L'actu

Gideon Levy : «Goldstone a ouvert la voie à une nouvelle guerre à Gaza»

« Quiconque a honoré le Goldstone “première manière” se doit de lui demander : “qu’est-ce que vous savez aujourd’hui que vous ignoriez alors, au juste ?  Avez-vous appris, aujourd’hui que critiquer Israël conduit à subir une campagne de pressions et de calomnies que vous êtes incapable de supporter, vous un ’juif ayant la haine de soi [selff-hating jew] ? Cela, vous auriez pu le savoir avant” », écrit Gideon Levy dans Haaretz.

Selon lui, Richard Goldstone vient, en remettant en question le rapport d’enquête qui porte son nom, de « donner son feu vert à une opération “Plomb durci” N°2 », dont tout indique que le gouvernement et l’armée d’Israël la préparent de plus en plus activement.

« Tout d’un coup, poursuit-il, les derniers doutes sont levés et les points d’interrogation sont devenus des points d’exclamation. Le Docteur Izzeldin Abuelaish a écrit un court récit dans lequel il a complètement inventé le massacre de ses trois filles [1]. Les 29 morts de la famille Al-Simoni sont en réalité en vacances aux Caraïbes.  Le phosphore blanc [2] n’était que des effets pyrotechniques pour le tournage d’un film de guerre. Les porteurs de drapeaux blancs qui ont été abattus n’étaient que des mirages dans le désert, tout comme les rapport faisant état du massacre de centaines de civils, y compris des femmes et des enfants. “Plomb durci” n’est plus qu’une phrase dans une chanson pour les enfants à l’occasion de Hannukkah. »

Gideon Levy se demande si ce sont « les deux rapports produits par le juge Mary McGowan Davis », dont pour des raisons assez claires il a à peine été fait mention en Israël, qui ont amené Richard Goldstone à capituler devant les spécialistes des « public relations » au service du gouvernement israélien.

« Si c’est le cas, il vous faut les lire attentivement – écrit-il en s’adressant à Goldstone – car dans son second rapport, publié il y a environ un mois, la juge new-yorkaise a écrit que rien n’indique qu’Israël ait lancé la moindre enquête en direction des personnes qui ont conçu, planifié, commandé et supervisé l’opération “Plomb durci”. Dès lors, comment pouvez-vous savoir quelle politique était à l’origine des faits sur lesquels vous avez enquêté ? ». Lévy fait ainsi, en une phrase, justice des affirmations tardives de Goldstone selon lesquelles l’armée israélienne n’aurait pas intentionnellement causé la mort de civils palestiniens.

Qui plus est, écrit encore Levy, « il faut être un amoureux particulièrement inconditionnel d’Israël, comme vous dites que vous l’êtes, pour croire que l’armée israélienne, comme toute autre organisation, peut mener une enquête à propos d’elle-même. Il faut être un amoureux aveugle de Sion pour se satisfaire d’investigations menées pour le plaisir d’enquêter et qui ne débouchent sur l’acceptation d’aucune responsabilité et virtuellement sur aucun procès. Un seul soldat a été jugé pour meurtre. »

« Mais faisons abstraction des tourments et des doutes du plus-très-jeune Goldstone. Faisons aussi abstraction des rapports des organisations de défense des droits de l’homme. Ne nous occupons que des affirmations de l’armée [israélienne] elle-même. cario-gaza

Selon le Renseignement militaire, 1.166 Palestiniens ont été tués durant l’opération, dont 709 “terroristes”, 162 qui pourraient, ou non, avoir été armés, 295 “spectateurs”, 80 âgés de moins de 16 ans et 46 femmes. Toutes les autres enquêtes aboutissaient à dresser un tableau plus sérieux, mais tenons-nous en aux affirmations de l’armée.

Est-ce que le massacre de 300 civils, dont des douzaines de femmes et d’enfants, ne serait pas une raison suffisante pour se poser des questions sur l’âme de la nation ? Est-ce qu’ils ont tous été tués par erreur ? Et si c’était le cas, est-ce que 300 erreurs différentes n’exigeraient pas qu’on en tire des conclusions ? Est-ce là le comportement de « l’armée la plus morale du monde » ? Si ce n’est pas le cas, qui en porte  la responsabilité ? »

Conclusion : “Plomb durci”, une opération menée par “une armée de science-fiction” face à “des lanceurs de Qassam aux pieds nus” en réalité “n’était pas une guerre” mais bien une agression sauvage contre une population sans défense qui n’avait même pas la possibilité de fuir. Tous les reniements de Goldstone n’y changeront rien.


[1] médecin palestinien résidant dans la Bande de Gaza qui travaillait dans un hôpital israélien, dont les filles et une nièce ont été tuées par plusieurs obus tirés par un char directement dans leur appartement, de façon clairement intentionnelle.
[2] l’armée israélienne a tiré en grandes quantités, dans des zones très peuplées et même sur des écoles, des obus au phosphore blanc, qui causent des brûlures chimiques d’une extrême gravité. Le phosphore se consume longtemps et est pratiquement impossible à éteindre.

Print Friendly