Dans l'actu

Israël achète des passagers aériens pour son industrie touristique [MàJ]

Le gouvernement israélien mobilise 50 millions de shekels (13,2 millions de dollars US), qu’il offre aux compagnies aériennes qui voudront bien ouvrir de nouvelles liaisons vers Tel Aviv, afin d’irriguer l’industrie touristique qui ne s’est toujours pas remise de l’agression contre Gaza en 2014 et du discrédit international qui touche sévèrement Israël.

Les rivages enchanteurs de la Mer Morte dévastés par une exploitation sauvage de l’eau du Jourdain et un tourisme de masse complètement hors de contrôle.

Le quotidien Haaretz indique que le Ministère du Tourisme israélien lance une campagne en direction des compagnies aériennes étrangères afin de les persuader d’ouvrir de nouvelles liaisons vers Israël. Avec un argument sonnant et trébuchant : Israël offre “des centaines de milliers de shekels” pour les aider à financer de la publicité pour les voyages en Israël. La prime peut atteindre 100.000 € pour les compagnies qui assureront un vol par semaine, et le double pour deux vols par semaine.

En échange d’un pactole qui peut aller jusqu’à 3 millions d’Euros (si elles assurent la liaison vers plusieurs destinations), les compagnies doivent garantir qu’elles assureront leurs nouvelles lignes vers Israël avec des appareils d’au moins 145 places. Des conditions sont aussi prévues pour éviter que les nouvelles liaisons déplacent simplement des clients qui en utilisent actuellement d’autres, et pour qu’il s’agisse bien de touristes étrangers, et pas d’Israéliens voyageant à l’étranger.

Selon Haaretz, les responsables du tourisme israélien sont persuadés qu’ils pourraient ainsi augmenter de 500.000 par an le nombre de touristes étrangers, s’ajoutant aux 3,1 millions de visiteurs enregistrés l’an dernier.

Le Ministère affirme dans un communiqué avoir déjà des contacts prometteurs avec trois compagnies aériennes qui sont “intéressées”. La réalité est que le tourisme est toujours sinistré en Israël, après l’agression contre la population de la Bande de Gaza durant l’été 2014, désignée sous le nom de “Bordure Protectrice”, durant  laquelle les compagnies aériennes avaient été obligées de suspendre leurs liaisons avec Israël.

Par ailleurs, la récession qui frappe la Russie (sous l’effet notamment des sanctions économiques prises par les pays occidentaux), et les troubles qui ont commencé en octobre dernier à Jérusalem et en Cisjordanie, n’ont pas arrangé les affaires de l’industrie touristique israélienne.  L’attentat de mercredi dernier contre un autobus à Jérusalem ne devrait certainement pas contribuer à inverser la tendance.

Au cours du premier trimestre de cette année, le nombre de touristes arrivant en Israël est resté stable par rapport à l’année dernière, mais le chiffre de 593.000 enregistré reste inférieur de 17% par rapport à la même période de 2014 (soit avant l’attaque contre Gaza).

Mise à jour  (24 avril) :

En ce qui concerne la correction élémentaire envers sa clientèle (potentielle), le secteur touristique israélien a encore de gros progrès à faire : le quotidien Haaretz indiquait le 24 avril que beaucoup d’hôtels israéliens proposent des prix plus élevés sur leur site web lorsque le client ne pratique par l’hébreu !

Le quotidien cite des exemples où lorsque le client opte pour la version en hébreu du site le prix affiché inclut les 17% de TVA, et dès qu’il clique pour passer à la version anglaise le prix reste de prime abord le même… mais la TVA est en sus.  Dans d’autres cas, le tarif de base est lui-même sensiblement majoré pour ceux qui ne pratiquent pas l’hébreu. Jusqu’où le suprématisme juif va-t-il se nicher ?


Source : dans Haaretz.
Print Friendly, PDF & Email