Dans l'actu

2010 : l’ombre du MOSSAD plane sur Paris… qui s’en accommode assez facilement

De la fenêtre de l’hôtel, on voit le métro aérien parisien franchir la Seine sur le pont de Bercy. Grâce aux wagons illuminés, on distingue même les passagers. Sur l’autre rive se dessinent les formes imposantes du Palais omnisports. Il est bientôt 17h30, ce 19 janvier 2010, et la nuit est déjà là. Mais les personnes présentes dans cette chambre transformée en « QG » opérationnel, avec écrans d’ordinateur et téléphones cryptés, ne sont pas d’humeur à contempler la ville : leur attention est tout entière concentrée sur un autre hôtel, à 7.000 kilomètres de là, l’Al Bustan Rotana de Dubaï, où se joue un scénario digne d’un film d’espionnage.

Les tueurs attendent le feu vert pour franchir le couloir, pénétrer dans sa chambre et lui injecter un produit mortel
Là-bas, dans la chambre 237, leurs collègues du Mossad, le service secret israélien 1, se tiennent prêts à passer à l’action. Deux équipes de deux tueurs sont mobilisées, soutenues par trois autres agents, dont une femme, chargés de la sécurisation des lieux et de la logistique. Dans la chambre 230, située juste en face, leur cible vient de rentrer de son shopping. Enregistré à son arrivée à Dubaï sous le nom de Mahmoud Abdul Raouf, il s’agit en réalité de Mahmoud Al-Mabhouh, responsable de l’achat des armes pour le Hamas, mouvement islamiste pales­tinien. Les tueurs attendent le feu vert pour franchir le couloir, pénétrer dans sa chambre et lui injecter un produit mortel.

Les agents du Mossad identifiés comme ayant participé à l’assassinat de Mahmoud Al-Mabhouh à Dubaï, une opération clandestine pilotée depuis Paris.

Leur tâche accomplie, ils quittent l’Hôtel Al Bustan Rotana à 17h46, heure de Paris. Le cadavre de la chambre 230 ne sera découvert que dix-sept heures plus tard. Même si les premières conclusions évoquent une mort naturelle, le doute s’installe. Grâce à l’intense réseau de surveillance du pays, les autorités émiraties parviennent à repérer les membres du commando, au total une trentaine de personnes. Juste après l’assassinat, on voit ainsi, sur les images de vidéo­surveillance de l’hôtel, deux des tueurs patienter devant l’ascenseur. Par rapport aux images de leur arrivée, le premier a remonté les manches de sa chemise, désormais froissée. Le second a le poignet et la moitié de la main gauche entourés d’un bandage ; sans doute le signe du recours à la force.

Agents identifiés à Dubaï

Aucun agent israélien n’est arrêté – ils ont tous eu le temps de quitter Dubaï –, mais les enquêteurs établissent qu’ils ont appelé à plusieurs reprises un même standard en Autriche. En réalité, selon une information inédite révélée ici par Le Monde, l’essentiel des appels avait pour destination finale Paris, et la fameuse chambre d’hôtel du quartier du pont de Bercy.

C’est de ce centre opérationnel qu’a été coordonnée l’exécution. D’après le contre-espionnage français, des agents iden­tifiés à Dubaï étaient venus dans la capitale préparer l’opération.

En découvrant le dispositif mis en place à leur insu par le Mossad, les autorités françaises mesurent les risques encourus : aux yeux du Hamas et d’autres groupes radicaux, elles peuvent apparaître comme complices de l’État hébreu. Pour ne rien arranger, il apparaît que le Mossad a subtilisé des identités de citoyens français afin de fabriquer quatre passeports pour ses agents.

La Justice française se saisit de cette fraude aux documents d’identité, comme d’ailleurs ses homologues britannique, autrichienne et irlandaise, concernées par vingt-deux autres passeports falsifiés, mais sans grand espoir de remonter aux auteurs. « Au moins, c’était un moyen de faire passer un message, se souvient un chef de la police judiciaire parisienne de l’époque. En judiciarisant l’affaire, nous disions qu’il s’agissait d’une atteinte inacceptable à notre souveraineté. »

Contrairement aux autres pays, la France ne fait aucun commentaire public condamnant la manœuvre des autorités israéliennes. Paris préfère dépêcher sur place deux cadres du renseignement, des hommes solides et peu causants : Patrick Calvar, alors directeur du renseignement à la direction générale de la sécurité extérieure (DGSE), et Frédéric Veaux, numéro deux de la direction centrale du renseignement intérieur (DCRI, devenue depuis la DGSI). A charge pour eux de se plaindre au patron du Mossad, Meir Dagan, en lui disant en substance, selon une personne familière du dossier : « Même si nous savons tout, nous ne ferons pas comme les Irlandais ou les Britanniques. Nous resterons amis, mais ce ne sera pas gratuit. »

Il est impossible de savoir ce que le Mossad a offert, ce jour-là, en échange du silence de la France, mais la seule monnaie qui compte, dans le monde de l’espionnage, est celle du « renseignement », autrement dit des informations.

