Dans l'actu

Le gouvernement israélien punit les institutions culturelles qui ne soutiennent pas la colonisation

La ministre israélienne de la Culture, Miri Regev, met en œuvre les décisions du gouvernement Netanyahou, qui subordonne une partie des subventions aux institutions culturelles au fait qu’elles acceptent d’assurer leurs services aux colonies juives en Cisjordanie.

Toutes les institutions culturelles subventionnées telles que les théâtres, les orchestres, les compagnies de danse, etc… ont reçu un formulaire par lequel elles doivent faire savoir au gouvernement pour le 16 juillet au plus tard si elles ont ou non donné des représentations ou activités culturelles dans le Néguev, en Galilée ou en Cisjordanie au cours de l’année écoulée, indique le quotidien Haaretz,

Il s’agit de la traduction dans les faits des décisions de la Ministre de la Culture israélienne prises en avril. Les institutions culturelles qui n’offrent pas leurs services dans le Néguev, en Galilée et dans les colonies de Cisjordanie verront leurs subventions d’État réduites de 33%. En revanche, celles qui auront réalisé des représentations dans les colonies juives des territoires palestiniens occupés recevront un bonus de 10%.

Les subventions de l’année en cours seront affectées, sauf – précise Haaretz – si la Haute Cour devait en décider autrement après avoir statué sur un recours de certaines institutions culturelles contre le fait que la décision de Miri Regev a un caractère rétroactif au 1er janvier.

La chorégraphe Noa Dar, fondatrice et directrice de la compagnie qui porte son nom, dénonce le fait d’être obligé de faire connaître à l’État si oui ou non elle se produit dans les colonies, car – dit-il – “il s’agit essentiellement d’une demande qui vise à lier le financement public à mes opinions politiques et à ce que me dicte ma conscience. C’est un acte fondamentalement anti-démocratique”.

Ceci viole un principe démocratique essentiel, ce n’est pas une question technique. L’État devrait soutenir tout le monde sur base de critères égalitaires, et non sur base des opinions politiques des bénéficiaires”, ajoute-t-elle.

La ministre, pour sa part, affirme qu’elle ne permettra pas à des institutions culturelles de boycotter certaines localités. “Le Ministère de la Culture encouragera la justice culturelle et réduira les inégalités sociales. La révolution que j’ai annoncée dès mon entrée en fonction commence à porter ses fruits, le changement se traduit sur le terrain”, dit-elle.


 

Print Friendly, PDF & Email