Dans l'actu

67 ans de Nakba palestinienne : les chiffres

« Nakba » signifie littéralement désastre naturel, comme c’est le cas lors d’un tremblement de terre, d’une éruption volcanique ou du passage d’un ouragan. Mais, dans le cas de la Palestine, la Nakba est un processus de destruction d’une nation autochtone désarmée visant à remplacer cette dernière par une autre nation « reconstituée ».

unrwa-beach_2-1

En 1948, 1,4 million de Palestiniens vivaient dans 1 300 villes et villages palestiniens répartis sur tout le territoire de la Palestine historique. Plus de 800 000 d’entre eux étaient déplacés de force de leurs localités d’origine vers la Cisjordanie et la bande de Gaza, à proximité des pays arabes, et vers d’autres pays dans le monde. Dans le même temps, plusieurs milliers de Palestiniens restaient dans leurs localités d’origine situées dans ce qu’on a appelé les « zones de 1948 ». Des documents prouvent que les troupes sionistes ont pris possession de 774 villes et villages et détruit 531 villes et villages palestiniens, au cours de la Nakba. Parmi les atrocités commises par les forces israéliennes, on compte également plus de 70 massacres au cours desquels 15 000 Palestiniens ont été tués.

La réalité démographique : La population palestinienne s’est multipliée par 9 depuis la Nakba.

On estime que la population palestinienne dans le monde s’élevait à 12,1 millions de personnes, fin 2014. Cela indique que le nombre de Palestiniens dans le monde s’est multiplié par 8,6 au cours des 67 années qui ont suivi la Nakba. Selon les statistiques, le nombre total de Palestiniens vivant dans la Palestine historique (entre le Jourdain et la Méditerranée) fin 2014 était de 6,1 millions et qu’on peut s’attendre à ce que, vu le taux de croissance actuel, ce nombre passe à 7,1 millions à la fin de 2020.

Les données statistiques montrent également que les réfugiés constituent 43,1 % de la population palestinienne totale de l’État de Palestine. Rapports de l’UNRWA ont révélé qu’à la mi-2014, 5,49 millions de réfugiés palestiniens étaient enregistrés. Environ 29,0 % des réfugiés palestiniens enregistrés vivent dans 58 camps de réfugiés, dont 10 en Jordanie, 9 en Syrie, 12 au Liban, 19 en Cisjordanie et 8 dans la bande de Gaza.

Ces estimations représentent le nombre minimum de réfugiés palestiniens, vu la présence également de réfugiés non enregistrés. Ces estimations ne reprennent pas non plus les Palestiniens qui ont été déplacés entre 1949 et la guerre de 1967, selon la définition de l’UNRWA, pas plus qu’elles ne comprennent les non-réfugiés qui sont partis ou qui ont été forcés de le faire suite à la guerre de 1967. Le nombre de Palestiniens restés dans leurs foyers d’origine situés dans les territoires de 1948, après la Nakba, était estimé à 154 000 personnes et, aujourd’hui, en 2015, pour le 67e anniversaire de la Nakba, il est estimé à 1,5 million. Dans les territoires de 1948, le rapport des sexes est de 102,2 hommes pour 100 femmes, alors que 35,4 % de la population à moins de 15 ans et 4,3 % plus de 65 ans, selon les statistiques disponibles à propos de la population palestinienne vivant en Israël en 2013. Ceci montre que la composition de la population palestinienne dans les territoires de 1948 est jeune, à l’instar de celle de la société palestinienne dans son ensemble.

Le nombre de Palestiniens vivant dans l’État de Palestine était estimé à 4,6 millions fin 2014 : 2,8 millions en Cisjordanie et 1,8 million dans la bande de Gaza. Le nombre de Palestiniens dans le gouvernorat de Jérusalem, fin 2014, était d’environ 415 000, dont 62,1 % dans les zones de Jérusalem illégalement annexées par Israël en 1967 (J1). Le taux de fécondité en Palestine est élevé, comparé à d’autres pays. Le taux de fécondité global dans la période 2011-2013 était de 4,1 naissances (3,7 en Cisjordanie et 4,5 dans la bande de Gaza).

