L'actu

De Hewlett Packard à Ahava : la liste noire de l’ONU des compagnies qui font des affaires avec les colonies israéliennnes

Une partie de la “liste noire” dressée par l’ONU des entreprises qui font des affaires avec les colonies israéliennes en Cisjordanie et à Jérusalem-Est – qui sont toutes illégales en droit international – a été publiée dans la presse israélienne, en dépit des efforts de l’administration Trump pour qu’elle reste secrète. On y trouve 25 noms, parmi lesquelles “Israel Aerospace Industries”, des entreprises du secteur des télécoms, des multinationales, des banques,…

Le moins que l’on puisse dire est que cette liste est très éclectique, puisque aux côté de “Israel Aerospace Industries”, déjà citée, on trouve le géant de l’électronique Motorola, Hewlett-Packard (qui fournir à Israël tout le système de contrôle de la population palestinienne dans le réseau de checkpoints instaurés par l’occupant), la firme de cosmétiques “Ahava” qui exploite les ressources naturelles de la Mer Morte, la Banque Leumi, le fournisseur de gaz “Paz”, et des entreprises du secteur alimentaire…

Le quotidien Haaretz, qui relaie l’information, rappelle qu’il a déjà, dans le passé, fait état de 150 entreprises israéliennes et étrangères qui ont reçu une mise en garde de la Commission des droits de l’homme de l’ONU, qui leur avait signalé qu’elles avaient été enregistrées dans une base de données en raison du fait qu’elles font des affaires dans les territoires occupés par Israël et étaient donc susceptibles d’enfreindre “le droit interne et les décisions des Nations-Unies”.

Le Washington Post avait pour sa part, rappelle également Haaretz, fait état en août de compagnies étatsuniennes – parmi lesquelles Caterpillar, Priceline.com, TripAdvisor et Airbnb – qui avaient reçu la même mise en garde. Le quotidien U.S. indiquait aussi que l’Administration Trump déployait de grands efforts pour que la liste établie par la Commission des droits de l’homme de l’ONU ne soit pas rendue publique.

Jeudi, le quotidien israélien Yedioth Aharonoth a révélé les noms de 25 entreprises israéliennes, représentant selon lui une partie de la liste en question.

1. Ahava
2. Dor Alon
3. Amisragas
4. Angel Bakeries
5. Arison Investments
6. Ashdar
7. Cafe Cafe
8. Clal Industries
9. Cellcom
10. Danya Cebus
11. Electra
12. Hewlett Packard (HP)
13. HOT

14. Israel Aerospace Industries
15. Matrix systems
16. Motorola
17. Nesher
18. Partner
19. Paz
20. Rami Levy
21. Remax
22. Shikun & Binui (Housing & Construction
Holding Company)
23. Shufersal
24. Bank Leumi
25. Sonol

La chaîne de télévision israélienne “Channel 2” avait quant à elle dans le passé affirmé que d’autres firmes israéliennes – à savoir Teva, Bank Hapoalim, Bezeq, Elbit, Coca-Cola Israel, Africa-Israel, IDB, Egged, Mekorot and Netafim – figuraient aussi sur la liste.

Selon Haaretz, “de hauts responsables israéliens ont déclaré que la crainte israélienne d’un désinvestissement ou d’une réduction d’activité due à la liste noire est déjà en train de devenir une réalité. Ils ont affirmé que le Bureau des affaires stratégiques du ministère de l’Économie a déjà reçu des informations selon lesquelles un certain nombre de sociétés recevant des lettres [de la Commission des droits de l’homme de l’ONU] ont répondu en disant qu’elles n’avaient pas l’intention de renouveler les contrats en cours ou d’en signer de nouveaux en Israël”.

Ces entreprises ne peuvent tout simplement pas faire la distinction entre Israël et les colonies et mettront fin à l’ensemble de leurs activités ensemble”, a déclaré un haut responsable israélien, cité par Haaretz sous condition d’anonymat. “Les entreprises étrangères n’investiront pas dans quelque chose qui pue les problèmes politiques, cela pourrait faire boule de neige”.

 

Print Friendly, PDF & Email

1 Trackbacks & Pingbacks

  1. Air Canada rompt un important contrat avec Israel Aerospace Industries – Pour la Palestine

Les commentaires sont fermés.