Dans l'actu

Israël refuse à une délégation parlementaire belge l’entrée à Gaza

Une délégation de parlementaires belges en mission en Palestine s’est vu refuser par Israël le droit d’entrer à Gaza, a indiqué mardi sa présidente, la députée PS Gwenaëlle Grovonius.

Cette délégation est composée, outre sa présidente, de Vincent Van Quickenborne, Piet De Bruyn, Jean-Marc Nollet, Brigitte Grouwels et David Clarinval, et se trouve en Palestine à l’invitation du Conseil législatif palestinien

Les députés belges devaient se rendre à Gaza mardi, à l’invitation de l’UNRWA, pour y rencontrer différentes ONG. Tous les contacts officiels à cette fin avaient été pris par les autorités belges en Belgique et sur place, a-t-elle indiqué.

«Pourtant, aujourd’hui et à la dernière minute, la délégation s’est vu refuser l’accès à Gaza, les autorités israéliennes ayant refusé de leur procurer un laisser-passer», a expliqué la parlementaire.

Pour Gwenaëlle Grovonius, il s’agit là d’un «abus de pouvoir inacceptable». Gaza ne fait «pas partie d’Israël conformément aux frontières reconnues par la communauté internationale, il est donc inacceptable que les autorités israéliennes s’arrogent le droit d’en refuser l’accès à une délégation officielle de parlementaires étrangers», a-t-elle précisé.

Gwenaëlle Grovonius s’interroge sur les motivations sous-jacentes de ce refus. «Que tente-t-on encore une fois de nous cacher si ce n’est, sans doute, l’état humanitaire déplorable dans lequel Gaza se trouve depuis l’opération militaire destructrice qui y a été menée par Israël en 2014 ?», se demande-t-elle.

Il s’agit en fait d’une pratique assez courante d’Israël, qui a notamment fréquemment interdit l’accès de Gaza au Consul général de Belgique à Jérusalem, qui est aussi compétent pour ce territoire. Le diplomate n’est le plus souvent – avec le mépris caractéristique dont les autorités israéliennes témoignent ordinairement envers les étrangers (entendez : ceux qui n’appartiennent pas à la “bonne” ethnie) – prévenu qu’à l’ultime minute et par un désinvolte SMS des militaires… Et Israël ne saurait évidemment éviter d’user de représailles contre une Belgique qui finance une plaine de jeux pour les enfants d’un quartier de Jérusalem peuplé d’Arabes, cela tombe sous le sens !

Gwenaëlle Grovonius ne manquera pas d’interpeller le ministre belge des Affaires étrangères Didier Reynders sur ce refus d’accès par les autorités israéliennes.

Print Friendly, PDF & Email