Dans l'actu

Imaginez les réactions si le Hamas avait tué une Israélienne enceinte et son nourrisson. Mais Inas et Bayan n’étaient que des Palestiniennes de Dir al-Balah…

Gideon Levy

Alors que la soif de sang a submergé les médias sociaux [israéliens]; tandis que le commentateur Shimon Riklin a tweeté : «Nous voulons que vous tuiez des terroristes, et autant que possible, jusqu’à ce que les cris de leurs familles couvrent leurs appétits criminels»; tandis que le ministre Yoav Galant 1, un homme aux mains couvertes du sang de Gaza, déclarait avec un lyrisme biblique : «je poursuivrai mes ennemis et les attraperai, je ne reviendrai pas avant d’avoir fini»; alors que Yair Lapid 2 écrivait, «Les FDI doivent les frapper de toutes leurs forces, sans hésiter, sans réfléchir» – alors que tout cela se passait, Inas et Bayan Khammash ont été tués.

Les funérailles de Inas Khammash et de sa fille Bayan, le 9 août 2018 – (AFP)

Elles étaient mère et fille. Inas avait 23 ans,  et elle était dans son neuvième mois de grossesse; Bayan était un bébé de 18 mois. Elles ont été tuées lorsqu’un missile a frappé leur logement, un appartement loué dans un immeuble d’un étage à Dir al-Balah, dans la bande de Gaza. Le père de famille, Mohammed, a été grièvement blessé.

Leur meurtre n’a pas étanché la soif de sang sur les médias sociaux. Les médias israéliens traditionnels, qui étaient beaucoup plus préoccupés par l’annulation d’un mariage à Sderot, ne l’ont guère mentionné. C’est toujours l’ordre des priorités pour Israël.

Ce n’est pas que les souffrances des habitants des communautés israéliennes près de Gaza ne doivent pas être largement couvertes, mais le mépris total pour les victimes de l’autre côté, même le meurtre d’une femme enceinte et de sa fille, est un acte de collaboration avec la propagande du temps de guerre . L’indifférence publique totale à l’égard de chaque assassinat, associée à la soif de sang devenue politiquement correcte, témoigne également d’un nadir sans précédent.

Il n’est pas difficile d’imaginer ce qui se serait passé, tant en Israël qu’à l’étranger, si le Hamas avait tué une femme israélienne enceinte et sa petite fille. Mais Inas et Bayan n’étaient que des Palestiniens de Dir al-Balah.

Y a-t-il encore des Israéliens qui ont jeté un coup d’œil à leurs proches et ont imaginé l’atrocité de tuer une femme enceinte avec son bébé dans ses bras ? Est-ce que la pensée passe encore par l’esprit de qui que ce soit [en Israël] que Inas et Bayan étaient une femme enceinte et sa petite fille, comme les voisins d’en face? Comme ta fille et ta petite-fille. Comme ta femme et ta fille.

De telles pensées peuvent-elles encore surgir pendant un moment, étant donné les assauts de la déshumanisation, de la propagande et du lavage de cerveau, qui justifient tout meurtre et en rend responsable le monde entier, à la seule exception de ceux qui l’ont commis ? Compte tenu des médias, dont la plupart veulent simplement voir plus de sang se déverser à Gaza, et même faire tout ce qui est en leur pouvoir pour que le sang soit effectivement déversé ? Compte tenu des excuses habituelles selon lesquelles les forces de défense israéliennes n’ont jamais l’intention de frapper une femme enceinte et sa fille, elles le font simplement, encore et encore et encore et encore ?

Compte tenu de tout cela, y a-t-il encore une chance que l’assassinat d’une mère et d’une fille choquent quelqu’un ici ? Que ça va toucher quelqu’un ?

Pendant près de 12 ans, Gaza a été fermée aux journalistes israéliens sur les ordres d’Israël, et les médias israéliens acceptent de se soumettre, ils le font même avec joie. Ô combien j’aimerais pouvoir aller chez Inas et Bayan en ce moment, raconter leur histoire et surtout rappeler au lecteur qu’elles étaient des êtres humains, des personnes – une chose très difficile à faire dans l’atmosphère d’Israël aujourd’hui.

