Dans l'actu

Abbas aux funérailles de Shimon Peres : jusqu’à la lie…

Luc Delval

Lors des funérailles de Peres, on a vu Mahmoud Abbas verser quelques larmes.

Seul de tous les dirigeants arabes – on évitera de parler encore de “leader” à son propos – Mahmoud Abbas a donc assisté aux funérailles nationales de Shimon Peres que Mahmoud Abbas s’est senti obligé de qualifier de “lourde perte pour l’humanité et pour la paix dans la région”. A deux jours près, ce message survenait à point nommé pour le 31ème anniversaire du bombardement par l’aviation israélienne du quartier général de l’OLP, dans la banlieue de Tunis, destinée à éliminer d’un coup tous les principaux dirigeants de l’OLP, à commencer par Yasser Arafat. Le premier ministre israélien était à l’époque celui-là même en l’honneur de qui on a vu, lors des funérailles, Abbas verser quelques larmes.

Pour pouvoir se mêler aux quelque 70 chefs d’État et de gouvernement venus rendre hommage au criminel de guerre Peres, Abbas et sa suite avaient humblement sollicité de l’occupant de leur patrie l’autorisation de se rendre à Jérusalem occupée, où le chef de l’Autorité palestinienne n’avait plus été admis depuis des années. Grand seigneur, Netanyahou avait consenti.

Voici les images de la fugace rencontre entre les deux hommes (et Mme Netanyahou) [2], 54 secondes au cours desquelles ne sont échangées que des banalités (style “ça faisait des années…”) et durant lesquelles ils ont soigneusement évité de se regarder dans les yeux, mais auxquelles la presse internationale a accordé une importance qui frise le grotesque :

Abbas était à ce point le bienvenu parmi les chefs d’État, que le Secrétaire d’État étatsunien – probablement peu soucieux que les images d’un shake hand se retrouvent dans les spots télé de Donald Trump dès le lendemain – à défaut de pouvoir l’éviter complètement a soigneusement évité de lui serrer la main :

Comme le relève le correspondant politique de Haaretz, Barak Ravid, tous les hommes politiques israéliens qui ont pris  la parole pour rendre hommage à Peres ont complètement ignoré Abbas. Dans son allocution (en anglais) Netanyahou, qui a eu soin de saluer la présence du Grand Duc du Luxembourg (en tant que grande puissance, sans doute), n’a pas trouvé une seconde pour signaler celle du chef de l’Autorité Palestinienne. Barak Ravid note d’ailleurs que la plupart des orateurs israéliens ont complètement fait l’impasse sur les 25 dernières années, celles du prétendu “processus d’Oslo” qui constitue l’essentiel de l’héritage politique de Peres. Le seul à le mentionner fut l’écrivain Amos Oz.

Comme il se doit, le patron de tous les autres représentants de la communauté internationale rassemblés pour verser des larmes de crocodiles sur la dépouille de l’un d’entre eux, a pris la parole en dernier.

Barack Obama fut l’un des seuls à ne pas ignorer la présence d’Abbas, dont il a salué la présence comme “un geste et un rappel du processus de paix inachevé”. Une magistrale leçon de cynisme de la part de celui qui vient d’accorder à Israël – sous la forme de 38 milliards de dollars d’aide militaire pour les dix prochaines années – les moyens de continuer à s’asseoir impunément sur le droit international et tout ce que peut dire l’ONU et de poursuivre la colonisation du peu qu’il reste encore de la Palestine.

Shimon Peres aurait apprécié, à n’en pas douter.

L.D.         


Les Palestiniens choqués par l’attitude de Abbas, qui n’accorde
pas tant d’égards aux victimes palestiniennes de l’occupant

L’agence de presse palestinienne Ma’an rapporte que le mouvement des Jeunes du Fatah de l’Université palestinienne Birzeit a réclamé samedi la démission de Mahmoud Abbas, en raison de sa participation “humiliante” aux funérailles de l’ancien Président israélien et criminel de guerre Peres.

Il ne s’agit là que de la dernière en date des condamnations qui ont fusé de tout l’éventail politique des factions palesti­niennes, qui n’ont en général pas eu de mots assez durs pour stigmatiser Abbas pour avoir présenté des condoléances à Netanyahou.

Les jeunes militants du Fatah de Birzeit soulignent, dans un communiqué, que le Président de l’Autorité Palestinienne ne manifeste pas autant d’égards envers les Palestiniens abattus par l’armée ou la police israélienne, qu’il n’assiste pas à leurs funérailles et n’accorde guère d’attention à leurs familles. “Nous condamnons cette participation humiliante, qui est hostile au peuple palestinien et que nous considérons comme une forme de trahison”, ajoutent-ils en précisant qu’ils s’adressent à Abbas en sa triple qualité de “leader général du mouvement Fatah, de dirigeant de l’Organisation de Libération de la Palestine (OLP) et de président de l’Autorité palestinienne”.fatah_youth_birzeit

Ils rappellent que la Constitution du Fatah prévoit en son article 12 que le but de l’organisation est “la libération complète de la Palestine et la fin de l’occupation économique, politique, militaire et culturelle par les sionistes”. La participation d’Abbas à l’hommage rendu à Peres constitue une violation grave de cet article fondamental, estiment-ils.

En tant que chef de l’OLP, Abbas a violé la loi fondamentale de l’OLP. En tant que président, Abbas a commis un crime contre le peuple palestinien en traitant le persécuteur et sa victime sur un pied d’égalité”.

Après la publication de cette prise de position, un officiel du Fatah a immédiatement fait savoir qu’elle “ne représente pas la position des jeunes du Fatah à l’égard de Son Excellence le président”  et que des dispositions ont été prises pour écarter ses auteurs, qui seront soumis à une enquête.

Le raidissement autoritaire d’Abbas – dont il faut rappeler qu’il vient de repousser à plus tard des élections qui n’auraient pas manqué de faire apparaître une fois de plus le profond discrédit dont il souffre dans la population palestinienne – n’est pas une surprise.

Les forces palestiniennes aux ordre de l’Autorité de Ramallah ont appréhendé un officiel de liaison palestinien à son domicile de Jénine, après qu’il ait diffusé sur Facebook un texte critique à propos de la participation de Abbas aux funérailles de Peres. Cet officier, Osama Abu Arab, a immédiatement été suspendu de ses fonctions au bureau de liaison.

Il avait notamment écrit : « Qu’il [Peres] ait ou non été un terroriste, qu’il ait ou non inventé la politique du “brisez leur les os” durant la première Intifada, qu’il ait ou non été impliqué dans le massacre du camp de réfugiés de Jénine et celui du quartier al-Yasmeen à Naplouse, ou dans le massacre de Qana – qui est-ils pour que vous participiez à ses funérailles tandis que la grande majorité du peuple que vous représentez s’oppose à lui ?»

Le Hamas lui aussi a dénoncé l’attitude de Abbas, estimant qu’il “a encouragé la normalisation avec Israël au détriment de la cause palestinienne”. Les Comités de la Résistance Populaire considèrent quant à eux que “en rendant hommage à “un des plus grands criminels israéliensAbbas a démontré son “mépris pour les sentiments et pour les sacrifices du peuple palestinien” et a délivré à Israël “un laissez-passer pour ses crimes”.    


[1] L’opération avait échoué mais fait une centaine de blessés.
[2] ils se sont pratiquement téléscopés dans la foule, note Haaretz

Print Friendly, PDF & Email