Dans l'actu

70 ans après, Israël admet sa responsabilité dans l’assassinat du médiateur de l’ONU

Alors qu’Israël a célébré avec faste son 70ème anniversaire, marqué par le transfert de l’ambassade des États-Unis à Jérusalem, un autre 70ème anniversaire est passé bien inaperçu : celui de l’assassinat, le 17 septembre 1948 à Jérusalem, du comte suédois Folke Bernadotte, médiateur de l’ONU pour la Palestine.

Ce crime avait pourtant suscité alors une condamnation unanime et une profonde émotion, avec une minute de silence à la mémoire de Bernadotte lors de l’Assemblée générale des Nations-Unies. Aujourd’hui, c’est dans l’indifférence générale qu’Israël, au sein d’un musée dépendant de son ministère de la Défense, assume la responsabilité du meurtre du premier diplomate chargé de régler pacifiquement le conflit israélo-arabe.

LA MORT D’UN HOMME DE PAIX

Folke Bernadotte (à gauche) avec Moshe Sharett (à droite), ministre israélien des Affaires étrangères, en septembre 1948 à Tel Aviv

Né en 1895, petit-fils d’un roi de Suède, Folke Bernadotte devient en 1943 le numéro deux de la Croix-Rouge suédoise. C’est à ce titre qu’il parvient à négocier avec les autorités nazies, en février-mars 1945, le sauvetage de 21.000 prisonniers, dont 6.500 Juifs. Très actif après la guerre au sein du mouvement des Croix Rouges, dont il défend avec fougue la stricte neutralité, il est nommé par le secrétaire général de l’ONU « médiateur » pour la Palestine en mai 1948 : la guerre y fait rage depuis que l’Assemblée générale de l’ONU a adopté, en novembre 1947, un « plan de partage » entre un Etat juif et un Etat arabe; c’est sur la base de ce plan que, au terme en mai 1948 du mandat britannique, Israël vient de proclamer son indépendance, immédiatement contestée par l’intervention des armées arabes.

La mission de Bernadotte est limitée à six mois, d’où l’urgence dans laquelle il propose aux parties, dès juin 1948, d’abord une trêve de quatre semaines, puis un plan de règlement du conflit.

Les hostilités reprennent en juillet 1948, avec déplacements massifs de civils arabes, avant que Bernadotte ne négocie une deuxième trêve. La jeune armée israélienne, établie à partir de la milice majoritairement travailliste de la Haganah, a de sérieux problèmes de coordination avec les groupes extrémistes de l’Irgoun et du Lehi (acronyme hébreu des « Combattants pour la Liberté d’Israël ») 1.

Mais tous sont unis dans leur détermination à s’emparer de la vieille ville de Jérusalem, alors même que Bernadotte oeuvre à la démilitarisation de la Cité sainte. Il s’attire pour cela les foudres du Lehi, qui le menace publiquement de mort, sous le slogan « Stockholm est à vous, Jérusalem est à nous » (la photo ci-contre est exposée au musée du Lehi).

Avec Yitzhak Shamir, Israël a eu un Premier ministre à son image…

Le 17 septembre 1948, Bernadotte traverse Jérusalem, accompagné dans sa voiture par le colonel français André Sérot, chef des observateurs de l’ONU pour la ville. Sérot tient à remercier Bernadotte d’avoir sauvé en 1945 son épouse du camp de concentration de Ravensbrück. Quatre assaillants en uniforme de l’armée israélienne interceptent le véhicule, dans le secteur de Jérusalem contrôlé par Israël, et mitraillent Bernadotte et Sérot, tués sur le coup. Un « Front de la Patrie » revendique l’assassinat, mais personne n’est dupe et le gouvernement israélien saisit l’occasion pour démanteler la structure militaire du Lehi. Les militants de ce groupe extrémiste, après une courte période de purgatoire, reprendront leur carrière, y compris politique, le plus doué d’entre eux, Yitzhak Shamir, devenant même Premier ministre d’Israël en 1983.

UN MUSÉE A LA GLOIRE DES TERRORISTES

Le musée du Lehi se situe dans le quartier branché de Florentine à Tel Aviv. Il occupe la maison même où le fondateur de l’organisation, Avraham Stern, a été tué, le 12 février 1942, par la police britannique. Ce musée est placé officiellement sous l’autorité de l’État d’Israël, par le biais de « l’unité des musées » du ministère de la Défense. Les visiteurs sont accueillis par un (ou une) militaire en uniforme. Le ministère israélien de la Défense propose d’ailleurs un ticket combiné permettant de visiter à Tel Aviv, outre le musée du Lehi, deux musées célébrant l’action de l’Irgoun, un musée consacré à l’histoire de la Haganah et un autre à celle de l’armée israélienne.

Il n’y a donc pas le moindre doute sur le fait que l’action de groupes stigmatisés alors comme « terroristes » est aujourd’hui intégrée à une mémoire d’État de la lutte armée pour Israël.

Après la reconstitution d’ateliers clandestins d’explosifs et de différents attentats, le musée du Lehi justifie en ces termes l’assassinat de Bernadotte : « son plan, rendu public le 27 juin 1948, représentait un danger pour l’existence même de l’État d’Israël : Israël et la Transjordanie auraient été considérés comme une seule unité territoriale composée de deux États. Le Néguev aurait été inclus dans l’Etat arabe, de même que les villes de Ramla et de Lod, la Galilée occidentale revenant à l’État juif. L’État juif  n’aurait bénéficié d’aucune continuité territoriale. Jérusalem aurait été inclus dans le secteur arabe avec une autonomie municipale pour la commu­nauté juive. Quelque 300.000 réfugiés auraient pu retourner dans leurs foyers, chaque État disposant d’un droit de véto sur la politique d’immigration de l’autre. Le 17 septembre 1948, le comte Bernadotte fut tué par balles par des membres du Lehi s’appelant le « Front de la patrie ». Son plan fut ainsi réduit à néant ».

L’ONU, après la mort de son médiateur, n’a plus eu pour ambition que de négocier des accords d’armistice entre Israël et ses voisins arabes, renvoyant dans un avenir indéterminé un éventuel règlement définitif. C’est donc bien un plan de paix, donc la perspective de la paix elle-même, que le commando du Lehi a voulu tuer en tuant Bernadotte. Le succès de cette manœuvre criminelle fut tel que l’État d’Israël la revendique aujourd’hui dans l’un de ses musées.

Jean-Pierre Filiu           


Jean-Pierre Filiu est professeur des universités en histoire du Moyen-Orient contemporain à Sciences Po (Paris). Il a aussi été professeur invité dans les universités de Columbia (New York) et de Georgetown (Washington). Il est l’auteur de nombreux ouvrages relatifs au Moyen-Orient, parmi lesquels une “Histoire de Gaza” (Ed. Pluriel). Ses travaux sur le monde arabo-musulman ont été diffusés dans une douzaine de langues. 

Cet article est une note publiée sur son blog le 14 octobre 2018.

Print Friendly, PDF & Email

Notes   [ + ]

1. Le Lehi est le plus souvent appelé “Groupe Stern” ou en anglais “Stern Gang”, dont le caractère terroriste n’est nié par personne. – NDLR