Dans l'actu

Et nous reviendrons, toujours plus nombreux

Une nouvelle mission de « Bienvenue en Palestine » du 15 au 21 avril 2012

Cette nouvelle mission a pour but, comme la précédente, de revendiquer le droit d’entrer en Palestine et la libre circulation pour les Palestiniens comme pour tous ceux qui veulent leur rendre visite.

Toutes les formes de solidarité avec la Palestine sont importantes : la campagne internationale BDS (boycott, désinvestissements, sanctions), les flottilles et les convois pour rompre le blocus de Gaza, le soutien à des projets éducatifs, agricoles, culturels, médicaux, le soutien aux manifestations contre le mur, contre la démolition des maisons palestiniennes, le soutien aux prisonniers politiques palestiniens, aux comités de résistance populaire…

La manifestation de solidarité qui consiste à exiger le droit d’aller rendre visite aux Palestiniens l’est également. C’est pourquoi nous repartirons cette année et encore plus nombreux que l’année passée, en affirmons pacifiquement mais clairement : « Oui, nous voulons nous rendre en Palestine ».

Les territoires palestiniens n’appartiennent pas à Israël. Nous sommes obligés de passer par Tel Aviv. Nous irons directement à Bethléem où des familles et des associations palestiniennes recevront.

La participation à cette mission sera encore plus importante que l’année passée. De nouveaux pays ont rejoint l’initiative. La mobilisation est en cours en France, en Grande-Bretagne, en Espagne, en Italie, en Grèce, aux Etats-Unis, au Danemark, en Belgique…

Un appel qui a été lancé au niveau mondial :

« Nous, signataires de la présente, adhérons à l’appel de «Bienvenue en Palestine 2012», visant à permettre aux défenseurs des droits de l’homme et des droits nationaux du peuple palestinien de se rendre librement en Palestine en avril 2012. Il n’y a pas d’autre moyen, pour entrer en Palestine, que de passer par des postes de contrôle israéliens. Israël a fait de la Palestine une prison géante, mais depuis quand des prisonniers ne pourraient-ils mêmes pas recevoir de visites ?

« Bienvenue en Palestine 2012» va de nouveau contester la politique israélienne d’isolement de la Cisjordanie, à l’heure où les colons paramilitaires et l’armée commettent des crimes contre une population civile palestinienne sans défense. Nous appelons les gouvernements à soutenir le droit des Palestiniens à recevoir des visiteurs, et le droit pour leurs ressortissants respectifs de visiter librement la Palestine.

Les participants à la mission Bienvenue en Palestine 2012 demandent à pouvoir transiter par l’aéroport de Tel Aviv sans encombre afin de pouvoir se rendre directement en Cisjordanie où ils sont attendus pour prendre part à un projet consacré au droit à l’éducation pour les enfants palestiniens. »

Les premiers signataires de cet appel sont :

Desmond TUTU (Afrique du Sud, archevêque, prix Nobel de la Paix pour sa lutte contre l’apartheid)
Ronnie KASRILS (Afrique du Sud, ancien membre du Congrès National Africain)
Noam CHOMSKY (États-Unis, auteur, linguiste, philosophe)
Tony BENN (Grande-Bretagne, ancien ministre socialiste)
John PILGER (Australie, journaliste et cinéaste)
Stéphane HESSEL (France, ancien résistant, écrivain, co-rédacteur de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme)
Nawal Al SADAAWI (Egypte, auteur, féministe)
Nurit PELED ELHANAN (Israël, professeur, activiste de la paix)
Sam BAHOUR (Palestine, Right to Enter Campaign)
Jonathan COOK (Grande-Bretagne, journaliste indépendant vivant à Nazareth)
Vauro SENESI (Italie, dessinateur et auteur)
AbdelFattah ABU SROUR (Palestine, directeur du centre culturel Al-Rowwad, camp de réfugiés d’Aïda à Bethléem)
Xavier RENOU (France, fondateur et porte-parole des « Désobéissants »)
Jean ZIEGLER (Switzerland, Vice-President of the Advisory Committee of the UN Human Rights Council)
Susan ABULHAWA (Etats-Unis, Auteure palestinienne)
Nicolas WADIMOFF (Suisse, réalisateur de Aisheen)

assad

Bienvenue en Palestine soutiendra cette année la construction d’une école (comprenant 16 classes, de la maternelle à la terminale, avec en plus une école hôtelière) dans la région de Bethléem.
Le coordinateur palestinien de l’association EJE (L’éducation, le Jeu et l’Enfant), Jacques Neno, explique le projet :
« L’association EJE, qui accompagne les enfants palestiniens en Cisjordanie et à Gaza pour grandir en humanité malgré l’occupation et l’injustice dont ils sont victimes au quotidien vous invite avec un consortium d’ONG palestinienne à venir en Palestine en avril 2012! Nous vous invitons à venir nous accompagner dans la construction de 4 écoles pour les enfants palestiniens sur Bethléem. Une école maternelle, une école primaire, le collège-lycée Stéphane HESSEL et le lycée professionnel de l’hôtellerie. Les 4 écoles seront construites sur un terrain de 4000 m2 à quelques mètres d’un pont (interdit aux Palestiniens) reliant les colonies illégales de Gilo et du Sud vers Bethléem et Hébron.