Densité de population : La bande de Gaza est l’endroit le plus peuplé au monde

Fin 2014, la densité de population dans l’État de Palestine était de 767 individus par kilomètre carré (km2) : 500 individus/km2 en Cisjordanie et 4 904 individus/km2 dans la bande de Gaza. En Israël, la densité de population (Arabes + Juifs) en 2014 était de 383 individus/km2.

Colonies : La plupart des colons vivent à Jérusalem, conformément à la politique israélienne de judaïsation

Fin 2013, il y avait en Cisjordanie 409 colonies et bases militaires israéliennes et le nombre de colons était de quelque 580 801. La plupart des colonies sont situées dans le gouvernorat de Jérusalem. Selon les données, quelque 281 684 (48,5 %) colons vivent dans le gouvernorat de Jérusalem, dont 206 705 à Jérusalem même (J1). Le rapport entre colons et Palestiniens en Cisjordanie est de 21 à 100, alors qu’il est de 69 à 100 dans le gouvernorat de Jérusalem.

Les colons israéliens utilisent plus de 50 millions de m3 d’eau palestinienne pour cultiver les terres saisies par l’occupation israélienne

Les données émanant du ministère de la Planification concernant le cadre stratégique national du développement des mesures et interventions en Zone C et s’appuyant sur le rapport de la Banque mondiale, indiquent que la superficie cultivée totale dans les colonies israéliennes en Cisjordanie en 2013 était d’environ 100 km2. La majeure partie des terres ont été irriguées en utilisant plus de 50 millions de m3 de l’eau phréatique palestinienne. Les terres irriguées cultivées par les Palestiniens en 2011 couvraient environ 78 km2.

La Palestine historique : Israël contrôle plus de 85 % de son territoire

La superficie totale du territoire historique de la Palestine est d’environ 27 000 km2. Les Juifs en exploitent plus de 85 %. Les Palestiniens constituent 48 % de la population totale de la Palestine historique et exploitent moins de 15 % du territoire. Un Palestinien dispose par conséquent de moins d’un cinquième de la superficie dont dispose un Israélien.

La crise de l’eau en Palestine

La situation de l’eau en Palestine diffère de celle des autres pays sur le plan de la pénurie de l’eau et du nombre limité de sources, tant pour l’eau phréatique que pour l’eau de surface. Le volume d’eau phréatique pompé en Palestine en 2013 était de 262,9 millions de m3 et l’eau extraite des sources palestiniennes représentait 39,5 millions de m3, cette même année en Cisjordanie.

La quantité d’eau destinée aux Palestiniens et tirée des nappes aquifères est de 15 % seulement, contre 85 % exploitée par Israël. Pour pallier la pénurie, les Palestiniens sont obligés d’acheter l’eau à la Société israélienne des eaux « Mekorot », pour des quantités s’élevant à 63,3 millions de m3 pour l’année 2013.

L’allocation d’eau consommée à usage domestique était en 2013 de 78,8 litres par habitant et par jour. Toutefois, 95 % de l’eau potable dans la bande de Gaza ne répond pas aux normes de l’OMS (Organisation mondiale de la santé) et la quantité allouée est également inférieure à la quantité minimale recommandée par l’OMS, qui est de 100 litres par habitant et par jour.

Les martyrs : Des efforts permanents pour construire un État

Le nombre de martyrs tués lors de l’Intifada al-Aqsa entre le 29 septembre 2000 et le 31décembre 2014 était de 10 062. Le tribut le plus lourd se situe en 2014, avec 2 240 martyrs palestiniens, suivi par celui de l’année 2009, avec 1 219 martyrs. En outre, 306 martyrs ont été tués en 2012, dont 15 en Cisjordanie et 291 dans la bande de Gaza. 189 de ces derniers ont été tués lors de l’agression israélienne contre la bande de Gaza en novembre 2012 ; 56 martyrs ont été tués en 2013, dont 42 en Cisjordanie et 14 dans la bande de Gaza.

