Dans l'actu

Bienvenue en Palestine, destination interdite

David Dupire

Se rendre dans les territoires palestiniens occupés par Israël devient de plus en plus difficile.

Dans ce livre, publié au mois de juin, Christophe Oberlin et Acacia Condes racontent comment des gens comme vous et moi se sont regroupés afin de se rendre en Palestine à l’invitation de plusieurs associations  palestiniennes, et ce lors de différentes missions.
La première relatée dans le livre est la « Gaza Freedom March » en 2009, la seconde est une mission en Cisjordanie à Noël 2009.

couverture_livre_bienvenue_en_palestine-2Enfin la troisième,  à nouveau à destination de la Cisjordanie, comptait plusieurs centaines de personnes, hommes, femmes et enfants  qui ont cette fois pris la ferme décision de ne pas mentir sur leur destination lors du contrôle de leur passeport à Tel Aviv. Pour eux fini de mentir, ils veulent faire valoir leur droit de circuler partout dans le monde et aussi en Palestine. Et dire haut et fort qu’ils viennent à l’invitation de leurs amis palestiniens.

Vous découvrirez les préparatifs du voyage, la décision du gouvernement israélien de diffuser aux compagnies aériennes du monde entier une « liste noire » de 342 noms de personnes à refouler à l’embarquement. Vous y découvrirez également  comment 125 voyageurs finiront dans les prisons israéliennes, victimes de l’arbitraire du gouvernement israélien.

Ce qui fait la richesse de ce livre, c’est le fait qu’il est essentiellement écrit sur base de témoignages des participants à ces trois missions. C’est leur vécu qui est relaté ici, ce sont les conditions dans lesquelles ils ont été placés par l’autorité arbitraire et discriminatoire d’Israël.

Ce livre est également un témoignage que des gens de bonne fois, de bonne volonté, pacifistes, peuvent passer du stade de l’indignation face à une situation donnée à celui de la mobilisation et du passage à l’action afin de défendre une cause juste.

Il montre aussi, la capacité que possèdent les gens de se mettre ensemble pour faire face et résister pacifiquement à des situations extrêmes comme l’expulsion de l’aéroport manu militari ou même l’emprisonnement.

Il montre aussi la force de la lutte collective face à une autorité aussi totalitaire que le gouvernement israélien. Les participants à cette mission de juillet 2011 ont pu démontrer au monde entier que le blocus d’Israël n’est pas uniquement pratiqué contre Gaza mais également à tous les territoires palestiniens.  De plus, ce blocus ne s’exerce pas seulement sur le sol de Palestine mais déjà sur notre territoire européen où nos gouvernements, complices d’Israël, mettent en application les décisions israéliennes.

Ce livre, ces témoignages sont autant d’appels à la lutte, prouvent que chaque personne peut apporter sa petite contribution à la résistance populaire contre l’occupation de la Palestine par Israël.

Ayant participé à cette mission de juillet 2011 je tiens à remercier Christophe Oberlin et Acacia Condes pour ce superbe ouvrage qui je l’espère pourra faire naître l’envie aux amis de la Palestine de passer à leur tour à l’action en participant à de telles initiatives. Il faut lire ce livre pour comprendre ce que l’état d’Israël est prêt à mettre en œuvre pour empêcher que des témoins européens ne voient le méfaits et les horreur qu’Israël fait vivre tous les jours au peuple palestinien sous occupation.

Extrait.

Tous les voyageurs témoignent de violences, vues ou subies, dans l’enceinte même de l’aéroport Ben-Gourion, avant leur embarquement et dans les fourgons blindés en direction des prisons. S’y ajoutent une ségrégation et une violence particulières en direction des voyageurs d’origine arabe, hommes ou femmes, Mohammed, Fadwa, Ibrahim, Tarik, Ismaël, Fatiha

Fadwa. « A un moment donné, une policière m’appelle pour m’isoler et tire un rideau pour me fouiller, elle appelle ensuite deux autres femmes qui ont tout l’air de se moquer de moi. La première me demande de me déshabiller. Je demande pourquoi, elle insiste et je me déshabille. Nue devant elles, je me sens mal à l’aise, mais en plus humiliée d’être l’objet de leurs moqueries. Je suis emmenée directement vers un avion pour le retour, les agents me demandent de monter. Je leur dis que je ne veux pas monter sans explications. “Si tu ne montes pas, menacent-ils, c’est en prison que tu vas aller.” Alors, j’ai accepté d’aller en prison

Je suis conduite jusqu’à la fourgonnette, ils ont mis le chauffage à fond et nous avons commencé à étouffer. Il régnait un silence pesant, bien que nous soyons quatre. Après un moment, nous avons repris nos esprits pour ne pas nous laisser abattre. Puis ils nous ont fait sortir pour nous déstabiliser. J’ai demandé à aller aux toilettes et une policière a insisté pour me suivre, elle n’a pas voulu que je ferme la porte. Je n’avais même pas terminé qu’elle m’a tirée par le bras pour me faire sortir.

Ils m’ont emmenée ensuite dans un long couloir vers je ne sais où… De chaque côté, des policières me tenaient les bras, et une autre marchait à reculons en face de moi tout en parlant en hébreu avec les policières. Il y avait comme un jeu de défi entre elles, et d’un seul coup l’une des femmes policières m’a tordu les deux bras en arrière, puis m’a donné un coup sec du genou dans le bas du dos. J’ai failli tomber en avant; c’est alors que l’autre policière m’a relevée par le bras pour m’assener un autre coup dans les jambes. Un policier devant filmait la scène en riant. Puis ils m’ont jetée dans une camionnette.

Le livre est disponible dans toute bonne librairie, ainsi que chez AMAZON et sur le site de la FNAC

Print Friendly, PDF & Email