Dans l'actu

El Al condamnée par la justice pour “profilage racial” et traitement humiliant de passagers arabes

Jonathan Cook rapporte que deux citoyens israéliens appartenant à la minorité arabe ont obtenu la condamnation de la compagnie aérienne El Al à 8.000 $ de dommages et intérêts. Le tribunal a constate que la manière dont ils ont été traités par le personnel de sécurité de la compagnie à un aéroport de New York avait été “abusive et inutile”.

Après le passage des contrôles de sécurité et l’enregistrement des bagages, El Al avait assigné à Abdel Wahab et Abdel Aziz Shalabi, deux frères, un garde de sécurité féminin qui “veillait sur eux” – autrement dit, qui les gardait à l’œil – à la porte d’embarquement de l’aéroport pendant près de deux heures, à la vue des centaines de compagnons de voyage.

Ensuite, le chef de la sécurité d’El Al, Ilan Or, avait menacé Abdel Wahab, 43 ans, de l’expulser du vol, parce qu’il avait voulu aller aux toilettes sans d’abord obtenir l’autorisation de la garde en question, alors qu’on leur avait donné l’ordre de faire en sorte qu’elle puisse ne pas les perdre de vue un seul instant. Abdel Aziz a déclaré qu’il avait été humilié et avait “pleuré comme je n’ai jamais pleuré en public.”

Les frères, qui vivent dans le nord d’Israël, étaient les seuls Arabes parmi 17 agents d’assurance israéliens participant à un voyage d’affaires de deux semaines au Canada et à New York en 2007.

Ils étaient arrivés à l’aéroport John F. Kennedy à New York quatre hautes avant l’heure prévue du décollage de leur vol de retour avec Israir, une compagnie charter israélienne, afin de permettre les contrôles supplémentaires auxquels ils s’attendaient de la part personnel de la sécurité d’El Al. Les frères ont expliqué qu’ils ont été interrogés, fouillés, et obligés d’attendre deux heures tandis que leurs valises et bagages à main étaient soumis à des inspections particulièrement minutieuses. “Les Juifs qui voyageaient avec nous sont passés à travers en quelques minutes”, a déclaré Abdel Aziz.

Bien que les enquêtes auprès des citoyens arabes, qui représentent un cinquième de la population d’Israël, montrent que la plupart ont subi déjà des traitements dégradants lorsqu’ils voyagent avec les transporteurs israéliens, les recours devant les tribunaux israéliens sont exceptionnels.

Les frères ont l’intention de poursuivre El Al et son personnel de New York aux États-Unis pour le “profilage racial” par Israël de passagers dans un pays où cette pratique est illégale.

“Je préfèrerais aller à New York à dos d’âne que voler avec El Al à nouveau”, a déclaré Abdel Aziz. “Nous continuerons à nous battre jusqu’à ce que ce cas d’Israël entrave Israël dans la poursuite de sa politique de discrimination à l’égard de ses citoyens arabes.”

Israël a également fait l’objet de critiques sévères pour sa politique de “profilage racial” qu’il utilise contre ses propres citoyens de la minorité arabes et les ressortissants étrangers arabes à l’aéroport Ben Gourion (Tel Aviv). La pratique consistant à coller des étiquettes avec des codes de couleur différents sur les bagages et les passeports des juifs et des arabes a pris fin il y a trois ans. Cependant, c’est une modification purement “cosmétique” : les employés de la sécurité de l’aéroport collent encore des autocollants, qui sont maintenant tous blanc, mais sur lesquels figure un chiffre indiquant le “niveau de menace pour la sécurité” supposé du passager concerné. Les Juifs israéliens bénéficient habituellement d’office du chiffre indiquant la menace la plus faible, c’est-à-dire 1, et les autres se voient assigner un chiffre de 2 à 6 selon le degré de “menace” supposé *.

Confronté à des poursuites de groupes de défense des droits de l’homme israéliens, Menahem Mazouz, le procureur général de l’époque, avait annoncé avoir donné des instructions à l’autorité chargée des aéroports au début de 2008 pour mettre en œuvre “l’égalité visible” en mettant fin aux politiques de dépistage discriminatoires. Cependant, les observateurs n’ont remarqué aucun changement dans la pratique. “Ce fut un exercice très cynique. L’égalité visible signifie simplement donner l’apparence de l’égalité, alors que l’inégalité persiste”, a déclaré Mohammed Zeidan, directeur de l’Association pour les droits de l’homme, basé à Nazareth.

En décembre dernier,  un fonctionnaire de l’aéroport a d’ailleurs déclaré au quotidien “Jerusalem Post” (droite) : “Le profilage permet la plus grande différence. Un homme du nom de Omar voyageant au départ de Tel Aviv, qu’il soit américain ou britannique, sera contrôlé sept fois”. Il y a deux ans la politique de “profilage racial” a fait les manchettes de la presse quand un membre d’une troupe de danse américaine avec un nom à consonance musulmane a été forcé à danser à l’aéroport pour prouver qu’il était celui qu’il prétendait être…

L.D.


* par exemple, si vous avez séjourné dans les territoires occupés et que vos bagages contiennent des documents de critique de la politique israélienne, ou d’autres choses qui trahissent des contacts avec des Palestiniens, vous aurez droit à l’indice 6 – ce que personnellement je considère comme un honneur, le seul qu’on puisse accepter d’Israël – et à des contrôles approfondis (encore plus si votre faciès trahit une origine arabe, il va sans dire).

Print Friendly, PDF & Email