Ville ouverte aux espions

Cette affaire rappelle à quel point Paris est une ville ouverte aux espions. Elle s’y prête avec ses congrès internationaux, le fréquent passage de personnalités arabes et africaines. C’est aussi le carrefour idéal pour rencontrer des sources œuvrant dans la région. Ainsi, le Mossad fait venir à Paris ses contacts en Suisse. Bien d’autres services étrangers y ont établi des postes régionaux permettant de rayonner dans toute l’Europe, mais aussi en Afrique ou au Maghreb. A elle seule, la CIA compterait une cinquantaine d’espions déclarés à Paris, ainsi qu’une centaine de clandestins.

Au ministère de l’intérieur, les anciens ont une explication à l’attrait qu’exerce la capitale [française] : les agents étrangers s’y sentent plutôt à leur aise, sans trop de risques d’être dérangés. Il faut dire que, côté français, l’essentiel des moyens en matière de renseignement est consacré à la lutte contre le terrorisme. Le contre-espionnage, qui nécessite du temps, passe quelque peu au second plan. « C’est un choix politique, il faut savoir ce que l’on privilégie entre sécurité et souveraineté, malheureusement, on a négligé le travail à long terme », regrette un ancien poids lourd du rensei­gne­ment intérieur. Résultat : en 2014, par exemple, le service chargé, à la DGSI, de surveiller les espions américains sur le sol national dépassait à peine quatre personnes et limitait son activité à la mise sur écoute du téléphone du chef de poste de la CIA.

Le Mossad, on l’a vu, occupe une place particulière dans ce théâtre d’ombres. Avec, parfois, un rôle de partenaire. Ainsi, en 2010, alors que la France envoie deux émissaires à Tel-Aviv pour dire sa colère, la DGSE et la DCRI s’associent, dans le même temps, au service israélien dans une délicate opération de lutte contre la prolifération des armes chimiques, baptisée « Ratafia ».

L’objectif ? Piéger un responsable syrien du programme secret du régime de Bachar Al-Assad. En réalité, tout a débuté deux ans plus tôt, à Damas, par une longue approche de l’homme en question. Ses interlocuteurs ont fini par le convaincre qu’il devait suivre en France une formation pour lancer sa propre société d’import-export.

Manœuvre d’infiltration

Une fois à Paris, en 2010, le piège consiste à le mettre en confiance et à le faire parler sur ses activités. Lors de ses séjours dans la capitale, il est « traité » par un faux homme d’affaires qui devient peu à peu son mentor et lui présente divers contacts qui sont, en réalité, des agents israéliens. La DCRI agit en protection et assure une partie de la logistique. Lorsque le Syrien commence à émettre des doutes sur son protecteur, en 2011, il est trop tard : l’argent et les cadeaux reçus lui interdisent toute reculade; le piège s’est refermé sur lui. Entre-temps, le Mossad a acquis des informations de premier choix.

Les amis n’existent pas dans le monde de l’espionnage. Les agents français en ont eu justement confirmation au cours de cette opération conjointe. En 2011, la sécurité interne de la DCRI soupçonne les Israéliens de profiter de ce travail en commun sur l’opération « Ratafia » pour tenter une manœuvre d’infiltration, en nouant des liens jugés suspects avec des agents français. L’un d’eux a fait shabbat avec le chef de poste du Mossad à Paris, David Keidar. Le même est également parti faire du tir à Dubaï avant de rejoindre en famille ses nouveaux amis à Jérusalem.

Les accusations visent en outre des proches du Mossad qui auraient tenté de vendre du matériel de surveillance aux services français de police judiciaire, de renseignement ainsi qu’aux gendarmes du GIGN 2. Préalablement équipé de dispositifs espions, ce matériel aurait pu leur offrir un accès direct aux enquêtes menées par la France.

Une balle dans la tête

De nouveau, la DCRI fait part de ses griefs aux autorités israéliennes. En 2012, deux membres de l’ambassade d’Israël à Paris, dont le chef de poste du Mossad, sont priés de quitter le territoire. On les retrouvera, de passage à Paris, en 2016, reconvertis dans le privé… « Cette ville, c’est la cour de récréation du Mossad, se plaint un ancien du service “H” de la DGSI, chargé de surveiller ses agissements en France. Si les Chinois et les Russes sont nos ennemis, il ne faut pas oublier que les Israéliens et les Américains demeurent offensifs. » Selon lui, d’autres éléments compliquent la relation avec le Mossad : « Notre capacité de réaction est limitée, car ils jouent vite la carte politique en se plaignant à l’Elysée ou à Matignon. De plus, on dépend d’eux sur des sujets sensibles. Enfin, notre marge est restreinte pour empêcher certains membres de la communauté juive de leur apporter une aide logistique. »

Au ministère [français] des affaires étrangères, on préfère nuancer : « Les Israéliens font quand même un peu plus attention qu’avant. »

« Avant », c’est surtout le 8 juin 1992. Ce jour-là, un haut responsable du Fatah (mouvement palestinien), Atef Bseiso, est assassiné devant son hôtel du quartier de Montparnasse, à Paris. Les deux tueurs, en tenue de sport, l’ont achevé, à terre, d’une balle dans la tête. Il venait tout juste de rencontrer, pour le compte de Yasser Arafat, des responsables de la DST (l’ancêtre de la DGSI). Les services français ont peu apprécié cette mauvaise manière.

