Dans l'actu

Des dizaines de milliers de Juifs israéliens vont recevoir un permis de port d’arme

Le ministre israélien de la “Sécurité publique”, Gilad Erdan, a décidé d’assouplir les conditions pour obtenir un permis de possession d’une arme à feu, ce qui permettra à des centaines de milliers de civils supplémentaires de porter une arme à feu. Il s’agit évidemment, on l’aura deviné, exclusivement des Juifs israéliens.

Tout citoyen possédant ce qu’on appelle un “entraînement de type 7”, et c’est le cas pour la plupart de ceux qui sont passés au sein des unités d’infanterie de l’armée d’occupation, pourra demander un permis de port d’arme.

«Des civils qualifiés portant une arme en public contribuent à un sentiment de sécurité, agissent comme une ligne de défense importante contre les attaques terroristes de “loups solitaires” et [… ] renforcent ainsi la sécurité publique», a déclaré Erdan. La nouvelle politique, a t-il déclaré, «établit un équilibre entre la nécessité de défendre le public susceptible d’être menacé et la nécessité de protéger le public contre l’utilisation incorrecte d’une arme à feu».

Il y a actuellement, selon Haaretz, environ 145.000 détenteurs de permis d’armes à feu en Israël. Ce nombre n’inclut ni les personnes qui ont des armes à feu parce que leur travail l’exige ni les soldats et la police. Le plan actuellement mis au point par le ministère de la “Sécurité publique” permettrait à quiconque ayant effectué un service de combat dans l’armée israélienne de demander un permis. Le ministère estime que parmi les centaines de milliers de personnes qui satisfont à cette exigence, environ 35.000 à 40.000 personnes introduiront une demande, ce qui porterait le nombre de détenteurs de permis à environ 200.000.

Les Israéliens résidant dans une colonie en Cisjordanie ou dans une zone frontalière ou encore une zone proche du “Mur de la honte” illégalement construit par Israël, seront aussi parmi les premiers bénéficiaires de la nouvelle législation.

La députée Haneen Zoabi, élue palestinienne au parlement israélien, a critiqué le nouveau plan d’Erdan. Elle affirme que son ministère “veut contrôler les citoyens arabes et imposer la peur dans les rues arabes. Pour cette raison, ils construisent des postes de police et recrutent des policiers arabes”, a-t-elle ajouté.

«Jusqu’à il y a quelques années, la tendance était de restreindre la présence d’armes dans les lieux publics pour prévenir les pertes inutiles, mais depuis que Erdan est arrivé au pouvoir, nous voyons tout le contraire», a déclaré l’avocate Debbie Gild-Hayo de l’Association for Civil Rights. “Les armes mettent le public en danger, a ajouté Gild-Hayo, car elles peuvent être utilisées contre des membres de la famille, en particulier le meurtre de femmes, le suicide ainsi que divers crimes…”.

En 2016, le site “Israël entre les lignes” affirmait sur base d’une étude universitaire que «40% des femmes israéliennes ont déjà été victimes de violences conjugales». Un problème qui n’épargne pas non plus la société palestinienne.

Print Friendly, PDF & Email