Dans l'actu

Eros Ramazzotti : « Perfetto » serait un monde où les droits sont garantis pour tous. Ne jouez pas en Israël !

Le 30 avril 2016, Eros Ramazzotti est attendu pour se produire à Tel Aviv.

Passez à l’action : six manières d’exhorter Eros Ramazzotti à annuler son concert dans l’Israël de l’apartheid

Cliquez ICI pour envoyer le message suivant à Ramazzotti, l’exhortant à annuler son spectacle dans l’Israël de l’apartheid, et à respecter l’appel palestinien au boycott, désinvestissement et sanctions.

Cher Eros Ramazzotti,

Nous venons d’apprendre que vous projetez de vous produire à Tel Aviv le 30 avril 2016. Selon l’agence ANSA, vous avez dit : « Shalom Tel Aviv. Ce sera la première fois pour moi en Israël. Je suis vraiment heureux ».

Nous vous exhortons à ne pas vous produire en Israël, et à refuser de laisser votre talent servir à dissimuler la politique d’Israël d’occupation, de colonialisme et d’apartheid, qui opprime le peuple palestinien depuis plus de 60 années. En contraignant par la force les Palestiniens à vivre sous l’oppression d’un système brutal de discrimination raciale et d’apartheid, Israël agit en violation manifeste des droits humains fondamentaux et du droit international.

Nous avons apprécié la manière dont vous avez soulevé la question des réfugiés lors de votre tournée pour votre album « Perfetto » re-proposant la chanson « Exodus », écrite il y a 22 ans mais toujours tragiquement d’actualité. Comme vous le savez peut-être, les données des Nations-Unies montrent que les Palestiniens constituent la plus importante population de réfugiés au monde. Chassée de sa patrie en 1948 après le nettoyage ethnique perpétré par l’armée sioniste, et une nouvelle fois en 1967 avec l’occupation militaire de la Cisjordanie, de Jérusalem-Est et de la bande de Gaza, la dramatique diaspora palestinienne se poursuit encore aujourd’hui devant les massacres et la dépossession toujours en cours, et la politique coloniale d’Israël. Aujourd’hui, 67 % de la population palestinienne n’ont d’autre possibilité que de vivre dans des camps de réfugiés, dans d’autres États ou en exil, se voyant dénier leur droit au retour reconnu internationalement.

Pour ces raisons, plus de 170 organisations de la société civile palestinienne ont lancé en 2005 un appel exhortant les gens de conscience à promouvoir des campagnes de Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS) contre Israël. Inspiré par l’excellent exemple des boycotts qui contribuèrent à mettre fin au régime d’apartheid d’Afrique du Sud, BDS est devenu un mouvement mondial en constante croissance. Il a reçu le soutien de nombreux artistes de dimension internationale et d’intellectuels de renommée mondiale, tels que la lauréate du Prix Pulitzer Alice Walker, Angela Davis, Carlos Santana, Danny Glover, Elvis Costello, Ken Loach, Stephen Hawking, Naomi Klein, Roger Waters, Lauryn Hill, Stevie Wonder, Vanessa Paradis, Brian Eno, et bien d’autres encore.

La campagne pour le boycott culturel appelle les artistes à travers le monde à ne pas se produire en Israël ni à participer à des manifestations qui cherchent à normaliser une situation dramatique en mettant sur le même pied occupant et occupé, oppresseur et opprimé. En réalité, comme l’archevêque Desmond Tutu l’a souligné à plusieurs reprises, se produire en Israël aujourd’hui serait autant une erreur que ce l’était de se produire en Afrique du Sud durant le régime d’apartheid.

Certains disent que la musique, c’est le langage de la paix, et ils mettent en avant que l’art et la culture sont apolitiques, qu’un boycott serait une violation de la liberté d’expression. Or, c’est Israël qui ne fait aucune distinction entre culture et politique quand il se sert de la culture et des arts pour réhabiliter son image et détourner l’attention de sa politique d’occupation et d’apartheid. En fait, en 2005, Nissim Ben-Sheetrit, anciennement ministre des Affaires étrangères d’Israël, a reconnu : « Nous voyons la culture comme un moyen de hasbara (propagande) de premier ordre, et je ne fais aucune différence entre hasbara et culture ».

Pour reprendre les paroles célèbres de Tutu, rester neutre dans des situations d’injustice c’est choisir le côté de l’oppresseur. Nous vous exhortons donc à annuler votre concert à Tel Aviv et à ne projeter aucun concert futur en Israël tant que cet État ne respectera pas le droit international et les droits humains du peuple palestinien.

En soutenant l’appel palestinien au boycott, vous, artiste de renommée internationale, vous jouerez un rôle clé en influençant en faveur du changement, en renforçant la prise de conscience, et en apportant une contribution non violente à la lutte des Palestiniens pour la liberté, la justice et l’égalité.

« Perfetto » serait un monde où les droits sont garantis pour tous.

Nous attendons avec intérêt votre réponse, et restons à votre disposition pour de plus amples précisions.

BDS Italie

BDS Italie est un mouvement pour le boycott, le désinvestissement et des sanctions contre le régime d’Israël d’occupation, de colonialisme et d’apartheid, mouvement qui se compose d’associations et de groupes de toute l’Italie qui ont approuvé l’appel de 2005 lancé par la société civile palestinienne, et qui font la promotion de campagnes et d’initiatives BDS au niveau national et local.


Publié le 8 février 2016 sur BDS Italia
Traduction : JPP pour BDS France

 

 

 

Print Friendly, PDF & Email