Meyer Habib, député français au service exclusif du gouvernement d’Israël

Un incident, qui pourrait être simplement ridicule mais qui est significatif de la nature particulière des relations entre le pouvoir en France et l’appareil militaire et d’espionnage israélien s’est produit à Paris le 3 juillet 2018.

Il met princiapelement en scène le député Meyer Habib, qui est en théorie un élu français (élu par des “Français de l’étranger”, en grande partie israéliens) mais qui de facto ne siège à l’Assemblée Nationale que pour veiller sur ce qu’il considère comme les intérêts israéliens., à savoir ceux de l’extrême-droite israélienne.

Le quotidien “Le Parisien” rapporte, le 26 juillet 2018 :

Meyer Habib, député Les Constructifs, des Français de l’étranger, a quelques démêlés avec le personnel de sécurité de l’Assemblée nationale. Dans un courrier envoyé aux questeurs de l’Assemblée et dont nous avons pu prendre connaissance, le secrétaire général de la questure signale les faits suivants :

Le 3 juillet dernier, le député s’est présenté à la réception du 126 rue de l’Université, une des entrées de l’Assemblée, accompagné de quatre personnes et d’un officier de sécurité armé. Ce dernier n’ayant pu présenter de badge d’accès, le chef de groupe a « légitimement expliqué qu’il ne pouvait entrer », peut-on lire dans ce courrier.

Le parlementaire parle «d’antisémitisme»

Le ton est monté et l’officier de sécurité a fini par tourner les talons pour entrer par le 128 rue de l’Université. Un peu plus tard, cet officier est revenu accompagné de Meyer Habib et a « délibérément provoqué les agents en ouvrant sa veste pour montrer (…) une arme portée à la ceinture ». Meyer Habib a verbalement pris à parti le chef de groupe en insinuant qu’il lui était personnellement hostile pour « des raisons évidentes », « l’insinuation d’antisémitisme ne laissant aucun doute au chef de groupe », précise encore le secrétaire général de la questure.

Contacté Meyer Habib, explique que les personnes qu’il accompagnait étaient des représentants de l’armée israélienne, invités par la commission des Affaires étrangères de l’Assemblée dont il est vice-président. Selon le député, la délégation n’entrait pas dans les locaux de l’Assemblée mais en sortait « ce qui ne posait donc aucun problème de sécurité. Nos invités se sont seulement trompés de sortie. » […]

Selon le contre-espionnage français, le Mossad évite désormais les opérations létales en France et ferait moins appel à certains membres de la communauté juive de Paris. Par ailleurs, il déléguerait davantage de tâches à des sociétés privées de sécurité. L’une d’elles, baptisée « Nice », a été soupçonnée, en 2010, par le Parlement belge, d’avoir sonorisé, en 2003, les locaux du Conseil européen, à Bruxelles. Des faits jamais démontrés judiciairement.

Cette entreprise, dont le capital est détenu, en partie, par des entités publiques israéliennes, a décroché plusieurs contrats en France et nie toute ambiguïté dans ses activités. Une autre société, l’agence Black Cube, attire les regards à Paris. Fondée à Tel-Aviv, en 2010, et disposant de bureaux place Vendôme 3, elle fait du recrutement de vétérans des services de renseignement israéliens un argument commercial, mais dément avec vigueur toute déloyauté vis-à-vis de ses clients. Signe particulier : elle a eu comme président d’honneur Meir Dagan, l’ex-directeur du Mossad (2002-2011), jusqu’à son décès, en 2016. L’homme qui, en 2010, avait autorisé l’installation du « QG » parisien de l’opération de Dubaï.

Jacques Follorou                          


Article publié par le quotidien “Le Monde” le 24 juillet 2018.

Print Friendly, PDF & Email

Notes   [ + ]

1. Le MOSSAD est l’un des trois services secrets israéliens, avec le Shin Bet et le AMAN. Le Mossad est plus particulièrement chargé des opérations à l’extérieur du territoire sous contrôle d’Israël. Le Shin Bet est chargé de la “sécurité intérieure” (en ce compris dans les territoires palestiniens sous occupation militaire), et le AMAN est le service de renseignements militaire. – NDLR
2. GIGN : Groupe d’Intervention de la Gendarmerie Nationale – NDLR
3. C’est sur cette place prestigieuse du centre de Paris que se trouvent aussi, outre des bijoutiers de grand luxe, les locaux du Ministère français de la Justice. – NDLR