L'actu

En cinq ans, Israël a augmenté le nombre de visiteurs étrangers refoulés de 785 %

Selon le quotidien israélien Haaretz, qui a obtenu communication de données officielles, on a assisté au fil de ces dernière années à une augmentation spectaculaire du nombre de visiteurs étrangers à qui Israël refuse l’entrée dans le territoire qu’il contrôle, ce qui évidemment inclut le territoire palestinien occupé.

Évolution du nombre de visiteurs étrangers à qu Israël a refusé l’accès au territoire qu’il contrôle, entre 2009 et 2016

Rien qu’en 2016, selon Haaretz, Israël a refoulé 16.534 visiteurs étrangers, alors qu’ils n’avaient été “que” 1.870 en 2011. La principale raison de cette augmentation réside, selon des chiffres officiels obtenus par le quotidien, dans l’augmentation du nombre d’Égyptiens, d’Ukrainiens et de Géorgiens refoulés, ces trois nationalités représentant 68% du total. Les Ukrainiens (depuis 2011) et les Géorgiens (depuis 2014) n’ont plus besoin d’un visa pour se rendre en Israël, de sorte que le nombre de visiteurs en provenance des ces pays a fortement augmenté, et beaucoup (+ de 10.000 en 2016) demandent l’asile politique.

Mais Israël a également refusé l’accès à des milliers de visiteurs en provenance des pays occidentaux qualifiés (un peu hâtivement) de “pays amis” , notamment des États-Unis, d’Allemagne, de Grande-Bretagne, de France et d’Italie, et cela au moment même où le nombre de touristes en Israël chutait de 9% (de 3,36 millions en 2011 à 3,07 millions en 2016).

L’administration israélienne a classé les personnes à qui l’entrée a été refusée en deux groupes : d’une part ceux qui ont été refoulés pour des raisons ayant trait à “la prévention de l’immigration illégale”, qui représentent 82% des cas pour l’année 2016, et d’autre part ceux dont l’expulsion a été décidée pour “des considérations de sécurité ou d’ordre public”.

Commentaire de Haaretz :
la paranoïa israélienne anti-BDS vire à la folie…

Katie Parkinson et Andrew Hart ont été détenus pendant des heurs à l’aéroport de Tel Aviv avant d’être expulsés.

En 2016, l’entrée a été refusée à 548 citoyens étatsuniens (contre 92 en 2011), ainsi qu’à 160 citoyens britanniques (3 fois plus que cinq ans auparavant), 109 Allemands, 52 Italiens, 42 Canadiens, 40 Suédois et 33 Australiens. “Dans de nombreux cas, souligne Haaretz, il s’agissait d’activistes en contact avec des Palestiniens”.

Un certain nombre de cas concernent aussi des couples dont un des membres est citoyens israélien, tandis que l’autre se voit après des mois de démarches administratives refuser l’accès au territoire. Ainsi, relève Haaretz, une Suédoise mariée avec un Israélien a été refoulée à l’aéroport de Tel Aviv quand le couple y a débarqué. La femme a été remise dans un avion pour Stockholm après avoir été détenue pendant des heures dans les locaux de l’aéroport. Finalement, elle a pu rendre visite à sa belle-famille israélienne, mais à condition de payer une importante caution, parce que les autorités israéliennes soupçonnaient qu’elle cherchait à “immigrer illégalement”. Finalement, le couple a décidé de s’installer en Suède… On aura deviné que la femme en question n’est pas Juive, sans quoi évidemment elle aurait pu invoquer la “loi du [prétendu] retour” et elle aurait été accueillie avec tous les honneurs dus à son ethnie…