Dans l'actu

Histoire de la révolution palestinienne (9) : La culture révolutionnaire – l’éducation

La littérature éducative de la révolution palestinienne répondait directement aux besoins d’un peuple réfugié plongé au beau milieu d’un combat anticolonial de libération. Le Centre de planification de l’OLP développa des programmes de cours et autres matières d’enseignement explicitement destinés à couvrir les besoins éducatifs nationaux d’une nouvelle génération d’enfants réfugiés palestiniens.

À partir de la fin des années 1960, le mouvement scout Ashbal et Zahraat (les Lionceaux et les Fleurs) connut un succès de plus en plus grand. Cette initiative de scoutisme révolutionnaire fut lancée dans le camp de réfugiés de Karameh et se répandit rapidement à d’autres sites palestiniens. Ces groupes de scouts masculins et féminins se réunissaient après les cours et durant les vacances d’été. Un magazine spécial pour les scouts, Al-Ashbal, fut publié par le Fatah pour ses jeunes membres et les thèmes nationaux et révolutionnaires palestiniens étaient véhiculés de cette façon, de même que par le biais de chants scouts.

Les enfants palestiniens apprenaient leur histoire et leur héritage via la danse et les arts de la scène et bon nombre de ces groupes faisaient des tournées internationales. Dans un contexte révolutionnaire, ces activités artistiques jouaient un rôle clé dans la mobilisation, elles stimulaient le moral des enfants réfugiés et elles leur inculquaient un sentiment de dignité et d’enracinement.

Des initiatives d’éducation créative étaient mises sur pied à grande échelle, dans les camps de réfugiés. Par exemple, dans le camp de réfugiés de Baq’aa, en Jordanie, les partis œuvraient ensemble, en compagnie d’artistes de premier plan, pour introduire l’éducation artistique dans le camp.

Certains initiatives étaient publiées, fournissant ainsi aux enfants une possibilité d’exutoire à leur créativité. Ces publications généraient également la solidarité locale et internationale en partageant leur univers avec des publics qui n’étaient pas familiarisés avec la vie dans les camps de réfugiés.

L’éducation technique fut elle aussi introduite au profit des familles des martyrs, afin d’assurer l’autosuffisance dans les camps, et ce fut surtout la Samed qui s’en chargea, une institution palestinienne de production dépendant de l’OLP et qui avait été constituée en 1969.

L’éducation était dispensée bien au-delà du simple cadre de la classe d’école, et ce, via l’art de l’affiche et les graffiti et, sur les murs de chaque camp de réfugiés, de chaque quartier palestinien, étaient fixés des tableaux sur lesquels on inscrivait le vocabulaire de la révolution. Cette méthode permettait la circulation de masse des idées centrales de la libération et de la résistance à la dépossession, dans le même temps qu’elle soutenait la culture plus large du retour, profondément enracinée dans l’esprit collectif palestinien (thaqafat al-awda).

L’enseignement comprenait des matières destinées aux jeunes d’un âge un peu plus avancé et chaque mouvement politique palestinien développait ses propres programmes d’éducation des cadres. Les membres lisaient toute une variété de textes reflétant l’orientation idéologique de leur parti et, souvent, ils discutaient de leurs lectures lors des réunions de cellule hebdomadaires. À partir des années 1950, des camps d’été furent organisés pour les cadres, leur permettant de développer leurs connaissances idéologiques et pratiques, de recevoir un entraînement au combat et à la résistance et de rencontrer pour la première fois d’autres membres arabes et palestiniens de leur mouvement.

Des brochures spécialisées familiarisaient les cadres avec les principes organisationnels et les codes comportementaux révolutionnaires, telles la critique et l’autocritique.

Dans les années 1970, le Fatah et le FPLP mirent en place des écoles de cadres plus avancées, proposant ainsi des cours sur la théorie révolutionnaire et un vaste choix de sujets politiques. Des conférenciers spécialisés se chargeaient d’enseigner ces programmes et les classes de fin d’études étaient tenues par des dirigeants de parti.

À l’intérieur des Territoires palestiniens occupés, il y eut beaucoup d’enseignement révolutionnaire à l’intérieur des prisons de l’occupation militaire et chaque mouvement avait son programme d’éducation hautement développé et ses propres cours. Des groupes spéciaux de lecture étudiaient et commentaient des textes révolutionnaires dont les exemplaires avaient été recopiés à la main. De plus, ce matériel circulait largement entre les différents mouvements, de sorte que de nombreux débats et discussions ouvertes pouvaient avoir lieu dans le milieu fermé de la prison.


Karma Nabulsi est chargée de cours en politique au collège St Edmund Hall de l’université d’Oxford.

Le cours est disponible sur : learnpalestine.politics.ox.ac.uk.

Original : Revolutionary Culture – Education

Traduction : Jean-Marie Flémal

Les différents cours de la partie « Teach the revolution » ont déjà été publiés sur ce site :

La génération de la Nakba

Les Palestiniens dans les armées, syndicats, mouvements anticoloniaux et partis arabes des années ’50

Rêver de la révolution : réseaux clandestins et associations publiques, 1951-1967

De la création de l’OLP à la Naksa de 1967 et à la naissance de la légitimité révolutionnaire

La pensée et la pratique révolutionnaires

La révolution aux frontières : la Jordanie

La révolution aux frontières (II) : la résistance au Liban, 1969-1976

De la défense du Sud-Liban au siège de Beyrouth

La Palestine dans le monde : la solidarité palestinienne et la solidarité avec la Palestine

La culture révolutionnaire

Dans les prisons

La diplomatie révolutionnaire

Print Friendly, PDF & Email

1 Trackbacks & Pingbacks

  1. Des prisonniers palestiniens blessés laissés sous la pluie sans nourriture ni sanitaires au cours de la « Nuit de l’horreur » | ITRI : Institut Tunisien des Relations Internationales

Les commentaires sont fermés.