Dans l'actu

Israël réduit l’argent de poche de l’ONU, trop indocile à son goût

Le porte-parole du Ministère israélien des Affaires étrangères a annoncé qu’Israël va réduire unilatéralement de 2 millions de dollars sa contribution aux institutions des Nations Unies. Le gouvernement israélien entend utiliser cette somme pour “financer des projets d’assistance internationale dans des pays qui votent en faveur d’Israël dans les forums internationaux”. En dehors des États-Unis, il y en a extrêmement peu et toujours les mêmes : la Micronésie, les Îles Marshall, et l’un ou l’autre vassal microscopique de Washington, sensible aux promesses ou au menaces.

La décision de supprimer une partie de l’argent de poche de l’ONU est, a indiqué le porte-parole, une réponse aux “propositions hostiles envers Israël adoptées par le conseil des Nations Unies pour les droits de l’homme”. Elle se situe, a-t-il expliqué, dans le contexte d’une campagne qui sera menée par “Israël et ses amis” et en premier lieu les États-Unis, afin de “corriger la partialité obsessionnelle contre Israël qui règne à l’ONU et dans ses agences”.

Un véhicule des Nations Unies détruit par l’aviation israélienne, dans le camp de réfugiés de Jebaliya (nord de la Bande de Gaza), en juillet 2014.

On observera avec curiosité la liste des “amis” dont Israël – qui n’a en réalité que des complices – pourra se prévaloir.

Vendredi dernier, le Conseil des Nations Unies pour les droits de l’homme, réuni à Genève, a adopté quatre résolutions concernant la Palestine, dont une condamne la construction de colonies juives en Cisjordanie, à Jérusalem-Est et sur le plateau du Golan. Cette résolution appelle les États et les entreprises à éviter tout lien, direct ou indirect, avec les colonies. Ces résolutions sont de nature “déclarative”, ce qui implique qu’elles n’ont aucun caractère contraignant (voir à ce propos cet autre article).

Lundi, l’ambassadrice étatsunienne à l’ONU, Nikki Haley, a déclaré devant l’assemblée du lobby pro-israélien AIPAC que l’administration Trump ne tolèrera jamais la répétition de ce qui s’est passé en décembre 2016 au Conseil de Sécurité, où pour une fois les USA n’avaient pas opposé leur véto à l’adoption d’une résolution qui condamne la colonisation de la Palestine par Israël, et demande à l’ensemble des États membres de l’ONU de ne pas y prêter leur concours.

 

Print Friendly, PDF & Email