Dans l'actu

Brèves considérations sur la solidarité internationale avec notre combat en Palestine

Maath Musleh

Au sein du mouvement croissant de la solidarité avec la cause palestinienne, bon nombre d’aspects de la lutte sont perdus [de vue]. Bien des gens sont pris par les évènements actuels et oublient le fond même de la lutte. Nombreux sont ceux qui n’ont pas une idée claire de l’essence même de cette cause.

Expliquer l’histoire de la cause nécessiterait de ma part des heures d’écriture. Mais, là, maintenant, j’aimerais partager quelques brèves considérations qui, je crois, sont essentielles. Il est réjouissant de voir toute la solidarité qui se manifeste dans le monde, mais pour que tout cela ait un sens, il importe que vous connaissiez la cause que cela concerne.

Il importe de garder à l’esprit que notre cas n’est pas une affaire de charité. Nous sommes des gens avec une cause juste et au long passé de lutte.

Pour commencer, notre combat ne tourne pas autour d’un Etat en Cisjordanie et à Gaza, qui s’appellerait Palestine, tout simplement parce que ceci n’est pas la Palestine. La Cisjordanie et la bande de Gaza ont été occupées par les sionistes en 1967. Notre combat contre les sionistes a commencé bien avant cela.

L’essence de notre combat est le droit au retour pour les réfugiés (représentant plus de 70% du peuple palestinien). Ils revendiquent leur droit au retour dans leurs foyers et ils ont effectivement le droit de le faire. Si vous pensez que ce n’est pas possible, c’est que réellement vous n’êtes pas solidaires de la cause palestinienne.

Il importe également de garder à l’esprit, que vous ne pouvez vous montrer sélectifs avec votre solidarité ni faire des concessions au nom des Palestiniens. Soit vous êtes avec nous soit vous ne l’êtes pas. Vous ne pouvez vous situer à mi-chemin entre les victimes et les coupables. Si vous le faites, cela veut dire que vous avez décidé de ne pas être pour la justice. Vous adoptez déjà une position et vous n’êtes pas aussi neutres que vous le prétendez.

Il n’y a pas de honte à reconnaître ses errements dans une lutte. Aucune lutte au monde n’est parfaite. Celui qui discute de ces errements dans des efforts pour améliorer la lutte est quelqu’un de noble. Et aucun de ces errements ne change les faits même de la lutte. Les gens coupables de toutes les souffrances – qui ont touché les deux camps – sont les sionistes.

Certaines personnes tentent de délégitimer la cause palestinienne en faisant illusion au recours à la « violence ». Permettez-moi de dire, pour commencer, ce que j’ai déjà dit auparavant et que répète : le recours à la résistance armée est notre droit légitime. Et j’ai expliqué dans nombre de mes écrits que la résistance armée ne concerne strictement que le choix de cibles militaires.

ONU_resolution

Extrait de la résolution 3070 de l’Assemblée Générale des Nations-Unies du 30 novembre 1973 (28ème session) – Cliquez sur l’image pour le texte complet

Certains palestiniens sont timorés ou s’excusent quand ils discutent de notre passé de résistance armée. Moi pas. Ils croient que la résistance « pacifique » les rend plus acceptables aux yeux de l’occident. Permettez-moi de vous dire ceci : nous ne sommes pas dans un processus de relations publiques. Nous sommes dans un processus de libération de notre terre et de notre peuple.

Nous ne défendons pas une juste cause parce que le monde est avec nous. Le monde est avec nous parce que nous défendons une juste cause.

Mais mettons un terme à cette discussion à propos du recours à la résistance armée. Si vous croyez qu’elle est légitime mais que vous des problèmes à prendre fait et cause pour elle, faites référence à la Résolution 3070 de l’ONU : « L’Assemblée générale réaffirme également la légitimité de la lutte populaire pour la libération vis-à-vis de la domination étrangère et de la soumission à l’étranger, et ce, par tous les moyens possibles, y compris la lutte armée. » Si vos interlocuteurs n’aiment pas cela, ils n’ont qu’à s’en prendre à l’ONU.

S’ils disent qu’ils soutiennent la justice pour les Palestiniens mais qu’ils n’aiment pas nos méthodes de résistance, dans ce cas – s’ils sont tellement chauds pour s’opposer à nos méthodes de lutte – ils peuvent les faire cesser en mettant un terme à l’injustice en recourant à leurs propres méthodes.

Personne ne les en empêche.


Publié sur International Socialist Group(Scotland) le 8 septembre.
Traduction pour ce site : Jean-Marie Flémal.

Maath Musleh est un jeune militant, bloggeur et journaliste palestinien installé à Jérusalem et dont les travaux paraissent régulièrement chez Al Jazeera, Ma’an News Agency et Al Akhbar en version anglaise. Il est également le cofondateur du blog militant de la jeunesse palestinienne Beyond Compromise (Au-delà des compromis)

Print Friendly, PDF & Email