Dans l'actu

Gaza : le blocus un peu, beaucoup, passionnément…

«Ce blocus doit être brisé. La position de la Ligue arabe est claire», a assuré M. Moussa après avoir traversé à Rafah la frontière entre l’Égypte et la bande de Gaza, où il se rend pour la première fois. «Non seulement les Arabes mais le monde entier doit soutenir le peuple palestinien contre le blocus de Gaza et face à ce qui se passe dans les territoires occupés, en particulier à Jérusalem-Est», a ajouté le secrétaire général de la Ligue arabe.

Au cours de cette visite de quelques heures, M. Moussa doit rencontrer des responsables de l’ONU et d’ONG, le premier ministre du Hamas, Ismaïl Haniyeh, et les chefs des principaux mouvements palestiniens à Gaza. “La réconciliation [entre factions palestiniennes] est fondamentale, c’est une question de principe, c’est une question de volonté et pas simplement de signature”, a plaidé le chef de la Ligue Arabe. “Il s’agit de volonté, de décision politique, c’est une position qui doit se traduire par un accord sur toutes les questions”, a-t-il ajouté.

Il n’est pourtant pas certain du tout qu’on en prenne le chemin, car si on en croit Haaretz, le président de l’Autorité Palestinienne Mahmoud Abbas, a demandé à Barack Obama, lors de sa visite à Washington mercredi dernier, de faire pression pour que les frontières de Gaza soient plus perméables mais de ne pas permettre une levée totale du blocus naval de la bande de Gaza qui pourrait renforcer le Hamas.  Des diplomates européens informés par la Maison Blanche ont affirmé au quotidien que l’Égypte avait tenu un discours similaire aux États-Unis, à Israël et à l’Union européenne.

Abbas a démenti avoir tenu de tels propos lors de sa rencontre avec Obama.

Plus que jamais, on peut donc dire que “la position de la Ligue arabe est claire”.

Print Friendly, PDF & Email