Dans l'actu

A travail égal, salaire inégal selon la couleur de la peau, c’est la doctrine israélienne

tract_racisteLe dépliant publicitaire est explicite : «Vous ne voulez pas engager une Arabe pour des raisons de sécurité ? Voici une solution». Une ouvrière d’entretien africaine ? Il vous en coûtera 49 shekels par heure (12,6 $). Mais pour une Européenne de l’est, comptez 52 shekels (13,4 $). Le mieux c’est la nettoyeuse originaire d’Europe de l’est et possédant la citoyenneté israélienne, mais il vous en coûtera 69 shekels (17,7 $).

Cette publicité pour un service israélien de nettoyage a soulevé beaucoup d’indignation sur l’Internet, vendredi dernier. Elle a été diffusée dans un quartier aisé du nord de Tel Aviv, et promet aux clients potentiels que tous les travailleurs du service sont en possession du permis adéquat, de sorte que les clients ne risquent pas de devoir acquitter une amende s’ils les engagent.

La firme qui fait sa pub souligne aussi que grâce à elle l’utilisateur du service n’est pas juridiquement considéré comme l’employeur : de ce fait il ne risque pas d’être poursuivi au tribunal par les travailleurs à son service.

C’est un journaliste et blogueur israélien, Tal Schneider, qui a attiré l’attention sur les agissements de cette firme, via Facebook. «Le racisme clairement exprimé suinte de la société israélienne», écrit-il. «Mais fixer le prix d’un travailleur en fonction de sa race, avouez que vous n’y aviez pas encore pensé. Israël, 2016». 

Son “post” a très rapidement recueilli plusieurs milliers de “likes” et a été partagé des centaines de fois, tandis que plus de 500 commentaires s’accumulaient, la majorité pour exprimer la consternation et le dégoût.

Un employé du service de nettoyage a déclaré que les prix différents ne sont pas illégaux. “Je ne m’occupe pas des tarifs, mais je sais que les femmes d’Europe de l’est sont de meilleures travailleuses”, a-t-elle déclaré à un site web qui l’interrogeait. La pratique est-elle légale ou pas ? En tous cas le dépliant publicitaire n’indique aucun nom d’entreprise, juste un numéro de téléphone. Il faut demander Irena.

Print Friendly, PDF & Email