Dans l'actu

BDS : les cosmétiques pas très propres de Ahava

En France, la campagne de boycott des « Cosmétiques de la Mer Morte Ahava », a pris un nouveau tournant. En effet, les activistes partisans d’un boycott, d’un désinvestissement et de sanctions intentent un procès à Sephora, qui assure la commercialisation des cosmétiques Ahava sur le marché français.

Ahava fabrique ses cosmétiques dans une usine située dans l’implantation illégale (par définition, puisqu’elles ne sont toutes) de Mitzpe Shalem en Cisjordanie. Pourtant, Ahava propose comme origine, pour ses produits d’entretien de la peau : « Mer Morte, Israël ».

Les colonies israéliennes de Mitzpe Shalem et Kaliya ont co-fondé les laboratoires de la Mer morte de la firme Ahava et détiennent 44% des actions de la compagnie. Mitzpe Shalem et Kaliya sont toutes deux près du littoral de la Mer Morte, l’exploitant pour le tourisme. La boue utilisée dans les produits Ahava est extraite d’un site près de Kaliya, s’étendant sur le littoral occupé de la Mer Morte. Ahava utilise les ressources naturelles palestiniennes sans permission et sans compensation. De plus, Ahava tient un “centre d’information” (entendez : de propagande) pour touristes dans l’implantation de Mitzpe Shalem

La Cour internationale de justice, après avoir statué en 2004, a rappelé l’illégalité de la construction des implantations, et par là même, la construction de sites industriels dans ces implantations. L’usine Ahava et le bureau du tourisme ont donc été construits en violation du droit international.

La collaboration de la firme Ahava à la colonisation israélienne est au cœur de l’action en justice entreprise contre Sephora à la fin du mois de mai par la Coordination des Appels pour une Paix juste au Proche Orient (CAPJPO) ayant son siège en France.



Sephora, antenne du groupe Louis Vuitton Moet Hennessy (LVMH), vend les cosmétiques Ahava dans ses magasins. Depuis un an les militants ont protesté contre la vente des produits Ahava par le magasin, appelant les consommateurs à soutenir leur protestation en envoyant des courriels à la compagnie française afin qu’elle retire les produits incriminés de ses rayons.

Sephora a refusé de s’exécuter, et est maintenant poursuivie en justice par CAPJPO, au motif que le contrat qui lie la compagnie à Ahava est illégal puisque les cosmétiques sont produits dans des implantations elles-mêmes illégales. Dans la plainte déposée à la cour de Nanterre à la fin de mai, CAPJPO rappelle qu’en distribuant les produits Ahava, Sephora soutient le viol du droit international.

Les militants en faveur de la solidarité avec les Palestiniens aux Etats-Unis se sont lancés eux aussi dans une campagne contre Ahava.

Aux États-Unis, Ahava est distribué par Ricky’s, une affaire familiale à New York, Lord and Taylor à Washington et aussi les grands magasins Nordstrom parmi d’autres détaillants. Les grands magasins ont attiré l’attention des militants du groupe américain pour la paix CodePink. La campagne Beauté Volée menée par CodePinkdénonce les Cosmétiques de la Mer Morte Ahava au moyen de panneaux colorés qui incluent les messages « Ahava, argent sale » et « Ahava cache ses crimes derrière son sourire ».

La campagne de CodePink et le travail d’autres groupes solidaires ont eu un impact. Leur publicité défavorable a mis un terme au travail de porte-parole de Ahava de Kristin Davis, star de la série télévisée Sex & the City, laquelle est ensuite devenue ambassadrice bénévole de l’organisation internationale Oxfam après que des activistes lui eurent demandé de renoncer à ses prestations télévisuelles promouvant les produits Ahava, pour lesquelles elle était rémunérée.

Des militants regroupés sous le nom de Pink Police ont également entrepris de passer à l’action directe pour interdire les « vitrines criminelles » installées par les magasins où sont vendus les produits Ahava (voir la vidéo ci-dessous). Des militants ont envoyé des lettres à Nordstrom, expliquant que la Compagnie ne pouvait à la fois vendre les produits Ahava et être par ailleurs membre de Commerce et Responsabilité sociale, organisation à but non lucratif. Ahava a tenté de faire taire la critique et de justifier le vol des ressources palestiniennes en prétextant que : « La Mer morte et ses trésors sont internationaux et n’appartiennent pas à une seule nation ».

BDS Austin Activism – Ahava Protest from PSC UT Austin on Vimeo.

CodePink a interpellé l’éditeur des guides de voyage The Lonely Planet, lui demandant de ne pas faire paraître un article pour les futures éditions du Guide d’Israël et des Territoires palestiniens, article incitant le touriste à faire des achats au point de vente et au magasin, basés dans la colonie de Mitzpe Shalem. CodePink a informé les éditeurs de The Lonely Planet qu’était menée une campagne de boycott international à l’encontre des Laboratoires de la Mer Morte Ahava en raison des pratiques illégales de la compagnie. L’agent publicitaire de The Lonely Planet a répliqué que la demande serait transférée à l’éditeur et aux auteurs.

En dépit d’une image ternie, Ahava projette d’ouvrir une antenne à New York, en plus de ses grands magasins internationaux à Berlin, Londres et Singapour. L’année dernière, Ahava a commencé à collaborer avec Teva Nederland pour faire la promotion de ses produits dans les pharmacies hollandaises. Teva Nederland, leader du marché en médicaments génériques, approvisionnant la majorité des pharmacies hollandaises, est une filiale de Teva Pharmaceutical Industries Ltd, compagnie israélienne ayant des branches en Amérique du Nord, Amérique latine, Europe, Afrique et Asie. Teva Nederland a introduit Ahava dans cinquante pharmacies en 2009 et projeté d’étendre ce nombre à trois cents en 2010.

Par ailleurs, l’Institut Israélien de Coopération et d’Exportation a annoncé en avril un projet de fusion entre Teva Pharmaceutical Industries et les cosmétiques Ahavapour, ensemble, adopter une ligne « dermo-cosmétique ».

Mais la campagne de boycott va contrecarrer les plans d’extension d’Ahava. A la fin de 2009, en réponse à un appel des Brigades des Peignoirs Hollandaises, groupe faisant campagne pour un boycott des cosmétiques Ahava, plusieurs pharmaciens hollandais ont exprimé leur soutien à la campagne et fait part de leur décision de ne pas présenter les produits Ahava dans leurs rayons. Les militants de la solidarité continueront d’avoir un impact sur les marges de profit d’Ahava à l’heure où l’attaque d’Israël contre la “flotille de la liberté pour Gaza” dans les eaux internationales renforce le mouvement de boycott international.

Print Friendly, PDF & Email