L'actu

France : qui protège les fascistes juifs ?

Dominique Vidal (journaliste, ancien Rédacteur en chef adjoint du Monde diplomatique)

Depuis quelques jours, une soi-disante « Brigade juive » se répand sur les réseaux sociaux en insultes et en menaces. Sa cible: des militants qui, devant l’intransigeance du gouvernement israélien et la complaisance de la communauté internationale, participent à la campagne Boycott-désinvestissement- sanctions (BDS).

Dominique Vidal

Ces « brigadistes » s’en sont notamment pris à des dirigeants de l’Association France Palestine Solidarité (AFPS), dont ils ont rendu publics l’adresse de courriel, l’adresse postale et le numéro de téléphone. Cela a aussitôt été suivi d’appels téléphoniques d’insultes et de menaces d’agressions physiques extrêmement violentes allant jusqu’à des menaces de mort ou de viol contre les responsables de l’association et les membres de leurs familles s’ils poursuivaient la campagne BDS.

Pour ma part, ayant dénoncé ces agissements sur ma page Facebook, je me suis vu traiter d’“antijuif gauchiste” pour qui “le bon juif est celui qui a péri dans les camps nazis”. Ces injures sont obscènes : presque toute ma famille paternelle a connu les camps nazis, dont Auschwitz pour mon père; quant à ma famille maternelle, également juive, elle a dû passer dans la clandestinité, et cacher les enfants, dont ma mère, au Chambon-sur-Lignon.

Si de nombreux internautes se sont mobilisés contre ces “interventions”, au point que Facebook a dû suspendre la page de ladite « Brigade juive », le Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF) n’a pas eu jusqu’ici un seul mot pour condamner ces insultes et ces menaces. Voilà une organisation qui prétend parler au nom des Juifs de notre pays, mais qui se tait quand des fascistes agissent au nom du judaïsme.

Certes, le CRIF combat la campagne BDS, dont il a obtenu de l’actuel gouvernement la criminalisation. Mais la haute représentante de l’Union européenne pour la politique extérieure et la défense, Federica Mogherini, a rappelé récemment que « l’UE défend la liberté d’expression et d’association, conformément à sa Charte des Droits fondamentaux, qui s’applique aux États membres de l’UE, y compris en ce qui concerne les actions BDS ».

Quoiqu’il en soit, il ne s’agit pas ici de demander à qui que ce soit de se rallier à la campagne BDS, mais simplement de condamner des actions délictueuses qui portent gravement atteinte à la liberté d’expression.

Quand les « ancêtres » de l’actuelle « Brigade », le Betar et la Ligue de défense juive (LDJ), sévissaient, le CRIF protestait… qu’il n’avait rien à voir avec eux. Cette fois-ci, il s’en tient à un silence bruyant.

La question est donc clairement posée: qui protège les fascistes juifs et pourquoi ?


Ce texte a été publié par Dominique Vidal sur son blog de Médiapart, le 13 mars 2017.