Les prisonniers

Les données émanant de la Commission palestinienne des détenus et anciens détenus révèlent qu’Israël a arrêté plus de 850 000 Palestiniens depuis 1967 : plus de 85 000 ont été arrêtés depuis l’Intifada al-Aqsa. On sait que quelque 6 500 Palestiniens sont actuellement en détention. Parmi ceux-ci, 24 sont des femmes, 200 sont des enfants, quelque 500 Palestiniens sont en détention administrative (sans jugement) et 480 autres purgent des condamnations à vie. Israël a procédé à 6 059 arrestations en 2014. Depuis 1967, 206 Palestiniens sont morts dans les prisons israéliennes suite à la torture, à un refus de traitement médical ou à un homicide volontaire.

La santé

Les statistiques pour 2013 ont montré que le nombre de médecins par 1000 habitants enregistrés à l’Union des médecins était de 1,3 pour la Cisjordanie et de 2,1 dans la bande de Gaza. En outre, toujours pour 1000 habitants, il y avait 2,1 infirmières en Cisjordanie et 4,5 dans la bande de Gaza en 2013. En 2012, il y avait 80 hôpitaux en Palestine : 50 en Cisjordanie, 30 dans la bande de Gaza. Ces hôpitaux comprenaient 25 hôpitaux gouvernementaux, 34 non gouvernementaux, 17 privés, 3 gérés par des institutions militaires et 1 par l’UNRWA. Il y avait 5 619 lits : 1,3 pour 1000 habitants : 3 263 en Cisjordanie et 2 356 dans la bande de Gaza. Il y avait 622 centres de soins de première ligne en Cisjordanie en 2013, et 137 dans la bande de Gaza.

Jérusalem : La judaïsation systématique

Les autorités d’occupation israéliennes ne se contentent pas de démolir des maisons palestiniennes mais constituent également un obstacle à la délivrance de permis de bâtir aux Palestiniens à Jérusalem et dans la périphérie.

Selon l’Institut Al-Maqdisi, entre 2000 et 2014, les autorités israéliennes ont démoli 1 342 immeubles palestiniens à Jérusalem-Est (les zones annexées par Israël en 1967). Il en a résulté le déplacement de 5 760 personnes.
Les données révèlent une augmentation des cas de résidents forcés à démolir leur propre maison : 340 personnes ont été obligées de le faire entre 2000 et 2014, avec le nombre le plus élevé se situant en 2010, avec 70 démolitions, et 49 en 2009.

Des milliers de bâtiments ont été détruits lors de l’agression israélienne contre la bande de Gaza en 2014

Les données révèlent que le nombre d’unités de logement complètement détruites lors de l’agression israélienne contre la bande de Gaza durant l’été 2014 est d’environ 9 000. En outre, 47 000 unités de logement ont subi des destructions partielles. 327 écoles ont été complètement détruites aussi, dont 50 % à double vacation. Six universités ont été partiellement détruites aussi. Nombre de lieux de culte n’ont pas survécu aux attaques : 71 mosquées, plusieurs églises. 20 bâtiments du gouvernement ont été complètement détruits, outre les dégâts infligés à 29 hôpitaux et à de nombreux centres de soins de première ligne.

