Dans l'actu

En gros ou en détail, le terrorisme d’Etat israélien continue

Tantôt en gros – comme lorsqu’il prend la fantaisie à un gouvernement israélien d’envahir le Liban ou de bombarder la Bande de Gaza (souvent c’est à l’approche d’une échéance électorale, car ne l’oublions pas « Israël est la seule démocratie du Moyen-Orient« , ça mérite quelques sacrifices surtout si c’est aux dépens d’autrui) – tantôt en détail, comme quand ses agents secrets se promènent à travers le monde avec des passeports falsifiés volés à des citoyens de pays “amis” pour commettre des assassinats, le terrorisme d’État israélien ne connaît pas de pause.

On se souvient notamment qu’à Dubaï, en janvier 2010, le corps du chef des opérations du Hamas Mahmoud al-Mahbouh a été découvert sans vie dans sa chambre d’hôtel, et que l’enquête a mis en évidence la présence d’une équipe de tueurs du Mossad.

On a appris vendredi que, selon l’ONU et des médias ukrainiens, Israël a enlevé le mois dernier en Ukraine un ingénieur palestinien originaire de la bande de Gaza, Dirar Abou Sisi, 42 ans.

Abou Sisi est l’un des patrons de la seule centrale électrique de la bande de Gaza, près du camp de réfugiés de Nouseirat. De l’aveu du très à droite quotidien « Jerusalem Post », “il n’est pas connu pour avoir des liens directs avec le Hamas ou une autre organisation terroriste”.

Sa soeur Suzanne Abou Sisi, 45 ans, a indiqué à l’agence Reuters que son frère a été enlevé dans un train en Ukraine le mois dernier, puis emmené dans une prison israélienne.

Des amis là-bas nous ont dit que Dirar a été attaqué par six personnes qui l’ont enlevé dans un train entre Kharkhov et Kiev”, explique-t-elle. “Nous savons maintenant qu’il est en prison en Israël. Nous ne savons pas pourquoi ils l’ont fait.

L’histoire, si elle se vérifie, montrerait une fois de plus de quelle manière Israël opère dans les pays « amis ». La « seule démocratie du Moyen-Orient » n’a pas volé, c’est le moins que l’on puisse dire, la réputation d’État voyou dont elle « bénéficie » de plus en plus dans l’opinion publique mondiale.

 

Print Friendly, PDF & Email