-il encore pour que la marine de guerre turque assure la protection des navires marchands battant pavillon truc en Méditerranée contre toute agression israélienne ?

Print Friendly, PDF & Email