Dans l'actu

Israël encaisse les camouflets diplomatiques à un rythme soutenu

L’Union Européenne attend toujours « le moment opportun » pour reconnaître l’État indépendant de Palestine, mais néanmoins les revers diplomatiques se multiplient pour Israël, sans qu’il s’agisse pour autant réellement de succès éclatants pour les Palestiniens.

L’exaspération que suscite dans le monde entier l’attitude d’Israël, qui ne néglige aucun effort et aucune provocation pour empêcher toute solution au conflit israélo-palestinien a gagné jusqu’au Grand Duché de Luxembourg, dont le chef de la diplomatie, M. Jean Asselborn, a déclaré avec une audace peu commune qu’il est temps de « geler un peu les relations entre l’UE et Israël si on n’est pas capable de reprendre le cours des négociations » de paix. « Geler un peu« … l’expression est amusante. A quel niveau de mépris pour la légalité internationale et pour le droit des peuples se situe le point de congélation… ?

Ce n’est pas le ministre finlandais des Affaires Étrangères qui nous éclairera sur ce point. Car, selon lui, il ne faut pas « lier à ce stade » la question du « rehaussement » de relations de l’État hébreu avec les 27 – un projet bloqué depuis la fin 2008, au moment de l’agression sauvage israélienne contre la population de Gaza – à celle de la colonisation de la Cisjordanie. Mais Alexander Stubb a reconnu qu’il serait « très difficile de le faire si les constructions continuent« .

D’autres, cependant, se montrent un peu plus décidés… mais pas trop. Ainsi, le gouvernement norvégien vient-il – à la grande rage du gouvernement israélien – de conférer officiellement le statut de « représentation diplomatique » à ce qui n’était jusqu’ici que la « délégation générale » palestinienne à Oslo. Une mesure à portée uniquement symbolique – qui n’équivaut pas à la reconnaissance de la Palestine dans les frontières de 1967, comme l’ont annoncé il y a peu le Brésil, l’Uruguay et l’Argentine (la Bolivie devrait suivre d’ici quelques jours, croient savoir certains média) – mais c’est un pas dans la bonne direction.

Un pas symbolique que, d’ailleurs, d’autres pays, et non des moindres, avaient déjà franchi : la France, l’Espagne, le Portugal et… les États-Unis (ce qu’on pourrait interpréter comme un signe que vraiment cela ne porte pas tellement à conséquence).

Le Ministère israélien – qui manie l’humour noir comme personne – a vivement protesté contre la décision « inacceptable » de la Norvège, expliquant sans rire que « cela ne peut que nuire au processus de paix« .

« Si les Palestiniens commencent à croire qu’ils pourraient atteindre leurs objectifs politiques sans négocier avec Israël, ils ne reprendront jamais les pourparlers de paix« , a déclaré un porte-parole.

Le moment où Netanyahou va commencer à sentir qu’il n’est pas durablement confortable de s’asseoir sur le couvercle d’une marmite en ébullition pour empêcher la vapeur de sortie approche…

Print Friendly, PDF & Email