Dans l'actu

17 détenus palestiniens de la prison de Ramla en état médical grave

JÉRUSALEM (Ma’an) – Vu leur état médical grave, dix-sept détenus palestiniens de la prison d‘al-Ramla doivent recevoir un traitement à la clinique de la prison, a déclaré mardi un avocat de la Société des prisonniers palestiniens.

prison

Jawad Bolous a identifié deux des dix-sept hommes : Sami Abu Diak et Bassam al-Sayeh. Tous deux sont atteint de formes diverses de cancer.

Bolous a déclaré qu’al-Sayeh, originaire du district de Naplouse, dans le nord de la Cisjordanie occupée, souffre d’un type de cancer qui attaque les cellules sanguines et la moelle osseuse et il souffre également de problèmes cardiaques. Bolous a prétendu qu’al-Sayeh était en très mauvais état.

Abu Diak, un prisonnier originaire de Jénine, a un cancer des intestins et il a subi une opération en octobre, a déclare Bolous, ajoutant que Diak a failli mourir de l’opération, suite à une « négligence médicale ».

Diak a été transféré à l’hôpital de Suroka plusieurs fois pour subir des examens et un traitement.

Outre ces dix-sept détenus, quatre autres au moins sont malades et ont été transférés d’al-Ramla vers d’autres prisons, a ajouté Bolous.

Les prisonniers ont été identifiés comme Nahid al-Aqraa, transféré à la prison de Gilboa, Salah al-Titi et Mutasem Raddad, transférés tous deux à la prison de Hadarim, et Eias al-Rifai, transféré à la prison d’Eshel. La raison de leur transfert est inconnue.

Selon le Conseil des Relations euro-palestiniennes (CEPR), les conditions déplorables des prisons israéliennes ont abouti à la détérioration de l’état de santé d’un grand nombre de détenus palestiniens.

« Les cliniques des prisons ont acquis une triste renommée du fait qu’on n’y propose que de l’aspirine pour quelque traitement que ce soit et que les médecins des cliniques sont tous des militaires », a fait savoir le CEPR dans un rapport.

Plus de 6 700 Palestiniens sont actuellement détenus dans des prisons israéliennes, selon le groupe Addameer, qui défend les droits des prisonniers.


Publié le 1 décembre 2015 sur Maan News Agency

Traduction : Jean-Marie Flémal

L’ABP dans sa note politique sur les prisonniers politiques palestiniens explique que les prisonniers malades souffrent de négligence médicale chronique, qui se manifeste dans l’allongement des délais d’accès aux soins médicaux, le refus de leur fournir un traitement médical approprié, la méconnaissance de l’arabe par le personnel médical et dans ce que les ONG qualifient de « double loyauté », à savoir que les devoirs du personnel médical envers l’Etat priment sur leurs devoirs à l’égard des patients.

Print Friendly, PDF & Email