Le marché de l’emploi en 2014

Le taux d’activation de la main-d’œuvre en Palestine en 2014 était de 45,8 % : 45.7 % pour les réfugiés et 45,8 % pour les non-réfugiés. Le taux d’activation en Cisjordanie était de 46,6 % (47,6 % pour les réfugiés et 46,2 % pour les non-réfugiés), alors que, dans la bande de Gaza, il était globalement de 44,4 % (réfugiés et non-réfugiés confondus). Le taux de chômage en Palestine était de 26,9 % (33,7 % pour les réfugiés et 22,3 % pour les non-réfugiés). Le taux de chômage en Cisjordanie était de 17,7 % (19,3 % pour les réfugiés et 17,1 % pour les non-réfugiés), alors que, dans la bande de Gaza, il était de 43,9 % (44,0 % pour les réfugiés et 43,5 % pour les non-réfugiés).

L’enseignement

Selon les premiers résultats des données concernant l’enseignement pour l’année scolaire 2014/2015, il y avait 2 843 écoles en Palestine : 2 145 en Cisjordanie et 698 dans la bande de Gaza. Selon les autorités de tutelle, leur distribution était la suivante : 2 096 écoles gouvernementales, 349 écoles de l’UNRWA et 398 écoles privées. Le nombre total d’élèves dans ces écoles dépassait 1,177 million, dont 586 000 garçons et 591 000 filles. 778 000 élèves fréquentaient les écoles gouvernementales, 290 000 les écoles de l’UNRWA et 109 000 les écoles privées.

Le taux d’analphabétisme parmi les Palestiniens de plus de 15 ans était de 3,6 % en 2014, dont 1,6 % d’hommes et 5,6 % de femmes. Il était de 3,3 % parmi les réfugiés et de 3,8 % parmi les non-réfugiés. Dans le domaine de l’enseignement supérieur, il y a 14 universités : 5 dans la bande de Gaza et 9 en Cisjordanie, outre 19 collèges qui accordent des diplômes : 6 dans la bande de Gaza et 13 en Cisjordanie. La seule Université d’enseignement ouvert gère 15 centres en Cisjordanie et 5 dans la bande de Gaza. Il existe aussi 18 collègues communautaires : 11 en Cisjordanie et 7 dans la bande de Gaza.

La macroéconomie : L’indice des prix à la consommation au cours de l’année 2014

L’indice palestinien des prix à la consommation a augmenté de 1,73 % en 2014 par rapport à 2013 : de 3,84 % dans la bande de Gaza, de 2,85 % à Jérusalem (J1) et de 1,20 % en Cisjordanie. Par rapport à l’année de base 2010, l’indice palestinien des prix à la consommation a augmenté de 9,42 % ; de 13,65 % à Jérusalem (J1), de 12,44 % en Cisjordanie et de 3,14 % dans la bande de Gaza.

Le commerce : Limitation des exportations palestiniennes

Tant les importations que les exportations des marchandises enregistrées ont augmenté en 2013 par rapport à 2012. En 2013, la valeur des marchandises importées était de 5 163,9 millions de USD, une augmentation de 9,9 % par rapport à 2012. La valeur totale des exportations était de 900,6 millions de USD, soit une augmentation de 15,1 % par rapport à 2012. Par conséquent, la balance commerciale nette des marchandises a accusé un déficit de 4 263,3 millions de USD en 2013, soit une augmentation de 8,9 % par rapport à 2012.

Les résultats montrent que 87,3 % des exportations sont allées en Israël, alors que 12,7 % à peine du total des exportations ont été à destination d’autres pays à l’exclusion d’Israël. La valeur limitée des exportations vers d’autres pays était due aux restrictions israéliennes à l’encontre des exportations palestiniennes, particulièrement à partir de la bande de Gaza.

La société d’information

Le pourcentage de ménages qui ont un ordinateur dans l’État de Palestine était de 63,1 % en 2014 (66,9 % en Cisjordanie et 55,6 % dans la bande de Gaza). Ce pourcentage était de 50,9 % en 2011. Les résultats montrent que 48,3 % des ménages de l’État de Palestine étaient reliés à Internet en 2014, contre 30,4 % en 2011.

Publié sur AIC-AlternativeNews.org. Traduction : JM Flémal.

Source : Bureau central palestinien de la statistique

Print Friendly, PDF & Email