Dans l'actu

Cisjordanie : plus Israël “assouplit”, moins les Palestiniens sont libres

Israël affirme avoir assoupli la circulation des Palestiniens en Cisjordanie, mais les Palestiniens affirment que des barrages routiers supplémentaires ont fait leur apparition dans la région. Il s’avère à la fois Israël et les Palestiniens disent la vérité, selon une enquête du journal Haaretz.

Israël a promis de l’administration Obama et la communauté internationale de favoriser la liberté de circulation des Palestiniens en Cisjordanie au cours des derniers mois.  Le nombre de postes de contrôle à travers le territoire a sensiblement diminué, en particulier ceux qui sont placés à proximité des grandes villes, comme demandé par Barack Obama.

Pourtant, l’Autorité palestinienne s’est plaint d’un nombre croissant de barrages routiers.

Haaretz explique cet apparente contradiction par le fait que si le nombre de postes de contrôle avec une présence constante de militaires israéliens a effectivement baissé, l’armée a en revanche augmenté les “chekpoints volants” non seulement le long de la Ligne verte, mais également à proximité des grandes villes dans le nord de la Cisjordanie, y compris Ramallah, Naplouse et Tulkarem.

Bon nombre des barrages routiers qui ont rendu impossible pour les Palestiniens de mener une vie normale au cours de l’Intifada ont bien été démantelés, mais il n’en demeure pas moins que des soldats israéliens sont toujours postés à un bon nombre de barrages routiers , et que les si elles sont devenues plus rares les fouilles approfondies de civils palestiniens n’en sont que plus rigoureuses. Se déplacer d’une ville palestinienne à une autre reste donc, pour les Palestiniens, une épreuve pénible.

Quant aux checkpoints routiers où il n’y a pas de soldats israéliens en permanence, la gêne qu’ils constituent demeure, car d’une part ils provoquent des embouteillages mêrme quand il n’y a pas de contrôles en cours (les routes étroites et en mauvais état sont encore rétrécies à hauteur des chekpoints) et d’autre part quand des contrôles s’y déroulent, de manière inopinée, ils sont plus tatillons que jamais. L’armée le reconnait, mais justifie la chose par “des renseignements spécifiques”.

La réalité est que, comme à chaque fois depuis la signature des accords d’Oslo, Israël “compense” systéma­tique­ment toute concession affichée par un durcissement tangible des conditions d’existence imposées pour les autorités d’occupation à la population palestinienne, de sorte que demeure bien présente le perception que l’objectif poursuivi est de lui rendre la vie aussi peu supportable que possible pour favoriser notamment l’exode de la jeunesse palestinienne. Le nettoyage ethnique au quotidien emprunte mille détours.

 

Print Friendly, PDF & Email