Lors d’un de nos derniers voyages à Gaza, en septembre 2006, le photographe Miki Kratsman et moi-même nous sommes rendus à la maison de la famille Hammad, dans le camp de réfugiés de Rafah. Un énorme cratère s’était ouvert à quelques centaines de mètres de la misérable cabane en tôle dans laquelle nous sommes entrés. Dans la pièce sombre, nous n’avons vu qu’un fauteuil roulant écrasé et une femme infirme, allongée sur le canapé.

Quelques nuits plus tôt, la famille avait entendu des avions les survoler. Basma, alors âgée de 42 ans et complètement paralysée, était allongée dans son lit de fer. Elle a rapidement dit à sa fille unique, Dam al-Iz, âgée de 14 ans, de se précipiter vers elle pour pouvoir la protéger avec son propre corps. Un toit en béton s’est écrasé sur elles et a tué Dam, sa fille unique, qui gisait recroquevillée  dans les bras de sa mère.

Depuis qu’Inas et Bayan ont été tués, je repense sans cesse à Dam al-Iz et à sa mère.

Gideon Levy       

Fureur du porte-parole du Ministère des Affaires étrangères israélien : la BBC avait rendu compte de la mort d’Inas et Bayan Khammash de façon particulièrement succincte :  «Des frappes aériennes israéliennes tuent une famme et son nourrisson» :

Le porte-parole israélien s’est empressé de faire savoir qu’une «plainte formelle» avait été introduite par ses services contre la présentation des faits par la BBC. Celle-ci avait eu l’audace d’omettre de reprendre l’habituelle ritournelle de la propagande israélienne, qui veut que jamais Israël ne soit coupable de quoi que ce soit, et surtout pas d’être l’agresseur, même si toutes les victimes sont systématiquement dans le camp opposé.

Peu après, la BBC a obtempéré, et pour les mêmes faits le titre a été modifié : “Des frappes aériennes sur Gaza tuent une femme et son enfant après que des roquettes aient frappé Israël”.

Jamais, au grand jamais, il n’est fait mention du fait que les tirs de roquettes eux-mêmes sont une faible riposte à l’occupation, qui contrairement à ce que claironne la propagande n’a jamais pris fin, à l’assassinat de centaines de civils désarmés et dans l’incapacité de fuit et au blocus qui constitue un crime de guerre permanent. 

Mais l’innocence d’Israël, en toutes circonstances et quoi qu’il arrive, ne saurait être mis en question, si peu que ce soit. Les médias dominants ne peuvent l’oublier une seule seconde sans être sèchement rappelés à l’ordre et se mettre illico au garde-à-vous.                    L.D.


Gideon Levy, “le journaliste le plus haï d’Israël”, est un chroniqueur et membre du comité de rédaction du quotidien Haaretz. 
Il a obtenu le prix Euro-Med Journalist en 2008, le prix Leipzig Freedom en 2001, le prix Israeli Journalists’ Union en 1997, et le prix de l’Association of Human Rights in Israel en 1996. Il est l’auteur du livre The Punishment of Gaza, qui a été traduit en français : Gaza, articles pour Haaretz, 2006-2009, La Fabrique, 2009

Nous avons fréquemment publié des traductions d’articles de Gideon Levy sur ce site. 

Print Friendly, PDF & Email

Notes   [ + ]

1. Ministre de la Construction du gouvernement Netanyahou – NDLR
2. Leader du parti israélien dit “de centre-droit” Yesh Atid, qui n’importe où ailleurs qu’en Israël serait considéré comme d’extrême-droite – NDLR

1 Trackbacks & Pingbacks

  1. Imaginez les réactions si le Hamas avait tué une Israélienne enceinte et son nourrisson. Mais Inas et Bayan n’étaient que des Palestiniennes de Dir al-Balah… | Réseau International

Les commentaires sont fermés.