Dans l'actu

Fatima et Kenza sont rentrées

Fatima El Mourabiti et Kenza Isnasni, deux des cinq Belges qui se trouvaient sur un des navires de la flottille internationale à destination de Gaza arraisonnée par les forces israéliennes, sont arrivées dimanche après-midi à l’aéroport de Zaventem. Elle étaient attendues par de nombreux amis et sympathisants, ainsi que par pas mal d’équipes de télé (les mêmes qui ne semblaient pas trouver la “flottille de la liberté” digne d’intérêt avant que le sang ne coule).

Inge Neefs et Griet Deknopper sont quant à elles rentrées en Belgique jeudi soir, et le cinquième Belge, un caméraman de Al Jazeera, qui a été blessé, était rentré dès le début de la semaine.

Dans une vidéo réalisée avant que la “flotille de la liberté“ prenne la mer (et qui n’est hélas plus disponible en ligne) elles exprimaient une certaine amertume à propos de l’attitude des média belges, qui observaient un black-out sur l’information jusqu’au moment où le sang a coulé (ensuite, l’intox et l’usage biaisé des mots a souvent succédé à l’indifférence).

Commentant cette vidéo, un blogueur écrit :

«Alors que la chose politique est discréditée (impuissance, cynisme, illisibilité, coupure avec le peuple, dépendance totale à la sphère économique, confiscation de la démocratie réelle…), état dont l’abstention massive n’est quun symptôme, deux jeunes bruxelloises Kenza et Fatima en participant à la « Freedom flotilla », acte éminemment « politique », redonnent des lettres de noblesse au mot et à la chose… Petits politiciens véreux, démagogues nains et sans scrupule, rats de ministère et autres animaux de basse-cour, prenez en de la graine ! Ainsi, peutêtre, sans le savoir, sans les avoir lu, nos deux héroïnes sont allées à l’école de Walter Benjamin et de Howard Zinn, qui n’ont cessé de démontrer que l’Histoire réelle, histoire « à rebroussepoil », ne s’écrit pas par les États (et les élites) mais par les « petites gens » (qu’on nous présente comme dominés), elle s’écrit dans et par la chair et le sang du Peuple

On ne peut mieux dire.

 

Print Friendly, PDF & Email