Dans l'actu

Le nucléaire israélien continuera à échapper à tout contrôle international

Les pays membres de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) ont rejeté jeudi [17/9] un projet de résolution, présenté par les délégations de 18 pays arabes, qui proposait d’appeler Israël à adhérer au Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP) et placer les installations nucléaires israéliennes sous le contrôle de l’AIEA. 61 pays membres ont voté contre, 43 ont voté pour et 33 se sont abstenus.

Dimona

Le site nucléaire israélien de Dimona, où des installations civiles dissimulent des installations militaires sous-terraines.

Parmi ceux qui se sont opposés à cette résolution dont l’Egypte était le principal sponsor, on trouvé évidemment les USA; le Canada, l’Australie et la Nouvelle Zélande, qui en toutes circonstances votent dans les enceintes internationales comme le souhaite Israël. Ont également voté contre tous les pays de l’Union Européenne, le Japon, la Corée du Sud, l’Ukraine, la Moldavie et l’Albanie, ainsi que plusieurs pays d’Amérique latine et d’Afrique dont l’Uruguay, le Panama, le Kenya. Parmi ceux qui se sont abstenus, on trouve le Brésil et l’Inde. La Russie, la Chine, la Turquie et l’Afrique du Sud ont voté pour la motion, soutenue par les pays arabes. Le Premier ministre israélien s’est vanté d’avoir personnellement mené campagne pour contrer cette motion. Il a dit avoir appelé par téléphone plus de 30 présidents ou premiers ministres afin de leur expliquer qu’il « ne peut être question de mener une discussion de cette nature alors que le principal problème qui se pose au Moyen-Orient reste la volonté de l’Iran de se doter d’armes nucléaires et ses déclarations d’intention explicites quant à l’anéantissement de l’Etat d’Israël« . Le représentant du Qatar, pays qui préside le groupe des pays arabes au sein de l’AIEA, a fait observer que les capacités nucléaires d’Israël demeureront les seules au Moyen-Orient à échapper à tout contrôle de la communauté internationale, et qu’elles constituent donc un danger. Le représentant de l’Iran a exprimé la vive préoccupation que les armes nucléaires d’Israël – un secret de Polichinelle – font peser sur la région, et il a souligné que tandis que les techniciens nucléaires israéliens se voient accorder un accès à des sites nucléaires dans les pays qui détiennent l’arme atomique, les scientifiques iraniens, eux, se font assassiner.  

Print Friendly, PDF & Email

2 Trackbacks & Pingbacks

  1. Israël recule l’âge de la retraire jusqu’à 80 ans pour son réacteur nucléaire de Dimona – Pour la Palestine
  2. Israël recule l’âge de la retraite jusqu’à 80 ans pour son réacteur nucléaire de Dimona – Pour la Palestine

Les commentaires sont fermés.