Dans l'actu

FOCUS PALESTINE : deux films sur la résistance à l’occupation

Vendredi 24 novembre,
à Quai10, quai Arthur Rimbaud, 10, 6000 Charleroi
Un partenariat Quai10 – Plate-forme Charleroi-Palestine

A 9 h 30 :

En 1987, en pleine Intifada, des Palestiniens de Beit Sahour, un village près de Bethléem en Cisjordanie occupée, décident de ne plus acheter leur lait aux Israéliens. Alors que les 18 vaches qu’ils se procurent deviennent un symbole de fierté nationale, l’armée israélienne les déclare “danger pour la sécurité nationale”. Traquées par les uns, choyées par les autres, elles deviennent les “vaches de l’Intifada”.

Les dix-huit fugitives jette un regard unique sur l’ingéniosité d’un peuple luttant contre l’occupation. On y rencontre les militants qui ont plongé dans cette aventure ainsi que leurs familles, leurs amis et de nombreux habitants de Beit Sahour dont elle a changé la vie, sans oublier les dix-huit vaches présentées sous forme de BD.
Réalisateurs : Amer Shomali et Paul Cowan – Durée :1 h 15.

La projection sera suivie d’un débat avec des jeunes Carolos juste de retour de Palestine.

La bande d’annonce du film :

Public scolaire : 4,50€ (réservation via charlotte@quai10.be) ou au 071/31.71.47
Tout public : tarifs standards

A 20 h 30 :

Années 80, la révolte gronde dans une prison israélienne, où sont détenues des prisonnières politiques palestiniennes. Layal vient d’y être condamnée à 8 ans, pour un attentat dans lequel elle est innocente. Mais Layal découvre qu’elle est enceinte. Envers et contre tout, elle décide de garder l’enfant.
Réalisatrice : Mai Masri. Durée : 1 h 43.

Mai Masri a travaillé le langage du cinéma : caméra à l’épaule, à travers les barreaux, cinéma vérité. Le film a d’ailleurs été tourné dans une prison militaire désaffectée en Jordanie. Il raconte d’une façon poignante la résistance des femmes palestiniennes en prison.

Le film est basé sur des faits réels. Derrière chaque femme dans le film, il y a une vie réelle. La réalisatrice les a rencontrées dans les années 1980, a écrit et filmé l’histoire de leur emprisonnement.

Quand il a été montré en Palestine occupée, les femmes dont le séjour en prison a été relaté, sont venues le voir. Y compris la Palestinienne, dont Mai Masri s’est inspirée pour son personnage principal. Son fils, né en prison, a 30 ans maintenant. A sa naissance, elle l’avait appelé « Filistin ».

À toutes les séances, que ce soit à Ramallah, Jénine, Nazareth ou Oum al-Fahm, des anciens prisonniers assistaient à la projection.

Tarifs standards – www.quai10.be

Print Friendly, PDF & Email