Vous accompagnez Stéphane HESSEL qui viendra poser la première pierre du collège-lycée qui portera son nom et vous participez avec des centaines de « bâtisseurs de paix » chacun en fonction des ses intérêts et capacités aux travaux dans la maternelle et le primaire.

Soutenir ce projet permet aux palestiniens de créer des emplois et de rêver un avenir meilleur pour leurs enfants en les aidant aussi à s’accrocher à leur terres et à ne pas céder à la tentation de l’immigration en attendant ce jour heureux ou la Palestine sera libre grâce à la résistance pacifique dont vous êtes aussi les artisans ! Les Palestiniens ont le droit comme tous les autres peuples à une éducation de qualité, une éducation qui leur permettra de garantir dans un avenir proche la présence de citoyens qualifiés maîtrisant plusieurs langues et ouverts sur le monde par leur connaissance de la culture occidentale. C’est pourquoi notre projet « Grandir en humanité avec 3 langues et 2 cultures » contribuera à renforcer la résilience des enfants palestiniens et de la SOUMOUD (résistance pacifique) du peuple palestinien face à l’injustice de l’occupant. Ce projet de création d’école commence à Bethléem en 2012 et vise à créer d’autres écoles de ce type à Ramallah et plus tard à Gaza.
Par ce projet vous permettez aussi la professionnalisation et le développement du secteur du tourisme, à la création des emplois si important pour permettre aux palestiniens de rester digne, et au développement d’un tourisme solidaire et alternatif. Le lycée professionnel inclus un restaurant d’application, un hôtel et des formations de chefs cuisiniers.
L’école le Petit Prince, le collège lycée Stéphane Hessel, et le lycée professionnel vont accueillir à terme plus de 500 élèves et étudiants et créer une centaine d’emplois stables. L’hôtel et le restaurant d’application accueilleront une centaine de touristes par jour et leur permettront de gouter à l’hospitalité palestinienne et à découvrir ce pays si riche et si attachant malgré l’occupation. Le développement de ce secteur de tourisme alternatif permettra à élever la conscience des citoyens libres et responsables du monde, leur solidarité avec la cause palestinienne et leur engagement à faire tomber les murs en permettant la construction des ponts. »

Quelques questions pratiques

Les participants de tous les pays arriveront le 15 avril et seront accueillis à Bethléem. Ils logeront chez l’habitant, dans les familles, dans les camps de réfugiés et en ville et aideront à la construction de l’école « Ecole Stéphane Hessel » dès le lendemain. Nous aurons des professionnels avec nous, et surtout parmi les Palestiniens, pour nous donner des consignes.

Budget : il faut compter un budget de 140 € pour la semaine.

Conduite : la principale règle de conduite de cette mission est la non-violence. Et toutes les activités que nous prévoyons pendant la mission sont pacifiques.

Billet d’avion :
Chacun doit prendre individuellement son propre billet aller-retour. La date d’arrivée doit être le 15 avril, mais la date de retour est à la convenance personnelle de chacun, en fonction de ses disponibilités, même si la mission elle-même se termine le 21 avril. Vous pouvez partir de l’aéroport de votre choix.
Il est conseillé d’acheter son billet sur internet, via des des sites tels que Go Voyages, OPODO, edreams, ebookers… en choisissant les vols les plus intéressants, et en prenant conseil avant l’achat auprès du contact indiqué ci-dessous.
A l’heure actuelle les prix des aller-retour (le plus souvent avec une escale) varient entre 350 et 450 euros. Il est conseillé de profiter des vols à bas prix pendant qu’ils sont disponibles.

Quelles formalités avant le départ ?
Pour les participants de nationalité belge, il n’y a pas de formalités particulières à remplir ni de visa à obtenir. Il faut simplement vous assurer que votre passeport est valide au minimum six mois après la date du retour.
Pour les participants de nationalités étrangères, la situation varie d’un pays à l’autre. Pour tous ceux qui ne sont pas ressortissants de l’Union Européenne, il est parfois nécessaire d’obtenir un visa. Israël refoule souvent les ressortissants de pays tels que l’Algérie, le Liban, la Syrie…. Donc, bien se renseigner à ce sujet.

Que faut il emporter ?
Nous serons au début début du printemps. Il fait normalement beau à cette période de l’année en Palestine, où les paysages sont fleuris et l’air d’une grande douceur. Les soirées et les nuits peuvent néanmoins être encore fraîches et nous recommandons donc de prendre également des vêtements chauds et des sacs de couchage.

