Dans l'actu

Déclaration du Mouvement national palestinien à l’intérieur des prisons israéliennes

 « Sans aucun doute, les prisonniers palestiniens ont démontré leur ténacité et leur capacité à trouver des façons de résister à l’occupant israélien au fil des années. » – Ramzy Baroud (Photo : via AJE)

La déclaration qui suit a été publiée par des représentants du Mouvement national palestinien à l’intérieur des prisons israéliennes, en commémoration de la Journée des prisonniers palestiniens, le 17 avril.

Aux enfants de notre grand peuple palestinien,

Notre peuple affirmera toujours sa volonté de salut, en accumulant réalisation sur réalisation et en écrivant l’histoire à l’aide de son esprit fidèle, de sorte que notre nation puisse prendre sa place parmi les autres nations et civilisations.

Le droit ne se perd pas s’il y a des gens pour le réclamer.

Nous, le Mouvement national à l’intérieur des prisons, nous nous sommes rencontrés pour formuler un plan de riposte à l’agression sans précédent visant à nous voler nos droits et les bénéfices dont la réalisation nous a coûté si cher au fil des années.

Dans notre première déclaration de 2019, nous avons affirmé que nous étions confrontés à une véritable guerre organisée, dirigée par l’occupation israélienne, laquelle recourt à toutes ses armes pour mener cette guerre contre nous.

Cette campagne a débuté par le retrait des droits et réalisations arrachés par les prisonniers en faisant irruption dans les sections et via l’oppression des prisonniers, qui s’est traduite par quelque 150 blessés à la prison d’Ofer.

Après cela est venue l’installation d’appareils brouilleurs dans la section 4 de la prison du Néguev, ce qui a déclenché une alarme puisque nos vies étaient en danger. Nous avons essayé vivement et de diverses façons d’aborder le problème avec le Service israélien des prisons (IPS), mais sans obtenir de résultats tangibles, puisque les geôliers ont continué à faire preuve d’arrogance et ont ensuite transféré les prisonniers de la section 7 de l’hôpital du centre de détention de Ramon vers la section 1 et en installant là aussi des brouilleurs, en réprimant nos frères et en les agressant avec une grande brutalité. Il en est résulté plus de 50 blessés, après que les prisonniers eurent décidé d’incendier toutes les cellules en guise de mesure défensive visant à protéger leurs vies de la mort lente semée par ces appareils brouilleurs.

À ce stade, nous avons informé les geôliers de ce que cet acte criminel allait changer la nature des tractations avec eux et qu’au sang versé par nos frères, il serait répondu de la même façon que lorsque le prisonnier Islam Kefai a pris l’initiative de mettre un terme à cette injustice et cette oppression contre nos frères afin de sauvegarder leur dignité, ce qui a créé une nouvelle ligne pour l’occupation dans ses rapports de force contre nous.

C’est là que notre ennemi a compris qu’il avait mal jugé la situation et qu’il a également compris que les réclamations que nous exprimions étaient un fait et que nous n’étions pas disposés à négocier notre propre dignité.

Dans le contexte de ces événements, nous avons élaboré un plan complet en vue d’entamer une grève de la faim illimitée connue sous l’appellation de Bataille de Karama (pour la dignité) n° 2, qui a débuté le 8 avril 2019 et qui a vu l’entrée en grève des dirigeants et représentants des comités de dialogue dans les prisons.

Le dialogue entre les prisonniers et l‘IPS a débuté le dimanche 7 avril 2019. Au vu de l’arrogance de l’occupation israélienne, nous avons annoncé le début de la bataille d’Al-Karama n° 2 le lundi 8 avril 2019.

Dans notre démarche tactique, nous avons adopté deux voies différentes :

1. Entamer un dialogue avec l’IPS afin d’obtenir nos droits.
2. Accroître l’ampleur de la grève de la faim chaque fois que ce serait nécessaire.
Le dialogue a repris le mardi 9 avril 2019, en s’appuyant sur le principe susmentionné. Avoir une consultation interne entre les prisonniers, tel était notre principe. Tous les prisonniers ont participé aux décisions et l’atmosphère du dialogue interne était claire.

