Dans l'actu

Bruxelles : les remarques ignobles du ministre israélien Katz

Dimi Reider

Pour le Ministre israélien des Renseignements et de l’Energie nucléaire, Israël Katz, l’ennemi numéro un en Belgique n’est autre que… le chocolat. Et l’amour de la belle vie. Surtout les plaisirs de la vie.

Katz est peut-être le plus ancien membre du Likoud à être parvenu à survivre le plus longtemps aux côtés de Netanyahou, même si certains de ses collègues de parti plus futés ont été mis sur la touche et marginalisés en raison de leur rivalité avec le Premier ministre. Une explication de son succès est qu’on le considère comme trop idiot pour être déloyal. Si tel est le cas, ses commentaires d’aujourd’hui lui auront sans nul doute valu quelques années de plus au sommet.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahou (à gauche) et le ministre du Likoud Israel Katz (à droite) en campagne à Raanana. (Photo : Yotam Ronen/Activestills.org) Le

Katz a sorti ses remarques, ce mercredi matin, lors s’une interview sur Army Radio. En voici le texte intégral :

« Si les Belges continuent à manger du chocolat et à profiter de la vie, ils ne seront plus capables de se battre. L’Europe et les États-Unis ne prétendraient pas qu’il y a une guerre contre le terrorisme islamique. Quand votre définition est erronée ou qu’elle n’existe pas, vous ne pouvez mener une guerre mondiale.
« Si les Belges continuent à manger du chocolat et à jouir de la vie et à ressembler à de grands démocrates et libéraux, et à ne pas décider une fois pour toutes que certains des musulmans vivant chez eux organisent le terrorisme, ils ne seront pas capables de les trouver.
« Voyez comme nous sommes capables de rapprocher les modérés et de mettre les extrémistes, comme le mouvement islamique, hors-la-loi. Nous nous occupons également de nos existences, mais nous nous préparons sans illusion et ceci, en raison, de notre capacité à définir qui est l’ennemi. Les Européens, et même les États-Unis, n’ont pas défini qui était leur adversaire. »


Publié le 24 mars 2016 sur 972mag.com
Traduction : Jean-Marie Flémal

Print Friendly, PDF & Email