Dans l'actu

Ayalon adore les catastrophes naturelles : c’est tout bon pour la propagande israélienne

Il y a au moins une chose de bien avec certains dirigeants israéliens : ils ne cachent pas vraiment leur jeu.

Ainsi le vice-ministre des Affaires Etrangères Dany Ayalon (membre de Yisrael Beiteinu, le parti de l’humaniste bien connu Lieberman), celui-là même qui ne cesse de répéter qu’Israël doit bombarder l’Iran parce que celui-ci à son avis “est faible” – a déclaré selon le Jerusalem Post, que  « dans une région où les ennemis d’Israël cherchent de plus en plus à décrédibiliser l’État hébreu, les délégations d’aide humanitaire comme celle envoyée en Haïti en janvier dernier sont une arme précieuse pour redorer le blason du pays ».

« Nous avons un système d’aide très efficace et nous sommes capables de fournir une assistance partout où cela s’avère nécessaire, en Haïti comme en Afrique », a-t-il précisé. « Nous faisons cela pour deux raisons : la première relève du principe de “tikkoun olam”, c’est-à-dire la volonté de réparer les injustices dans le monde. Nous avons ainsi une obligation morale d’assistance. La deuxième consiste à diffuser une image positive et de développer la hasbara d’Israël à travers le monde ».

Israël se sentirait donc des devoirs moraux… mais loin de ses frontières (jamais définies, toujours repoussées), ni sur son propre territoire ni dans les environs… Et à condition que ce soit médiatiquement rentable, parce que à Dubai par exemple l’impérieuse nécessité israélienne de “réparer les injustices du monde” s’est récemment manifestée de manière pour le moins singulière. C’est d’ailleurs ce qui vaudra très prochainement à un de ses agents d’être extradé par la Pologne vers l’Allemagne : on attend avec impatience le procès qui permettra de prendre toute la mesure du « principe de “tikkoun olam”…»

Selon Ayalon et le Jérusalem Post (qui n’a rien à refuser au gouvernement Netanyahou) : « C’est le travail d’Israël en matière d’aide humanitaire qui justifie sa place prépondérante “dans le concert des nations” et qui sert à améliorer une image publique bien souvent ternie par les ennemis du pays. Le vice-ministre espère, par ailleurs, tripler le budget dévolu à l’aide humanitaire à l’étranger. Il voudrait y ajouter des projets agricoles et de santé publique. Ce genre de projets sont un investissement à long-terme qui aidera la diplomatie publique israélienne ».

Autrement dit : vive les tremblements de terre dévastateurs et autres calamités naturelles, c’est tout bénéf pour la hasbara.

Print Friendly, PDF & Email