Dans l'actu

Changer les jours de repos hebdomadaire, pour nuire au « secteur arabe » ?

Le gouvernement israélien a trouvé une nouvelle manière de signifier aux citoyens du « secteur arabe » que ce pays n’est pas le leur : modifier le rythme des semaines, l’alternance travail/repos, pour faire en sorte que le vendredi ne soit plus jour chômé.

Actuellement, le repos hebdomadaire en Israël (le « week-end » en bon Français) est observé le vendredi et le samedi, tandis que le dimanche est un jour de travail ordinaire.

Jusque là, cela arrangeait pour ainsi dire tout le monde, puisque le vendredi est le jour de repos pour les musulmans, et que de leur côté les juifs qui pratiquent leur religion le considéraient – comme l’écrit un bloggeur israélien – comme « un jour de préparation mentale et culinaire juste avant le jour de vrai repos qu’est le shabbat« .

Le gouvernement de Benjamin Netanyahou –  qui est tout autant un ultra-libéral américain qu’un nationaliste israélien forcené – estime que la situation actuelle pose des problèmes économiques : Israël s’arrête de travailler quand la majorité de ses partenaires commerciaux continuent leur business, et se remet au boulot quand ceux-ci n’ont pas fini  de se reposer…

Mais le rythme actuel de la « semaine israélienne » présente aussi – surtout ? – un autre grave inconvénient : il est « islamo-compatible ». D’où la volonté d’imposer un nouveau rythme hebdomadaire qui ne permette plus au « secteur arabe » de vivre en se conformant à ses prescrits religieux. Une manière parmi mille autres de signifier symboliquement aux Arabes qu’ils ne sont pas chez eux, et de le pousser à aller s’établir ailleurs.

On n’en finirait pas d’établir le catalogue de tous les moyens employés par les gouvernements israéliens successifs depuis 1948 dans la poursuite de leur objectif fondamental : s’emparer de la terre en se débarrassant d’autant de population autochtone que possible.

La décision n’est pas encore prise, car elle divise les partis religieux d’extrême-droite sur laquelle s’appuie le gouvernement Netanyahou, les uns considérant que cette réforme « diminuerait le nombre de profanations du Shabbat« , les autres faisant observer qu’en hiver le Shabbat commence à 16h. le vendredi et que par conséquent on finirait par instaurer la « semaine de 4 jours« , ce qui les fait s’exclamer « mais alors, on travaille quand ?« .

L.D.

Print Friendly, PDF & Email