Dans l'actu

Belle action contre la présence de pommes de terre israéliennes dans nos magasins

Une équipe de la Plate-forme Charleroi-Palestine s’est rendue ce jeudi 19 avril dans les magasins Colruyt de Marchienne-au-Pont et de Dampremy, qui proposent des pommes de terre venant d‘Israël.

Les activistes ont reçu un très bon accueil des clients. Quand certains d’entre eux étaient en plein boulot de collage d’autocollants, un homme les interpelle : « Mais finalement, quelles pommes de terre peut-on encore acheter ? ». « Je n’achète pas des produits d’un pays oppresseur », dit une personne qui prend le flyer à la sortie du magasin. Soutien total d’une équipe d’étudiants en bio-ingénierie à Gembloux. Deux jeunes Maghrébins demandent un paquet de flyers qu’ils déposeront dans leur magasin à Jumet. Des clients acceptent de se faire prendre en photo avec le panneau « Je boycotte les produits de l’apartheid ».

Vous avez envie de participer à une de nos actions dans la région de Charleroi ? Ecrivez-nous à charleroi.palestine@gmail.com.

Les flyers, autocollants et affiches seront disponibles au stand de la Plate-forme Charleroi-Palestine, le 28 avril,  lors de la journée « 1948-2018 : Comment être solidaire des Palestiniens ? »  Lors de cette journée, une vingtaine de personnes partageront leurs expériences dans les débats  » Boycotter Israël, pourquoi et comment ?  »

Ci-dessous des photos de l’action et le texte du flyer

Nous vivons dans un pays de culture de pommes de terre. Mais les rayons de nos magasins se remplissent à nouveau de pommes de terre d’ailleurs, souvent d’Israël.

Les pommes de terre israéliennes sont cultivées dans le désert du Néguev Israël chasse les Bédouins palestiniens de leurs terres, démolit leurs maisons et leurs récoltes. Les communes palestiniennes du Néguev sont systématiquement discriminés quant à l’approvisionnement en eau.

La culture des pommes de terre dans le désert nécessite une irrigation intensive : plus de 100 litres d’eau pour produire 1 kg de pommes de terre ! 

Le Néguev se trouve juste à côté de la Bande de Gaza, où près de 2 millions de personnes souffrent d’un manque chronique d’eau potable : les nappes phréatiques sont gravement polluées (50 % de l’eau est impropre à la consommation humaine), et Israël interdit la mise en service d’une usine d’épuration d’eau, financée pour 100 millions de dollars par l’aide internationale.

Les Palestiniens vivant en Israël n’ont ni le droit d’élever des poules (et donc de produire des œufs), ni celui… de cultiver des pommes de terre considérées comme « plantes protégées », dont la culture est réservée aux Juifs israéliens.

Ces faits nous montrent qu’Israël est un Etat d’apartheid, et en droit international l’apartheid est un crime contre l’humanité.

La société civile palestinienne a lancé la campagne BDS (Boycott, Désinvestissement et Sanctions) contre Israël, pour les droits des Palestiniens, pour l’arrêt de l’occupation de la Cisjordanie et de Gaza, l’arrêt de la discrimination des Palestiniens d’Israël, le droit au retour des réfugiés.

Vous aussi, participez à cette campagne. N’achetez pas les pommes de terre en provenance d’Israël.
VERIFIEZ bien les étiquettes sur les sacs !

Print Friendly, PDF & Email