Dans l'actu

Deux Palestiniens tués au cours de raids nocturnes à Ramallah et Naplouse

NABLUS (Ma’an) – La nuit dernière, à Ramallah et Naplouse, deux Palestiniens ont été abattus au cours de heurts, alors que les forces israéliennes poursuivaient leur vaste opération de recherche des trois adolescents israéliens portés disparus.

Ces meurtres sont la marque d’une importante recrudescence de la violence israélienne dans l’un des plus vastes déploiements de force depuis la Seconde Intifada. Cinq Palestiniens au moins ont été tués cette dernière semaine et plus de 370 arrêtés.

Ahmad Said Suod Khalid, 36 ans, au camp de réfugiés de Naplouse et Mahmoud Ismail Atallah, à Ramallah, ont été tués au moment où les résidents locaux protestaient contre les raids effectués dans ces zones ce dimanche matin.

Au camp de réfugiés d’al-Ein, des soldats israéliens ont tiré à quatre reprises sur Ahmad Said Suod Khalid, 36 ans, alors qu’il se rendait à la mosquée pour la prière de l’aube.

Selon des témoins oculaires, les soldats ont demandé à Khalid de rentrer chez lui, mais il a refusé et à insisté pour continuer son trajet vers la mosquée. À ce moment, un soldat a pointé son fusil sur lui et lui a tiré plusieurs fois à bout portant.

Le corps de la victime a ensuite été emmené à l’hôpital Rafidia à Naplouse.

Dans sa déclaration, l’armée israélienne a prétendu que la victime « les avait approchés d’ « un air menaçant », au moment où elle avait été abattue, et que les soldats « avaient demandé au suspect de s’arrêter » et que « après qu’il eut refusé d’obtempérer, ils avaient tiré des coups de semonce en l’air ».

Ensuite, les soldats israéliens « ont tiré en direction du suspect ».

Ahmad Said Khalid a été abattu par des soldats israéliens alors qu'il se rendait à la mosquée pour la prière de l'aube.

Ahmad Said Khalid a été abattu par des soldats israéliens alors qu’il se rendait à la mosquée pour la prière de l’aube.

« Une première enquête suggère que le suspect était mentalement instable », dit le rapport, ajoutant que « l’incident fait actuellement l’objet d’une enquête ».

À Ramallah, un jeune Palestinien, Mahmoud Ismail Atallah, a été retrouvé mort sur le toit d’un immeuble commercial en face d’un autre immeuble où des snipers israéliens s’étaient positionnés.

On croit qu’un sniper l’a abattu et il a saigné durant plusieurs heures avant qu’on ne retrouve son corps.

Plus tôt, avant l’aube, des militaires israéliens ont fait irruption dans plusieurs quartiers de Ramallah et ont pénétré de force dans plusieurs maisons et magasins.

Des jeunes Palestiniens se sont heurtés aux soldats, qui ont tiré sur les manifestants à munitions réelles et à balles entourées de caoutchouc, faisant ainsi plus de dix blessés.

Après le retrait des forces israéliennes de Ramallah, toutefois, les protestataires palestiniens s’en sont pris à un Bureau de police local de l’Autorité palestinienne, furieux de la coordination entre les forces de sécurité palestiniennes et l’armée israélienne.

Les forces de sécurité palestiniennes ont répondu de façon musclée aux protestataires, bien que les détails de l’affaire soient toujours nébuleux.

Le président palestinien Abbas a soutenu la campagne menée par Israël pour retrouver les jeunes portés manquants et de nombreux Palestiniens ont été particulièrement heurtés par la coordination sécuritaire continue entre, d’une part, la police et d’autres forces palestiniennes et, d’autre part, les forces israéliennes.

Une porte-parole de l’armée israélienne a déclaré que l’armée était toujours en train d’« examiner » l’incident.

On a rapporté des arrestations, cette nuit, mais les nombres et les identités des personnes arrêtées n’ont toujours pas été révélés.

Les meurtres ont eu lieu alors que l’opération israélienne d’arrestations de masse en Cisjordanie entre dans son dixième jour.

Israël accuse le Hamas d’avoir kidnappé trois adolescents israéliens de la colonie de Gush Etzion, près de Bethléem, alors qu’ils faisaient de l’auto-stop.

Toutefois, le Hamas a nié ces accusations et, dans un même temps, Israël n’est pas parvenu à établir la moins preuve publique contre le Hamas.


Publié sur Ma’an News Agency le 22 juin 2014. Traduction : JM Flémal.

 

Print Friendly, PDF & Email