Dans ce contexte, nous insistons sur les choses suivantes :

Nous adressons des messages de loyauté et de gratitude pour le sang qui a été versé dans la prison du désert du Néguev, dans notre patrie de frères, dans les sections 4 et 1 de la prison de Ramon. Ces grands sacrifices nous ont enseigné que la liberté et la dignité constituent le fondement de la vertu et que c’est un droit humain qui ne peut être refusé.

Nous apprécions au plus haut point la position inhérente des gens de Gaza et de leur direction qui a révélé l’unité de notre destinée partagée, laquelle est apparue dans leurs actions et qui relie toutes les interprétations de la situation actuelle avec l’occupation israélienne et avec notre juste cause. L’histoire n’oubliera pas les situations de vie durant les moments de mort et les mots ne peuvent exprimer ni leur rendre ce tribut qui leur est dû.

Nous remercions nos amis en Cisjordanie occupée, dans notre patrie occupée, nos amis de la diaspora et les êtres libres du monde qui nous ont soutenus lors de nos moments de retrait (chez certains).

Nous recommandons à tout notre peuple, à toute notre nation, de soutenir la résistance palestinienne, qui nous a donné son épée quand nous subissions l’arrogance et l’agression de notre ennemi la nuit du massacre de la prison du Néguev. La réponse venue de Gaza a été claire et fière, en frappant le cœur de l’entité israélienne. Nous, au nom de tous les prisonniers, saluons notre brave résistance qui protège notre projet national palestinien ainsi que les opprimés et les faibles.

Nous remercions nos frères égyptiens pour leur rôle prépondérant dans le soutien des questions de notre peuple palestinien et dans leur travail pour alléger les injustices qui nous sont imposées. Nous déclarons que nous atteindrons un accord avec l‘IPS afin de réaliser notre but, qui est d’enlever et de neutraliser tous les brouilleurs et, pour la première fois dans l’histoire du mouvement des prisonniers, de permettre aux centres de détention d’installer un téléphone public dans toutes les sections des prisons, partout où il y aura un prisonnier palestinien.

Restaurer les conditions d’emprisonnement dans toutes les sections des centres de détention dans leur état d’avant le 16 février 2019, qui est la date du début des événements qui ont accompagné l’installation des brouilleurs ainsi que les mesures punitives extensives qui ont été prises contre nous.

Nous sommes parvenus à concrétiser nombre de revendications humaines fondamentales qui ont un impact sur la vie des prisonniers, tout particulièrement des prisonniers en isolement et à leur retour de l’isolement.

Nous contrôlerons le comportement de l’occupation et nous sommes prêts à réaliser ce sur quoi nous nous sommes mis d’accord, puisque nous n’avons pas confiance en l’IPS et qu’il n’y a pas de place pour de bonnes intentions et actions sur les bases qui détermineront nos décisions.

Le combat n’est pas encore terminé. L’étape la plus difficile est la concrétisation de ce sur quoi nous nous sommes mis d’accord. N’interrompez pas votre soutien et nous sommes confiants en ce que ce sera le cas.

Nous saluons les ONG et les organes qui s’occupent des questions des prisonniers, de même que tous les médias locaux et internationaux pour leur travail de pionnier et leur rôle prépondérant dans la diffusion de nos espoirs, dans l’allègement de notre douleur et dans la dénonciation des crimes commis par l’occupation israélienne contre nous.

Notre grand peuple, nous avons le droit d’être fiers de t’appartenir. Notre pays continuera à se ternir debout tant que tu le défendras.

Vos frères,

Le Mouvement national palestinien à l’intérieur des prisons de l’occupation sioniste.


Publié le 18 avril 2019 sur The Palestine Chronicle
Traduction : Jean-Marie Flémal

 

Print Friendly, PDF & Email