Dans l'actu

490 Palestiniens arrêtés en janvier dont 140 mineurs et 13 femmes

arrestationsLe Centre d’étude sur les prisonniers palestiniens (CPI) a déclaré que les autorités d’occupation israéliennes ont intensifié leurs campagnes d’arrestations contre le peuple palestinien au cours du mois dernier, et ce, en guise de répression de l’Intifada populaire (soulèvement) qui a éclaté voici quatre mois.

Dans son rapport mensuel, le centre révèle que 490 Palestiniens ont été arrêtés en janvier dernier dans divers territoires palestiniens. Le centre indique aussi que, parmi les personnes arrêtées figurent 140 mineurs, dont certains ont été emmenés malgré leurs blessures, ainsi que 13 femmes et jeunes filles, parmi lesquelles des épouses et des mères de prisonniers, et deux représentants du Conseil législatif et un ancien ministre.

L’occupation a également arrêté 10 ressortissants de la bande de Gaza, dont six pêcheurs et un homme de 53 ans qui accompagnait sa femme malade vers l’hôpital Al-Maqased, à Jérusalem occupée.

Toujours en janvier, le journaliste détenu, Mohamed Al-Qiq, de Hébron, a poursuivi sa grève de la faim illimitée qui a débuté le 24 novembre 2015 pour protester contre sa détention administrative. Son état de santé a atteint un stade très critique.

Riad Al-Ashqar, porte-parole du centre dans ses contacts avec les médias, a expliqué que le nombre de députés enlevés et incarcérés dans les prisons israéliennes est désormais de sept, en janvier, après l’enlèvement du député Mohammed Mahmoud Abou Tir (65 ans) suite à la prise d’assaut de sa maison dans la région de Kafr Aqab.

Abu Tir avait été déporté de Jérusalem à Ramallah et a passé en tout plus de 30 ans dans les prisons israéliennes. Sa dernière sortie de prison avait eu lieu en juillet dernier, après 25 mois de détention.

En outre, le député Hatem Rabah Kufaisheh (55 ans) a été arrêté après des raids lancés sur sa maison à Hébron, une heure après que sa voiture a été incendiée par des inconnus. Sa voiture était garée en face de chez lui. Le député a ensuite été placé en détention administrative pour six mois.

Kufaisheh est un ancien prisonnier qui a passé plus de 12 ans dans les prisons israéliennes. Sa dernière libération datait du31 mars 2015. L’homme souffre d’hypertension et du diabète.

L’ancien ministre des gouvernements locaux, Issa Khairi Jabari, a également été arrêté et placé en détention administrative pendant 4 mois. C’est lui aussi un ancien prisonnier; il a passé plusieurs années dans les prisons israéliennes.

Al-Ashqar a souligné qu’au cours du mois dernier, 140 mineurs de moins de dix-huit ans ont été arrêtés ainsi que 13 femmes et jeunes filles, dont une femme de 64 ans originaire de la bande de Gaza. Elle a été retenue pendant des heures au passage de Beit Hanoun, alors qu’elle voulait se rendre à Jérusalem. Un peu plus tard, toutefois, elle a été libérée.

Hanadi Musa Maghrebi (37 ans), épouse du prisonnier Ahmed Maghrebi, condamné à la prison à vie, a également été arrêtée, de même que la mère du prisonnier Ameer Salloum, de Jérusalem, alors qu’elle attendait dans les couloirs de la prison pour rendre visite à son fils.

Al-Ashqar a aussi souligné qu’en janvier,tout en poursuivant sa politique de l’arbitraire, l’occupation a émis 117 ordonnances de détention administrative. 54 ont été délivrées à l’encontre de nouveaux prisonniers, alors que 63 étaient des renouvellements de trois à six mois pour des prisonniers déjà en détention administrative.

Hébron présente le taux le plus élevé d’ordonnances de détention administrative : 42, dont la majorité étaient des décisions de renouvellement, y compris les ordonnances émises contre le député Hatem Kufaisheh et l’ancien ministre Issa Jabari.

Al-Ashqar a souligné que l’administration pénitentiaire israélienne a intensifié le mois dernier sa politique répressive contre les prisonniers, ainsi que les transferts inexpliqués et les agressions.

Il a ajouté que le centre faisait état de 16 raids effectués dans les prisons par les forces spéciales, la plupart du temps à la prison de Nafha et à celle du Néguev. Les sections de la prison du Néguev ont été prises d’assaut plusieurs fois, et l’administration pénitentiaire a empêché l’entrée des vêtements d’hiver pour les prisonniers alors que, dans la prison de Nafha l’administration a placé en isolement trois frères de la famille Abu Ayash.
Il a également mentionné le transfert de 13 prisonniers de la prison d’Eshel vers d’autres prisons en raison de leur mouvement de protestation contre la politique d’inspection offensive que doivent subir leurs familles lors des visites.

Le Centre a renouvelé ses appels adressés aux agences de l’ONU pour qu’elles fassent cesser les campagnes d’arrestations arbitraires menées de manière continue par l’occupation.

Publié le 2 février 2016 sur le Centre palestinien d’Information

Print Friendly, PDF & Email