Dans l'actu

33 citoyens grecs assignent Barak et quelques autres serial killers israéliens en justice

33 citoyens grecs qui ont pris part à la « flottille de la liberté » pour Gaza, arraisonnée par l’armée israélienne dans les eaux internationales de la Méditerranée le 30 mai,  engagent des poursuites judiciaires dans leur pays contre de hauts responsables israéliens, y compris le ministre de la Défense Ehud Barak, le chef d’état-major Gabi Ashkenazi et le chef de la marine Eliezer Merom.

Les militants grecs ont également l’intention de poursuivre les soldats et les policiers qui ont participé à l’interception par l’armée israélienne du Marmara Mavi, opération de commando au cours de laquelle les militaires israéliens ont assassiné au moins 9 civils (le nombre réel reste inconnu à ce jour).

L’avocat des plaignants a tenu une conférence de presse mercredi à Athènes.

VULGAIRES PETITS MALFRATS EN UNIFORME

Des soldats israéliens semblent avoir utilisé – à titre personnel – des cartes de crédit confisquées pour faire des achats, notamment des accessoires pour iPod, et avoir utilisé des téléphones portables saisis sur les militants qui se trouvaient à bord de la « flottille de la liberté ».

Ebrahim Musaji, 23 ans, de Gloucester (Angleterre), a reçu un relevé bancaire qui prouve que sa carte de crédit a été utilisée dans un distributeur automatique israélien pour un achat de 82 pence le 9 juin. Elle a été ensuite utilisée sur un site néerlandais (http://thisipod.com) deux fois le 10 juin, une fois pour un montant de £42.42 et une autre pour £37.83. Une militante californienne, Kathy Sheetz, affirme qu’elle été débitée pour plus de £1,000 en diverses opérations sur des distributeurs automatiques en Israël depuis le 6 juin.

Mumsaji et Sheetz étaient sur des navires séparés : l’un sur le Mavi Marmara, l’autre sur le Challenger 1. Les deux militants ne sont entrés en Israël qu’une fois arrêtés, et ont été gardés en détention tout le temps qu’ils sont restés sur le sol israélien. « A l’évidence, ils ont pris ma carte et l’ont utilisée », dit Musaji au Guardian. « Nous avons été pris en otage, nous avons été attaqués, et maintenant il y a vol. Si la police confisque ce que vous avez au Royaume-Uni, elle ne va pas s’en servir et croire qu’elle va s’en tirer. »

Musaji a mis opposition à sa carte le 7 juin, le lendemain de son retour en Grande-Bretagne où il travaille comme soutien à des adultes en difficultés scolaires. Sa banque a accepté de traiter les opérations frauduleuses et il n’en sera pas débité. Son téléphone portable a également été utilisé pour deux appels en Israël après qu’on lui ait confisqué.

Un autre militant américain, David Schermerhorn, 80 ans, de l’Etat de Washington, soutient que son iPhone a été utilisé; tandis que Manolo Luppichini, journaliste italien, affirme lui aussi que sa carte a été débitée pour un montant de 54 € après qu’elle ait été saisie.

Selon les militants, Israël aurait toujours en sa possession au moins un million de livres anglaises en marchandises et argent, comprenant des aides humanitaires et des biens individuels, dont des ordinateurs portables et des caméras.

Print Friendly, PDF & Email