Quels sont les risques de ne pas réussir à entrer ?
Le 8 juillet 2011, 300 participants à la mission « Bienvenue Palestine » ont été bloqués par les compagnies aériennes, sur ordre d’Israël, dans les aéroports en France, en Suisse et à Bruxelles. L’existence d’une liste noire comprenant des hommes, des femmes et des enfants n’ayant aucun antécédent de violence, a choqué le monde entier.

Les compagnies aériennes se sont déconsidérées en acceptant d’obéir à un ordre illégal, qui a entraîné la plus grande confusion (retards, annulations) dans tous les aéroports européens. Seul un cas de force majeure peut justifier de refuser d’embarquer des passagers qui sont en règle. D’ailleurs toutes les compagnies aériennes qui nous ont refusé l’embarquement ont été obligées de nous rembourser tous nos billets, intégralement. Les syndicats des aéroports ont émis des protestations écrites contre ce blocage qui était une première dans l’histoire de la navigation aérienne. Et de nombreux procès sont en cours car la loi punit le fait d’entraver la circulation de voyageurs en raison de leurs opinions politiques. Nous espèrons donc que les compagnies aériennes, qui sont désormais prévenues, et qui ont agi dans la précipitation, puisqu’elles n’ont reçu l’ordre d’Israël que 24 H avant notre départ, réfléchiront à deux fois avant de commettre une nouvelle erreur.

Y a-t-il également un risque de se retrouver en prison en Israël ?
Il y a eu au total 127 participants à la mission du 8 juillet 2011 qui ont été arrêtés à Tel Aviv par la police israélienne.

Ayant refusé de payer un billet de retour (il ne manquerait plus que cela !), ils ont passé entre 3 et 5 jours en prison.
Quand on est en groupe, ce n’est pas comme si on se retrouvait isolé. L’union fait la force : nos 127 camarades de divers pays en ont fait l’expérience. Si Israël n’a pas réussi à démoraliser une centaine de personnes, pour la plupart des femmes et des hommes qui se rendaient pour la première fois en Palestine, et qui pour beaucoup n’étaient pas des « militants », imaginez la situation si nous sommes plus d’un millier à être arrêtés !

Puisque ni nos gouvernements, ni les Nations Unies, ne veulent faire appliquer le droit international en Palestine, les militants palestiniens comme internationaux en sont arrivés à la conclusion qu’il nous incombe à nous-mêmes, en tant que citoyens, de défendre les droits palestiniens, leur résistance et même leur survie, et de refuser l’isolement qu’Israël (et la Communauté Internationale) leur impose.

Bien sûr, si vous avez un nom à consonance arabe, ou si vous faites partie de la campagne internationale BDS ou même si vous êtes repérable sur Google du simple fait d’avoir signé une pétition en faveur des Palestiniens, ou tout simplement si vous tombez sur des policiers zélés ou de mauvaise humeur, vous risquez en permanence de vous voir interdire l’entrée. C’est pour cela que des tas de gens n’osent pas se rendre en Palestine, même quand ils en ont vraiment le désir. Mais ce qui peut être une épreuve très difficile quand on est seul, est totalement différent quand on est en groupe. Donc pas question de se laisser intimider !

Comment puis-je contribuer à la réussite de cette mission ?
Le succès de cette mission repose sur chacun et chacune d’entre nous à tous les niveaux et notamment avant le départ, c’est à dire dans la période actuelle. Plus nous serons nombreux et plus nous serons en mesure de délivrer un message fort. Il faut donc faire connaître largement cette initiative, convaincre ses proches, ses amis d’y participer. Ce site est un bon moyen de faire connaître le projet, mais aussi les flyers à votre disposition, et bien entendu tous les réseaux et autres sites via internet.

  • Organisons dans toutes les villes un maximum d’événements d’ici avril pour faire connaître la mission « Bienvenue en Palestine 2012» (projection de films, tables d’information lors de meetings, concerts, soirées couscous…)
    -Prenons rendez-vous avec nos élus respectifs pour leur parler de la mission, leur proposer d’y participer, et au minimum de la soutenir.
  • Demandez à des personnalités (élus, universitaires, sportifs, journalistes, artistes, écrivains…) de faire partie du voyage.
  • Demandez à celles et ceux qui ne peuvent pas nous accompagner de parrainer des jeunes qui veulent venir mais ont du mal à réunir la somme nécessaire, en envoyant un don. Si vous-même avez des difficultés à financer ce voyage, demandez à vos amis de vous donner un coup de pouce financier.
  • Des réunions de préparation du voyage seront organisées dans plusieurs villes en Belgique, comme à l’étranger. Chaque participant(e) nous ayant laissé ses coordonnées sera dûment informé(e) de la tenue de ces réunions.

Pour tout info, écrivez-nous à : bienvenuepalestine.wallonie.be@gmail.com

Print Friendly, PDF & Email