L'actu

Des citoyens israéliens s’opposent à « Law-Train »

Des citoyens israéliens s’opposent à Law Train, le projet de collaboration entre l’université catholique de Leuven et la police belge d’une part, et l’université de Bar Ilan et la police israélienne, d’autre part.

Nous sommes un groupe de citoyens israéliens actifs contre les graves et incessantes violations par notre gouvernement des droits humains palestiniens et des lois internationales.

Nous avons été informés d’un projet de collaboration appelé Law Train, entre l’université belge KU Leuven et la police belge, d’une part, et l’université de Bar Ilan et la police israélienne, d’autre part.

Nous croyons que cette collaboration est néfaste et qu’elle constitue une violation des principes fondamentaux européens et belges des droits de l’homme. Par conséquent, nous vous adressons la présente lettre pour vous demander de mettre un terme à ce projet.

Law Train est dirigé par l’université de Bar Ilan, en collaboration avec la police israélienne et plusieurs universités et polices nationales européennes et le projet concerne principalement les techniques d’interrogatoire. Nous avons appris que le projet allait former des agents à collaborer lors d’interrogatoires de personnes soupçonnées de délits transfrontaliers.

Les techniques d’interrogatoire israéliennes ne devraient pas être adoptées par la Belgique ni par aucun pays de l’UE. Par exemple, Israël recourt à des pressions illégales, à la coercition et à des méthodes de torture, au cours de ses tâches policières dans les territoires palestiniens occupés.

Des conclusions de l’ONU dans son cinquième rapport périodique (Israël et les Conventions contre la torture et autres traitements et châtiments cruels, inhumains ou dégradants), il ressort que la police israélienne recourt fréquemment à la torture, avec la complicité du ministère de la Sécurité publique. Un exemple évident de cette politique est la détention illégale de milliers de prisonniers palestiniens dans des prisons israéliennes.

L’implication belge et européenne dans ce projet sert à légitimer les violations par Israël des droits de l’homme. Et il devrait être évident que cette collaboration ne dissuadera aucunement Israël à poursuivre ses menées violentes et illégales, qui s’appuient sur de fortes motivations politiques et religieuses.

Il convient de remarquer que le gouvernement portugais s’est déjà retiré du programme, suite à des appels internationaux émanant de militants des droits de l’homme inquiétés par ce projet. Nous estimons que tous les gouvernements européens devraient suivre cet exemple.

Nous espérons que les universités et la police de Belgique appliqueront des normes sévères sur le plan des lois internationales et des droits de l’homme et qu’elles s’abstiendront de collaborer avec des gens responsables de graves violations de ces mêmes lois internationales et droits de l’homme. Les informations en ce sens sont particulièrement abondantes et émanent d’ONG et d’institutions internationales très respectables spécialisées dans les droits de l’homme. Les autorités belges ne pourront pas dire « Nous ne savions pas » et tenter d’ignorer les faits.

Nous aimerions remercier un groupe d’une cinquantaine de professeurs de la KU Leuven qui ont rédigé une lettre s’opposant au projet, de même qu’une ONG belge qui a adressé une lettre aux partenaires belges de ce projet néfaste. Au vu des faits quant à la conduite illégale d’Israël, nous demandons que le gouvernement et la police belges s’abstiennent de collaborer avec l’université de Bar Ilan et la police israélienne.

C’est avec plaisir que nous répondrons à vos éventuels commentaires et questions.

Sincèrement,

Pour le boycott ! Pour le soutien en Israël même de l’appel BDS palestinien.


Publié le 7 mars 2017 sur Boycott !
Traduction du communiqué : Jean-Marie Flémal

Vous trouvez ici tous les articles concernant Law Train, publiés sur ce site.