Dans l'actu

Censure anti-palestinienne au festival de Cannes : le CRIF est tombé sur un os !

Ali Abunimah

Un documentaire palestinien a été projeté au Marché du Film du Festival de Cannes comme prévu ce lundi, en dépit d’une intense campagne des groupes de pression pro-israéliens pour que cette projection soit annulée.

Le producteur palestinien Nasri Hajjaj, avec la cinéaste Zeina Daccache – Photo : Ammar Abd Rabbo/abacapress.com

En conclusion, le film de Nasri Hajjaj a été projeté comme prévu. Munich : une histoire palestinienne de Nasri Hajjaj était l’un des quatre films dont des extraits ont été projetés devant des professionnels de l’industrie du cinéma, en collaboration avec le Festival International du Film de Dubaï.

Hajjaj a expliqué à The Electronic Intifada depuis Cannes, que la projection d’un extrait de 14 minutes s’est déroulée sans incident et qu’il avait reçu une réponse positive de ceux qui étaient présents.

Comme The Electronic Intifada l’a rapporté la semaine dernière, le principal lobby pro-israélien français, le CRIF, avait exercé une pression intense sur les autorités françaises pour interdire le film, obtenant même le soutien du maire de Cannes.

Le CRIF avait prétendu que le film se livrait à un « révisionnisme historique » à propos du raid de 1971 sur les Jeux Olympiques de Munich par le groupe palestinien Septembre noir, au cours duquel 11 athlètes israéliens, un officier de police allemand et cinq preneurs d’otages sont morts.

Mais le CRIF ne pouvait pas savoir ce dont parlait le documentaire inachevé, puisque celui-ci n’avait jamais été projeté au public.

Hajjaj a déclaré que le CRIF et d’autres critiques ont fait un certain nombre de déclarations mensongères sur son film, qu’ils n’ont pas vu.

Roger Cukierman, le patron du CRIF, avait même affirmé sur Twitter qu’il avait été personnellement assuré par le président du Festival de Cannes Pierre Lescure que le film de Hajjaj ne serait pas projeté.

Certains médias communautaires juifs en France ont continué à diffuser la fausse information selon quoi le CRIF avait réussi à obtenir l’annulation de la projection, grâce aux pressions exercées sur les responsables du festival et sur des officiels du gouvernement.

Mais le Festival International du Film de Dubaï a déroulé son programme comme annoncé, passant à l’écran à Cannes les clips de quatre œuvres de cinéastes arabes.

Hajjaj a déclaré qu’il travaillait sur le film depuis 2011, et, comme cinéaste indépendant, qu’il continuait à rechercher un soutien financier afin de le terminer.

Un clip vidéo montre l’événement de lundi. On y voit Hajjaj qui était présent ainsi que d’autres cinéastes en vedette

Le clip montre également que la projection a été suivie par Ken Loach, qui a remporté le premier prix de Cannes – la Palme d’Or – en 2006.

Loach est un ardent défenseur des droits des Palestiniens.

Le Marché du Film se présente comme « l’événement le plus important de l’industrie du film et le point de rendez-vous de plus de 11000 professionnels, dont 3200 producteurs, 2300 distributeurs, 1500 vendeurs et 790 organisateurs de festivals. »

En conséquence, l’échec du CRIF dans sa tentative de bloquer la projection de l’œuvre de Hajjaj est une victoire de la liberté d’expression contre la censure, et une victoire de l’art en rapport avec la Palestine.


Publié le 18 mai sur The Electronic Intifada
Traduction : Info-Palestine.eu

ali-abunimah-21Ali Abunimah, journaliste palestino-américain est le cofondateur de ’The Electronic Intifadaet auteur des livres  One Country : A bold Proposal to end the Israeli-Palestinian Impasse et The battle for Justice in Palestine

On peut suivre Ali Abunimah sur Twitter : @AliAbunimah

D’autres article d’Ali Abunimah ou parlant de lui, sur ce site

Print Friendly, PDF & Email