Dans l'actu

Ayant survécu par miracle aux balles israéliennes, la jeune Palestinienne de Nazareth est condamnée à 6 mois de prison

Nous avons rapporté, il y a quelques semaines, en octobre 2015, les conditions dans lesquelles une jeune femme palestinienne avait été abattue par des militaires israéliens, alors qu’elle ne représentait de toute évidence aucune espèce de menace pour la sécurité de quiconque.

Plusieurs cas similaires avaient déjà eu lieu en Cisjordanie, mais cette fois l’affaire se situait en Israël même et la victime était une citoyenne israélienne – membre de la minorité palestinienne du pays, qui représente un cinquième de la population.

Israa Abed, 30 ans, mère de trois enfants et originaire de Nazareth, avait été abattue à la gare centrale des bus d’Afula, près de Nazareth. Elle était entourée de nombreux soldats, de policiers et de ce qui s’est avéré être des civils israéliens armés. Les soldats sur place étaient probablement des passagers des nombreux bus qui passent par Afula.

Les médias israéliens avaient rapporté dans un premier qu’elle avait été abattue alors qu’elle essayait de poignarder un garde de la sécurité. Mais une vidéo avait montré qu’il n’en était rien. Elle avait été abattue après être restée immobile à la gare des bus pendant de longs moments, apparemment terrifiée, dans ce qui ressemble à un état de panique absolue, puisque de plus en plus de gens pointaient leurs armes sur elle.

Aujourd’hui encore, les médias israéliens la présentent comme une coupable, car elle aurait crié aux membres de la “police des frontières” : «Vous êtes des terroristes» (ce que les faits confirment très amplement, notamment à la lecture d’informations récentes qui montrent qu’à Jérusalem-Est les membres de cette milice d’État se livrent à des provocations envers la population pour tenter de provoquer des violences qui ensuite servent de prétexte à des punitions collectives, le tout se situant dans le cadre d’une politique visant à chasser la population palestinienne et à faire place nette pour les colons juifs).

Lundi dernier, un tribunal israélien a infligé une peine de 6 mois de prison et 1.500 shekels d’amence (±390$) à Israa Abed, héroïne malheureuse de cette histoire, qui avait miraculeusement survécu. Elle était poursuivie – selon Haaretz – pour “détention illégale d’un couteau” et pour “menaces”. L’accusation a tenu compte du fait qu’elle souffrait de « problèmes psychologiques” qui l’auraient poussée à chercher à se faire tuer par les forces israéliennes. Elle n’a pas été accusée d’avoir voulu mener une “attaque terroriste”.

Une expertise officielle avait conduit à recommander qu’elle soit condamnée à une peine de travail communautaire, étant donné son absence de tout antécédent judiciaire, ses problèmes psychologiques et le fait qu’elle a un enfant à charge.  Mais le juge Dalit Sharon-Green, du tribunal de Nazareth, n’a pas suivi cet avis, estimant qu’une telle sanction n’aurait pas un caractère “suffisamment dissuasif” pour éviter une récidive.

Le maire de Nazareth, Ali Salem, a assuré Israa Abed du soutien de la municipalité et de tous les citoyens de la ville, et a annoncé que tous les efforts possibles seraient entrepris pour éviter qu’elle soit effectivement emprisonnée au mois de septembre comme prévu par le jugement.

 

Print Friendly, PDF & Email