Dans l'actu

Israël a décidé de ne plus restituer les corps de ses victimes à leur famille

Le gouvernement israélien a décidé que les corps des Palestiniens tués par ses soldats ou ses policiers ne seront plus rendus à leurs familles. Refuser ces familles le droit d’enterrer leurs morts est un « signe d’impuissance » du gouvernement, et « place Israël sur le même plan que le Hezbollah ou le Hamas, qui marchandent les corps à des fins politiques ou militaires« , estime le quotidien Haaretz dans un éditorial.

Le Ministre israélien de la Sécurité publique, Gilad Erdan, justifie la décision du gouvernement en affirmant que « les familles des terroristes [*] transforment leurs funérailles en manifestations de soutien au terrorisme et en incitation au meurtre. Ce n’est pas tolérable« .

Le quotidien Haaretz fait remarquer que ce pseudo-raisonnement se fonde sur l’idée que s’il n’y avait plus « incitation », les habitants des territoires occupés seraient satisfaits de leur sort, béniraient chaque jour de vivre sous occupation militaire et n’auraient plus aucun désir d’indépendance. C’est évidemment totalement absurde.

Il est évident que le fait de ne pas restituer les corps aux famille n’empêchera pas celles-ci de célébrer la mémoire de leurs martyrs, ni de faire de ceux-ci des objets d’admiration pour toute la communauté palestinienne, et moins encore de se révolter contre l’oppression coloniale dans chacun de ses manifestations quotidiennes telles que les checkpoints, les arrestations arbitraires, les blocages aux entrées et sorties de leurs zones d’habitation, les routes qui sont réservées aux seuls Juifs, etc.


[*] le qualificatif « terroriste » est évidemment celui utilisé par ce ministre, appartenant lui-même à un gouvernement fascisant pratiquant le terrorisme à grande échelle. NDLR

Print Friendly, PDF & Email