Dans l'actu

Arrestation nocturne par le RAID d’un militant BDS à Marseille

stambul_pierrePierre Stambul, coprésident de l’Union juive française pour la paix (UJFP), qui est aussi un des orchestrateurs en France de la campagne Boycott-Désinvestissement-Sanctions (BDS) contre le colonialisme israélien, a été arrêté à son domicile au cours de la nuit de lundi à mardi par un commando du RAID (les troupes de choc de la police, habituellement déployées pour des opérations anti-teroristes ou similaires).

La police – qui a défoncé les portes de son domicile – avait été alertée parce que Pierre Stambul, croyaient-ils, était en train d’assassiner son épouse Sarah. Et le fait qu’elle était présente en en parfaite santé n’a pas suffi à les détromper.  Ils ont donc fouillé l’habitation de fond en comble, à la recherche d’armes semble-t-il.

Quand un flic français tient le « coupable » d’un meurtre, le fait que ce meurtre n’ait jamais eu lieu ne suffit manifestement pas à le ramener à de meilleurs sentiments… Pierre Stambul a donc été menotté et embarqué manu militari au poste de police, d’où il n’est sorti que sept heures plus tard, après une prise d’empreintes digitales, sans qu’aucun porteur d’uniforme ait cru convenable de lui présenter de quelconques excuses.

Bête noire des sionistes, Pierre Stambul a probablement été victime d’une manipulation venant de ces milieux, ce qu’aux Etats-Unis on appelle un swatting (d’après l’acronymes des équivalents US du RAID : SWAT, pour « Special Weapons and Tactics »). Cette pratique venue des États-Unis consiste à faire intervenir la police au domicile d’un de ses ennemis, en prétendant qu’il est en train d’assassiner quelqu’un, ou de commettre un autre crime gravissime.

Qui pourrait être derrière cette manipulation ? Pierre Stambul a aussitôt pensé à Grégory Chelli, alias Ulcan, un hackeur franco-israélien ultrasioniste, proche de la « Ligue de Défense Juive » (LDJ), qui harcèle les amis de la cause palestinienne depuis des mois, à partir d’Israël, où il s’est retranché pour échapper aux poursuites en France, où il a déjà été condamné pour avoir participé au saccage de la Librairie « Résistances« .

Print Friendly, PDF & Email