Dans l'actu

Grande offensive de propagande israélienne en Europe en 2011

Le ministre israélien des Affaires étrangères prévoit de lancer une nouvelle campagne de relations publiques dans un certain nombre de capitales européennes au début de l’année prochaine.

La campagne, durant laquelle les ambassades d’Israël dans les pays européens feront un usage intensif du savoir-faire d’ experts en relations publiques, mobilisera jusqu’à un millier de personnes dans chaque pays, en majorité des volontaires pour diffuser le message d’Israël, indique le journal Haaretz.

Il y a une semaine, les ambassades d’Israël dans les capitales sur lesquelles la campagne sera principalement centrée –  à savoir Londres, Berlin, Rome, Madrid, Paris, La Haye, Oslo et Copenhague –  ont été informés des principes de base du nouveau plan de relations publiques gouvernemental. Le budget “relations publiques” des ambassades israéliennes en Europe sera doublé en 2011.

Chaque ambassadeur a été chargé de préparer, pour le 16 janvier, une liste d’au moins mille «alliés» disposés à agir pour le compte d’Israël, en organisant par exemple des manifestations et des rassemblements de soutien, à publier des articles dans la presse, etc…

Pour constituer ces réseaux, les ambassades israéliennes chercheront principalement à recruter leurs collaborateurs volontaires parmi “les membres de la communauté juive locale” – dont les organisations “représentatives” intenteront ensuite des actions judiciaires contre ceux qui auraient l’outrecuidance de laisser entendre qu’ils peuvent être des agents du gouvernement israélien – “les militants dans les organisations chrétiennes, des journalistes, des politiciens, des intellectuels, des universitaires et des militants dans des organisations étudiantes”, précise Haaretz.

Mais ceci appartient déjà la méthode classiquement utilisée par Israël pour promouvoir son image – ou plutôt pour éviter qu’elle se dégrade autant que la politique de son gouvernement le justifierait – mais ce qui est nouveau, selon le quotidien, c’est que cette fois les ambassades auront aussi recours aux services de professionnels des relations publiques, contre rétribution bien entendu. Des mercenaires de la “hasbara”, en d’autres termes.

Même si les ambassadeurs ont reçu pour instruction d’organiser au moins un événement à “haute visibilité” par mois, il ne s’agit pourtant pas d’une simple campagne de pub, mais de sociétés qui aideront les ambassades dans leur travail auprès des “agents d’influence”.

Le ministère des Affaires étrangères produira pour alimenter les acteurs de cette campagne d’opinion trois types de matériels de propagande :

  • des messages politiques dans lesquels les positions d’Israël sur le processus de paix, les colonies, etc… seront “encapsulés”;
  • des messages de promotion de la “marque Israël” qui concerneront par exemple la situation d’Israël dans des domaines spécifiques d’activité, tels que les hautes technologies, l’économie, le tourisme, etc…
  • et des messages “sur l’évolution des problèmes au Moyen-Orient qui ne sont pas directement liés à Israël”, comme les droits de l’homme en Iran ou en Syrie, du Hezbollah au Liban reprendre, etc… Autrement dit, le gouvernement israélien ne va pas se contenter de chanter ses propres louanges, il veut aussi dénigrer ses voisins, histoire de conforter les Européens dans l’idée qu’Israël reste une irremplaçable “tête de pont” occidentale enfoncée dans le flanc du monde arabe.

Enfin, les ambassades israéliennes en Europe vont s’efforcer de convaincre des “leaders d’opinion” dans les différents pays de visiter Israël.

 

Print Friendly, PDF & Email