Dans l'actu

BACBI : Communiqué de presse du 14 octobre 2015

BACBI

Boycott Divestment Sanctions Le groupe de coordination du BACBI – Belgian Campaign for an Academic and Cultural Boycott of Israël est choqué par la vague de violence non seulement dans les territoires occupés, à Jérusalem Est, en Cisjordanie et dans la Bande de Gaza, mais également en Israël même.  Du côté palestinien comme israélien, les morts et les blessés s’accumulent.

Excitée ou non par des colons fanatiques, l’armée d’occupation israélienne se rend coupable d’exécutions sommaires. Le Croissant Rouge palestinien rapporte que ses équipes médicales ont été attaquées 53 fois depuis le 3 octobre, avec pour conséquences des blessés et des destructions.

Comme souligné par les commentateurs critiques israéliens, le déclenchement de manifestations de masse et d’agressions individuelles par des jeunes palestiniens est à mettre au crédit de l’occupation sans espoir dont souffre le peuple palestinien depuis presque 50 ans. Les derniers raids et provocations violents contre la mosquée Al-Aqsa ont mis le feu à la mèche. La facilité avec laquelle les soldats israéliens n’hésitent pas à tuer des personnes sans défense est particulièrement troublante. C’est le reflet  chez ces derniers de la déshumanisation profonde des Palestiniens dont la vie est considérée comme sans valeur. En tant que membres de BACBI nous soulignons que la paix n’est possible que si Israël met fin à l’occupation et reconnaît le droit à l’autodétermination des Palestiniens. Le boycott international doit donc exercer la pression externe nécessaire dans cette perspective .

Pour le groupe de coordination,

Prof.Ém. Herman De Ley (UGent)

Print Friendly, PDF & Email